Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

La série IMSA Michelin Pilot Challenge : La porte d’entrée de l’Endurance nord-américaine...

La série IMSA Michelin Pilot Challenge : La porte d’entrée de l’Endurance nord-américaine...

Lundi 6 janvier 2020 par Eliane Gilain
Crédit photo: Jake Galstad / LAT Images

Crédit photo: Jake Galstad / LAT Images

38 concurrents inscrits lors des essais présaison qui se sont erminés hier et un événement qui se profile déjà avec beaucoup d'impatience, sur le légendaire circuit de Daytona. En Amérique du Nord, bien que l’IMSA WeatherTech SportsCar est la série reine des épreuves d'Endurance avec se sprototypes et GT en piste, la série Michelin Pilot Challenge, son antichambre, est devenue au fil du temps l’une des plus prisées par les jeunes loups... et les moins jeunes désireux de disputer des courses aux commandes de voitures GT4 ou TCR dans un cadre très structuré et sur quelques-unes des plus belles pistes du continent.

Pourquoi est-ce que les pilotes convergent vers cette série, a priori de second ordre ? Pour le seul pilote québécois en piste en GT4 le week-end dernier lors des essais présaison, Kuno Wittmer, les raisons sont multiples. Kuno, qui a récemment annoncé qu’il évoluerait dans cette série cette année encore, cette fois au sein de l’écurie torontoise AWA sur une McLaren 570s GT4 (avec l'Ontarien Orey Fidani pour équipier, photo ci-dessus) débute par une comparaison : « Le Michelin Pilot Challenge est une série beaucoup plus accessible que le WeatherTech SportsCar. Ça fait plus de 20 ans que c’est la porte d’entrée de l’Endurance en Amérique du Nord. Depuis le début de cette série, le format des courses a toujours varié entre 1 et 4 heures, ce qui rend les épreuves intéressantes sans être trop longues, notamment pour le budget des équipes participantes ».

Kuno ajoute : « J’ai débuté dans cette série en 1999, ici-même à Daytona. C’est la série qui a lancé ma carrière, j’étais très jeune. Lorsque tu fais partie d’une organisation comme l’IMSA, surtout dans une série comme le Michelin Pilot Challenge, c’est un système qui aide les pilotes à se préparer pour monter les échelons. En bon anglais, c’est un "feeder system" pour le WeatherTech SportsCar ». Le fait que l'IMSA harmonise également le rèeglement sportif entre ses séries prototypes/GTLM/GTD d'un côté et GT4/TCR de l'autre est également un critère intéressant pour les équipes et pilotes. « Ça prépare et forme les pilotes qui tentent de monter dans la série reine. Par exemple, la procédure des neutralisations est la même. Donc quand tu as un tour de retard, il est possible de reprendre son tour et un pilote qui a l'expérience du Michelin Pilot Challenge ne sera pas dépaysé par cette procédure lorsqu'il sera confronté à la situation en WeatherTech SportsCar » souligne Kuno, qui ajoute : « Toute la procédure des puits est également similaire. Lorsque tu es dans tes puits ou bien en ligne pour entrer en piste, tu ne peux pas bouger tant que les officiels ne l’ont pas confirmé. Autre exemple, lors des départs, les voitures de Michelin Pilot Challenge ne peuvent également pas effectuer de dépassement avant la ligne départ/arrivée. D’ailleurs, parlant de voiture, il s’agit également d’un gros atout de la série. Les GT4 gagnent en popularité, tout comme les TCR qui évoluent également dans la série qui comporte donc deux classes. La GT4 peut être la porte d’entrée vers les GT3 ou même le GTLM, mais est également une voiture très plaisante pour les pilotes qui ne souhaitent pas changer de série ».

Tel qu'il l'avait déjà mentionné dans ses chroniques dans le magazine Pole-Position, Kuno Wittmer précise aussi : « les pilotes qui évoluent dans cette série ont souvent un emploi en dehors du sport automobile, et ils veulent venir à la piste pour avoir du plaisir. Le WeatherTech SportsCar est très intense et il y a souvent beaucoup de pression alors qu’en Michelin Pilot Challenge on trouve de tout : des pilotes professionnels et ceux qui font cela pour s’amuser. Ces pilotes se cherchent souvent des jeunes loups qui les épauleront, en les aidant tant à la piste qu’à l’extérieur lors de sessions privées de coaching. C’est pourquoi je trouve que le Michelin Pilot Challenge est un excellent tremplin puisqu’il s’agit d’une série qui représente une très belle visibilité grâce à la machine qu’est IMSA, tout en permettant à des pro comme à des amateurs de trouver leur place ».

La première épreuve 2020 de l’IMSA Michelin Pilot Challenge aura lieu le vendredi 24 janvier prochain, en marge des 24 Heures de Daytona qui débuteront le lendemain.