Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Entrevue exclusive : Alex Labbé fait le bilan de son premier week-end en NASCAR Xfinity

Entrevue exclusive : Alex Labbé fait le bilan de son premier week-end en NASCAR Xfinity

Lundi 19 février 2018 par Eliane Gilain
Crédit photo: Éliane Gilain

Crédit photo: Éliane Gilain

Samedi dernier, lors de la toute première épreuve 2018 de la série NASCAR Xfinity à Daytona, le pilote québécois Alex Labbé a fini 24ème. Un résultat qui ne reflète pas sa course, ruinée par une panne d'essence alors qu'il évoluait parmi les meneurs, lors du dernier des (trop) nombreux épisodes de relance.

La course a aussi connu un nombre record de neutralisations, et au total pas moins de 23 tours de plus que la distance prévue a dû être effectué par les pilotes, créant ainsi le chaos parmi les stratégies de consommation d'essence chez les équipes.

Si la course fut interminable pour les spectateurs, les 5 prolongations et les 12 drapeaux jaunes n’ont certainement pas plu aux pilotes. Mais comme le voulaient tellement les officiels de NASCAR, c'est une fin "historique" qu’a connu cette course, alors que Tyler Reddick et Elliott Sadler ont passé la ligne d’arrivée en même temps, avec une marge de 0.000 seconde entre les deux voitures, battant le record établit par Butch Miller et Mike Skinner lors d’une course de la série des camionnettes en 1995, où la marge était alors de 0.001 seconde.

Alex Labbé est revenu pour Pole-Position sur son bilan de cette première fin de semaine de la saison en NASCAR. Voici ses impressions...

Alex, en dépit de ce qui est arrivé au dernier tour, es-tu satisfait de ta performance lors de ta première course en NASCAR Xfinity ?

« Oui je suis satisfait de ma performance, bien que je suis déçu du résultat et des circonstances, mais ça fait partie des risques de la course ! Notre but en allant à Daytona était de terminer l’épreuve, ce qu’on a fait, mais avec un tour de retard et en 24ème position au lieu de se placer dans le Top 10. Au moins, on a terminé et l’auto est en un morceau et ça aurait pu être pire quand on regarde tout ce qui est arrivé pendant cette course.»

Tu t’es en effet très bien tiré du carambolage impliquant 18 voitures. Lorsqu'on t’a vu entrer dans le groupe de voitures en dérapage, on se demandait comment ça allait se terminer pour toi !...

« Moi aussi ! J’y ai été à l’aveuglette. Quand on voit un tel accident arriver, il faut prendre des décisions assez rapidement. Au début, quand je suis entré dans le groupe de voitures en train de s'accrocher, j’avais des gros doutes que je ressortirais de là en un morceau. Finalement, j’ai trouvé un chemin dans la poussière et la boucane de pneus. Ceci dit, ce n’est pas une expérience plaisante, ça, c’est certain !»

Souvent, la course de Daytona est vue comme un "derby de démolition" où le vainqueur est plutôt le survivant. Ce fut le cas encore cette fois. Te doutais-tu de la tournure des événements ?

« Oui, je me doutais que ça allait se terminer ainsi en voyant toutes les neutralisations. Vu que c’était ma première expérience dans cette course, au début je ne prenais pas de chance, je gardais ma ligne et je suivais le pilote en avant de moi. Je ne voulais pas sortir de ma ligne, car premièrement, ça ne donnait rien et deuxièmement, je voulais prendre de l’expérience en aspiration des autres voitures. Au début, je suis donc resté dans le trafic, je ne prenais pas de risque, voulant seulement me rendre à la fin. Je pense que notre plan de match était excellent, sauf pour la question de l’essence. Pourtant nous avons ravitaillé en même temps que les autres et j’ai essayé d’économiser l’essence, mais il en manquait un demi-gallon pour que je passe le fil d’arrivée.»

Comment te sentais-tu avant cette première course en carrière sur un circuit mythique comme celui de Daytona ?

« Je te mentirais si je te disais que je n’étais pas stressé ! C’était ma première fois à Daytona et ce tracé ne pardonne pas car si tu fais une erreur, ça va créer un gros accident. C’est certain que j’appréhendais de voir comment ma voiture se comporterait, je n’avais pas encore conduit dans l’aspiration avec plus que trois voitures. Pour moi, c’était un très gros changement que de partir 22ème, directement dans le milieu de peloton avec 20 voitures en avant et 20 voitures en arrière. Je ne pouvais pas avoir plus de circulation que ça. Par contre, une fois la course lancée, j’étais à l’aise. J’ai une très grande confiance en mon éclaireur qui a vraiment fait un bon travail. Je suis très content de ma première course avec lui. On a très bien communiqué et il m’a donné de très bonnes informations tout au long de la course.» 

Comment as-tu trouvé l’ambiance du Daytona 500, en tant que pilote ?

« C’est très amusant, et unique. Il y a beaucoup de monde et c’était agréable de voir qu’il y avait des Québécois. Il y a beaucoup de gens qui sont venus me voir dans les garages et avant la course et ça parlait Français. Daytona est la première épreuve de l’année et la plus importante du calendrier, c’est un super événement.»

Maintenant que tu as ta première course de NASCAR Xfinity derrière toi, comment envisages-tu les prochains événements ?

« Je serai encore en mode apprentissage au moment de me rendre aux prochaines courses, à Atlanta ce week-end puis à Las Vegas. Ce sont deux ovales sur lesquelles je n’ai pas couru encore. Il va falloir que je m’adapte assez rapidement, mais j’ai vraiment hâte d'aller sur ce type de pistes. Ça va être plus technique, mais c’est une autre approche et j’ai hâte de voir notre performance. Cependant, je suis conscient que ça va être encore plus dur, car les grosses équipes ont beaucoup de ressources sur ce genre de circuit.»

Tu as fait tes débuts dans une toute nouvelle Équipe, AM Prime Racing. Ton bilan de comment tout cela s'est déroulé au sein de l'équipe ?

« Ça s’est très bien déroulé. On avait aussi une nouvelle équipe pour les arrêts aux puits et là, il y a quelques petits ajustements à faire, mais rien de majeur. Parfois on gagnait des positions et à d'autres moments on en perdait lors des arrêts. Mais on n’a pas eu de gros manques. Même avec mes équipiers dans le garage, on a fait des bons ajustements sur la voiture tout au long du week-end pour me rendre à l’aise. Je suis content de la fin de semaine en général. Si on avait pu avoir du carburant un tour de plus, ça aurait été un week-end parfait, mais ce n’est pas grave !»