Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

15 octobre 1921 : Naissance d’Al Pease, l'un des pionniers de la F1 au Canada

15 octobre 1921 : Naissance d’Al Pease, l'un des pionniers de la F1 au Canada

Mardi 15 octobre 2019 par René Fagnan
Crédit photo: Archives Pole-Position

Crédit photo: Archives Pole-Position

Al Pease ? Il y a bien des chances que le nom de ce pilote ne vous dise pas grand-chose. Pourtant, ce Britannique, qui a émigré ici au pays au début des années 60, a participé au premier Grand Prix du Canada de Formule 1 en 1967 aux commandes d’une Eagle T1F-Climax commanditée par Castrol.

Son histoire remonte au 15 octobre 1921 avec sa naissance à Darlington au Royaume-Uni. À 17 ans, il joint les rangs de l’armée britannique et participe, entre autres, aux ultimes batailles de la deuxième Guerre mondiale.

Diplômé en arts, il émigre aux États-Unis où il travaille comme illustrateur au sein de la compagnie de roulements à billes SKF.

Les États-Unis ayant abaissé leurs quotas d’immigration, Pease décide alors de tenter sa chance au Canada. Il s’établit à Toronto où il continue à travailler comme illustrateur. Son père était un grand fan de motos, mais Al préfère de loin les voitures et c’est à cette époque qu’il s’intéresse au sport automobile.

Pease fait l’acquisition d’une Riley 1,5 litre et dispute des courses organisées par le British Empire Motor Club. Quelques années plus tard, Pease deviendra très connu au pays par ses succès au volant d’une MGB complètement modifiée et propulsée par un moteur à compresseur.

Politiquement parlant, Pease a aussi joué un rôle déterminant dans l’obtention de la permission du CASC (le Canadian Automobile Sport Clubs) d’afficher le nom de commanditaires sur sa voiture ; un changement notoire dans le monde de la course automobile canadienne.

En 1967, la FIA accorde au CASC les droits d’un premier Grand Prix de Formule 1 à être organisé sur le circuit de Mosport Park en Ontario. Castrol Canada voulait à tout prix commanditer le premier pilote canadien à participer au premier GP du Canada. Castrol achète donc une Eagle Climax à Dan Gurney et la confie à Pease. Ce dernier se qualifie 16e et dernier avec un chrono de 1’30”1. Pease roule au dernier rang jusqu’au 47e tour quand la batterie de l’Eagle tombe à plat. Le moteur Climax s’arrête net, ce qui le force abandonner.

L’Eagle est ensuite inscrite aux deux derniers Grands Prix de la saison, mais Pease décide de ne pas y participer.

Pease tente à nouveau sa chance au Grand Prix du Canada de 1968 organisé sur le circuit du Mont-Tremblant. Pease se qualifie (bien que plus lent de 13 secondes que Jacky Ickx en pôle position), mais le moteur Climax lâche en fin de séance et Pease ne peut prendre le départ de l’épreuve.

Un an plus tard, Pease, maintenant âgé de 48 ans, qualifie sa Eagle-Climax au 17e rang sur 19 participants au GP du Canada à Mosport avec un temps de 11 secondes plus lent que celui de la pôle. Après seulement cinq tours de course, le meneur, Jackie Stewart, lui prend déjà un tour ! Par la suite, Pease pilote de façon erratique, manquant de s’accrocher avec Piers Courage, Stewart et Jean-Pierre Beltoise. Ken Tyrrell, fou de rage, exige à la direction de course d’exclure Pease de l’épreuve. Au 26e tour, Pease est stoppé par le drapeau noir qui l’oblige à rentrer à son stand. C’en est fini de sa carrière de pilote de Grand Prix.

Par la suite, Pease, homme d’affaires à la tête d’une entreprise florissante, a continué à courir en monoplaces, en Formule 5000 et Formule A notamment, puis s’est tourné vers les courses de voitures antiques. Il a remporté la victoire lors de la dernière épreuve à avoir été organisée sur le circuit de Harewood Acres situé près de Hamilton en Ontario aux commandes d’une Brabham BT21 propulsée par un moteur Climax de 2,7 litres.

Pease a ensuite pris sa retraite à Sevierville au Tennessee et il nous a quitté le 4 mai 2014.