Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Podium à Road Atlanta et Top 5 au championnat : Kuno Wittmer revient sur la finale de sa saison en IMSA

Podium à Road Atlanta et Top 5 au championnat : Kuno Wittmer revient sur la finale de sa saison en IMSA

Mardi 16 novembre 2021 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Lenssen Photo / AWA

Crédit photo: Lenssen Photo / AWA

Quand on débute une course de la 22ème place et qu’on la termine avec, dans les mains, le trophée de la 3ème place, on peut facilement dire que c’est un succès ! C’est le bilan que peut dresser Kuno Wittmer de sa dernière course de la saison dans la série IMSA Michelin Pilot Challenge, en fin de semaine dernière.

En compagnie de l’Ontarien Orey Fidani, le pilote québécois a ainsi conclu de fort belle manière une saison faite de hauts et de bas. Il faut dire qu’à Road Atlanta pour cette dernière des 10 courses 2021, les officiels de l’IMSA avaient redonné aux McLaren un peu de performance perdue après les 3 premières courses n baissant le poids minimum des GT4 anglaises de 20 kilos, en plus d’augmenter la capacité de leur réservoir de 5 litres. Loin d’être anodines, ces changements réglementaires ont aisé l’équipe AWA de Kuno et Orey, tout comme la voiture-sœur de l’équipe québécoise MIA.

« La McLaren est une voiture qui se comporte bien sur des circuits ayant des virages à haute vitesse et Road Atlanta, quoi qu’assez court comme tracé, est ce genre de circuit. De plus, avec les changements à la Balance des Performances, nous avions de bons atouts d’entrée de jeu. Notre objectif en arrivant là-bas était d’y aller à fond, de tenter de finir la saison en beauté et espérer peut-être de remonter en 5ème ou 6ème place au championnat » explique Kuno.

Aux essais libres, la McLaren AWA No.13 n’a toutefois pas fait mieux que 15ème puis 14ème, mais Kuno s’en explique : « on n’avait pas beaucoup de temps de piste avant la qualification et lors de la première séance, nos ajustements de châssis n’étaient pas très bons. Par la suite, lors de la seconde séance, Orey en a profité pour rouler au maximum afin de parfaire sa connaissance de ce circuit où il roulait seulement pour la seconde fois de sa carrière ». Par la suite, Fidani a récolté le 22ème chrono aux qualifications (18ème des GT4). Pas le résultat espéré évidemment. Kuno s’en explique : Orey a poussé beaucoup mais il n’a pas fait un bon tour, tout simplement. Il était fâché contre lui-même face à cette contre-performance mais je lui ai expliqué que tout pilote vit ce genre de situation un jour ou l’autre : tu donnes le maximum mais ça ne se traduit pas par un bon résultat. Ça arrive et de toute façon, en Endurance la position de départ n’est pas aussi importante que dans une course sprint ».

Dès le début de la course, Orey Fidani s’est maintenu dans le Top 15 et lors de la première neutralisation, l’équipe AWA et trois autres concurrents ont fait le pari de faire rentrer leur pilote pour un ravitaillement hâtif. Une stratégie qui s’est révélée payante, compte-tenu des autres neutralisations survenues lors de cette épreuve de 2 heures. « C’était le bon choix ! L’idée était ensuite de me faire embarquer à mi-course et de rallier l’arrivée sans ravitailler. Si la course était restée tout le temps sur le vert, nous aurions été très juste en essence, mais comme il y a eu d’autres neutralisations, l’économie de carburant n’était plus nécessaire et j’ai pu attaquer du début à la fin de mon relais pour gagner des positions » explique Kuno Wittmer.

Le pilote montréalais est ainsi remonté de la 16ème à la mi-course jusqu’à la 4ème au fil d’arrivée. « J’ai vraiment eu de belles batailles en piste, et ça a toujours été propre, contrairement à beaucoup de nos adversaires en avant qui ont détruit du matériel durant cette course » souligne Kuno. Rappelons en effet que Bill Auberlen, alors meneur et favori pour le titre avec sa BMW M4 GT4, s’est accroché avec une Mercedes, ruinant ainsi ses chances de couronne 2021 qui est finalement revenue à Jan Heylen, avec la Porsche de l’équipe Wright Motorsports (lire notre compte-rendu de la course ici).

« De mon côté, ce fut vraiment une de mes belles courses en carrière, avec des dépassements par l’extérieur au virage 10 et des luttes sans accrochage qui m’ont mené jusqu’à la 4ème place finale. J’étais heureux de ce résultat, puis, un peu moins de deux heures après l’arrivée, des officiels de l’IMSA sont arrivés à notre paddock avec deux trophées dans les mains en nous disant : félicitations les gars, vous êtes classés troisièmes car la Camaro qui a fini en avant de vous a été déclassée car elle était en-dessous du poids minimum obligatoire lors des vérifications techniques d’après-course » souligne Kuno à propos de cet ultime revirement d’une fin de semaine fort positive.

Une belle manière de conclure la saison puisque Wittmer se retrouve ainsi classé 5ème au championnat. « Aux points, je suis à égalité avec l’équipage de l’équipe MIA mais comme j’ai gagné deux courses et eux aucune, je suis officiellement classé 5ème » précise Kuno. Ce n’est évidemment pas aussi satisfaisant que de gagner un titre mais après les déboires vécus par l’équipe lors des courses précédentes, où la Balance des Performances défavorable et des bris mécaniques avaient ruiné quelques résultats, c’est assurément une belle manière de conclure 2021… et peut-être le chapitre de l’IMSA Michelin Pilot Challenge ? « Je ne peux rien annoncer encore pour 2022, mais de belles choses s’en viennent » a conclu Kuno.

Vous saurez tout de ce programme 2022 dans la chronique exclusive de Kuno Wittmer présentée dans la prochaine édition du magazine Pole-Position, qui paraîtra le mois prochain…