Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Entrevue Alex Zanardi : " Je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi spécial ! "

Entrevue Alex Zanardi : " Je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi spécial ! "

Lundi 7 janvier 2019 par Marie-Lyse Tremblay
Crédit photo: BMW Press Club

Crédit photo: BMW Press Club

Les essais présaison sont terminés en IMSA. Le prochain rendez-vous sera dans un peu moins de 3 semaines avec la tenue des 24 Heures de Daytona, les 26 et 27 janvier. Duyrant cette épreuve, Alex Zanardi partagera les commandes de la BMW M8 GTE No.24 du Team RLL avec l’Américain John Edwards, le Finlandais Jesse Krohn et l’Australien Chaz Mostert.

Cette voiture de la classe GTLM est équipée d'un levier de frein spécial qui permet à Zanardi de freiner à la main, en plus bien sûr d’un autre levier pour l’accélérateur et de palettes en arrière du volant pour les vitesses.

Lors des essais le week-end dernier, Zanardi et l’équipe ont travaillé aux derniers réglages et ont notamment pratiqué les changements de pilotes. Une séquence a été beaucoup vue sur les médias sociaux, le pilote italien révélant une maîtrise assez impressionnante pour que son handicap ne fasse pas perdre de temps à ses coéquipiers lors des arrêts aux puits.

Cela a donné à Alex Zanardi une autre occasion de mieux connaître la M8 GTE, son équipe et ses coéquipiers. En entrevue dans le centre média du circuit, l’ancien multiple champion IndyCar a donné ses impressions en vue de sa première participation aux 24 Heures de Daytona…

Alex, Daytona n’est pas simplement une course, c’est l’une des plus importantes courses de 24 heures au monde. Comment abordes-tu ce nouveau défi ?

« Daytona est une course à laquelle beaucoup de mes collègues pilotes et rivaux étaient engagés lorsque je courais aux États-Unis, car ses dates ne sont jamais en conflit avec des courses du championnat Indycar, c’est très tôt dans la saison. Mais je n’avais jamais eu l’occasion d’y goûter moi-même. Cependant, entendre mes collègues parler de cet événement formidable, cela a piqué ma curiosité et tôt ou tard, je savais que j’allais vouloir rouler à Daytona. Donc, avoir enfin l’occasion d’y être, non seulement d’en faire partie, mais avec une machine très compétitive, de représenter BMW au mieux de mes capacités en tant que pilote et ambassadeur de la marque, c’est fantastique. Maintenant, je suis impatient de commencer enfin le week-end de course de 24 heures ».

Tu as maintenant terminé les essais avec l’équipe en vue des 24 heures. Considères-tu que vous êtes prêts ?

« On n'est jamais assez préparé, même lorsque la course est sur le point de commencer et qu’on part de la pole position. Les essais restent un test très important, mais on ne sait pas comment les autres vont se comporter durant la course et exploiter vraiment le plein potentiel de leurs voitures. On essaye simplement de faire de son mieux, d'analyser toutes les informations que l’on a collectées. À ce stade-ci, je suis convaincu que nous avons fait du bon travail ».

Tu as été très bien accueilli dans le paddock et par les fans américains. Cela te rend t-il encore plus impatient pour le week-end de course ?

« Oui, c'est le moins qu'on puisse dire. Je savais bien sûr que ça allait être spécial, mais franchement je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi spécial. Hou la la ! Pour la course, ce sera probablement encore plus intense. L'enthousiasme des fans pour les voitures est déjà extraordinaire, mais chaque fois que je passais, je pouvais déceler une étincelle d'enthousiasme encore plus explosive. Les gens étaient sincèrement heureux de me voir. Et tous ceux qui ont eu l’occasion de venir me dire quelque chose ne s’en sont pas privé. Ils étaient tous très chaleureux dans leurs commentaires et encourageants. Je suis très touché par le soutien que j'ai reçu ».

Au "Roar", tu as travaillé pour la première fois avec toute l’équipe RLL réunie en vue des 24 heures. Comment se passe l’entente avec tes coéquipiers ?

« Génial ! Ces gars sont fantastiques. Jesse, Chaz et John sont des pilotes très talentueux, très professionnels et d’être dans cette équipe, avec ces pilotes, est un énorme avantage. Il est inévitable de ressentir de la pression parce que j’aimerais vraiment performer à leur niveau. Mais je dois tenir compte de mes problèmes personnels ainsi que de mon âge. Je vais faire de mon mieux mais jusqu'ici tout va bien. Je ne suis pas si loin derrière dans les chronos, en fait.

Le nouveau système de freinage avec levier est-il un avantage physique important ?

« Physiquement, c’est incomparable. C’est le jour et la nuit par rapport à ce que j’avais connu auparavant. Donc oui, de ce point de vue, c’est un succès à 100%. Néanmoins, je pense que je suis toujours en apprentissage. J'espère que je pourrai progresser davantage. Je vais avoir 24 heures pour parcourir mes données mentales et essayer de développer la bonne technique ».

Quel sera ton plus gros défi de ces 24 heures ?

« Éviter les ennuis ! Parce que j’ai constaté au cours du "Roar" que lorsque tu as un prototype rapide derrière toi et une GT lente devant, tu es comme coincé en sandwich. Et on ne veut évidemment pas créer d’accrochage. Donc, éviter les ennuis n'est pas si facile dans une course si longue et sur un circuit comme Daytona ».

Quand le drapeau à damier tombera le dimanche 27 janvier, quel serait le résultat qui te ferait dire "mission accomplie" ?

« Je ne serai pas totalement heureux parce que quand c’est fini, c’est fini ! Même si nous finissons par gagner la course en GTLM, je suis sûr que je regretterai que cette aventure spéciale et formidable soit terminée. Alors ne pensons pas à l’arrivée, pour l’instant je veux simplement profiter de ce défi ».