Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Rencontre Vincent Vosse (équipe WRT), tandis que la R8 WRT/Audi Canada se bat pour la victoire en GTD à Daytona !

Rencontre Vincent Vosse (équipe WRT), tandis que la R8 WRT/Audi Canada se bat pour la victoire en GTD à Daytona !

Dimanche 27 janvier 2019 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Audi Media

Crédit photo: Audi Media

La présence d’une voiture aux couleurs Audi Canada au départ des 24 Heures de Daytona n’est pas seulement une première pour le manufacturier aux 13 victoires aux 24 Heures du Mans. En s’associant à l’équipe WRT du Belge Vincent Vosse, multi championne de la série Blancpain GT en Europe et de la Coupe du monde FIA GT, l’entité Audi Sport Canada créé l’an dernier démontre sa volonté de se faire connaître au plus haut niveau du sport automobile nord-américain

Au départ toutefois, l’équipage composé du jeune canadien Roman de Angelis, de l’Américain Ian James, du Belge Fred Vervish et du Sud-Africain Kelvin Van Der Linde ne partait pas favori, la Blance des Performances (BoP) étant a priori défavorable aux Audi GT3 à Daytona. Mais la pluie, les incidents de course et jusqu’ici un parcours irréprochable des pilotes et de l’équipe permettent d’entrevoir un podium pour l’Audi WRT/Audi Canada No.88, à l’arrivée dans 3 heures.

Superstitieux, Vincent Vosse ne veut pas parier sur l’issue d’une épreuve que lui et son équipe découvrent, mais il a répondu à nos questions pour discuter de l’association avec Audi Canada et la participation de son équipe aux 24 Heures…

Vincent, comment a démarré ce projet ayant amené ton équipe à Daytona avec Audi Canada ?

Nous étions au Grand Prix de Macao avec le représentant de Speedstar et d’Audi Sport Canada et nous avons discuté de l’idée. Mais Macao c’était en novembre et Daytona en janvier, il fallait donc aller très vite. Tout s’est mis en place, nous avons reçu une collaboration exceptionnelle d’Audi Canada dans le projet, et nous avons inscrit une voiture.

Débuter à Daytona, c’est un plan qui prend beaucoup de temps, d’attention et de budget pour une seule course. Est-ce que c’est dans les plans de faire d’autres courses après Daytona ?

On ne va pas faire d’autre course pour l’instant dans le championnat IMSA, simplement parce que ce n’est pas quelque chose qu’on peut mettre comme ça dans les plans à la dernière minute, c’est quelque chose qui se prépare longtemps à l’avance. Il y certainement un intérêt pour le championnat IMSA, pour des courses comme Sebring, Watkins Glen et Petit Le Mans. Mais on a dû faire des choix de programmes 2019 il y déjà un petit temps et ces choix sont de participer à plein temps aux championnats Blancpain Sprint et Endurance en Europe, à l’Intercontinental GT Challenge, le WTCC, le TCR et le DTM. C’est déjà un gros programme pour toute l’équipe et ce serait une erreur de notre part de vouloir en faire de trop. La voiture utilisée ce week-end à Daytona, si elle ne roule pas à Laguna Seca en Intercontinental GT Challenge, rentrera en Europe dès la semaine prochaine.

Combien de personnes travaillent dans ton équipe, avec autant de programmes à gérer ?

Plus ou moins 100 personnes. Mais nous avons aussi beaucoup d’activités qui ne sont pas reliées au sport automobile directement. Par exemple, nous fabriquons toutes les VW de la série Fun Cup en Belgique e nous avons une structure qui fabrique des TCR pour un autre manufacturier que VW/Audi, que ce soient celles qui roulent aux États-Unis ou en Europe. Nous fabriquons aussi toutes les Volkswagen Polo R5 de rallye, châssis et cage.

Le DTM cette année est le nouveau défi de votre équipe, avec Audi. Comment se prépare-t-on en tenant compte que vous serez la seule équipe privée dans la série ?

Nous travaillons beaucoup avec Audi Sport pour préparer le tout. Côté pilotes, nous avons déjà un de choisi, qui vient de la Formule 3 et sera annoncé bientôt, en accord avec Audi Sport. Les deux pilotes de notre équipe en DTM seront des jeunes afin d’apprendre avec eux la première année, parce qu’il y a tellement de procédures en DTM, c’est tellement un championnat compliqué, très différend avec des règles qui sont totalement différentes de ce qu’on connaît aujourd’hui. Donc objectif d’apprendre la première année pour être prêt à viser plus haut la 2ème année.

WRT a des partenariats avec certains pays quand il y a la Coupe des Nations GT à Bahreïn et maintenant avec Audi Canada en IMSA. Est-ce que cette formule d’implication d’un pays peut être l’avenir des courses de type GT3, pour permettre de faire rouler des pilotes n’ayant pas de gros budgets notamment ?

On a déjà eu une collaboration par le passé avec Audi France, Audi Belgique, Audi Chine, maintenant Audi Canada... Plusieurs partenariats avec des pays en effet. Et oui, pourquoi pas, ça peut être l’avenir au niveau GT3. C’est intéressant pour nous de représenter différentes nations. 
 

*** À un peu moins de 3 heures de l’arrivée des 24 Heures de Daytona, la R8 GT3 de l’équipe WRT/Audi Canada a pris la tête de la catégorie GTD. Elle a ensuite ravitaillé et rétrogradé au 4ème rang. Mais l’exploit est désormais possible pour Roman de Angelis et ses équipiers. 8 voitures demeurent sur le tour du meneur en classe GTD, rien n’est donc acquis mais on garde plus que jamais espoir du côté des troupes de Vincent Vosse… Au classement général, c’est désormais la Cadillac de Felipe Nasr qui mène, devant la Cadillac de Fernando Alonso et l’Acura d’Alexander Rossi.