Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Les équipes dominantes en NASCAR Cup : Partie 2 - Comment expliquer les succès de Hendrick Motorsports ?

Les équipes dominantes en NASCAR Cup : Partie 2 - Comment expliquer les succès de Hendrick Motorsports ?

Mardi 23 novembre 2021 par Marc Cantin
Crédit photo: Sean Gardner / Getty Images

Crédit photo: Sean Gardner / Getty Images

Après avoir énuméré quelques-unes des recettes du succès des 5 plus grandes équipes de NASCAR Cup dans le texte précédent, nous nous penchons sur la domination de Hendrick Motorsports.

Les composantes du succès sont connues mais difficiles à rassembler et maintenir au plus haut niveau pendant plusieurs saisons successives. Hendrick Motorsports a certes connu un "passage à vide" de 2017 à 2019, bien que ce soit relatif alors que les jeunes pilotes ayant intégré l’équipe ont gagné quelques courses. Mais en 2020 avec le titre de Chase Elliott et plus encore cette année avec celui de Kyle Larson qui s’apparente à une domination, on peut de nouveau parler de la grande équipe Hendrick. Celle-ci a récolté la victoire dans les 5 dernières courses; du jamais vu depuis l’instauration des séries éliminatoires ou de leurs formules précédentes !

Mais quelles sont les clés de ces victoires ?

1. Le trio pilote-chef d’équipe-observateur et la communication entre eux : Les paires notoires chez Hendrick (Gordon/Evernham/d’Hondt et Johnson/Knaus) ont gagné ensemble. On a retrouvé cette formule gagnante cette année autour de Kyle Larson, tout spécialement.

2. La science appliquée : technologie et ingénierie. Les six titres de la paire RCR-Dale Earnhardt marquent la fin de l’ère intuitive et basée surtout sur l’expérience (et la tricherie omniprésente dirons certains) pour la préparation de voitures et la gestion de course.

3. Le passage vers l’ingénierie : Il a commencé avec l’embauche de Matt Borland, un ingénieur, comme chef d’équipe de Ryan Newman chez Penske en 2000. En fait, il fut un temps où tous les membres de cette équipe à la piste étaient tous des ingénieurs, en plus de ceux qui œuvraient à l’atelier.  Les équipes ont fait du chemin depuis, alors que l’on trouve des ingénieurs et divers spécialistes (aérodynamique, thermodynamique, métallurgie, composites, etc. qui sont venus s’ajouter aux spécialistes traditionnels pour concevoir, fabriquer, préparer, réparer, tester et courir les voitures et les moteurs.

4. Les hommes : Les chefs d’équipe, les observateurs, les équipiers (pistes, atelier), le secteur Recherche & Développement. Les meilleures équipes ont une attitude simple : embaucher et former les meilleurs, contrôler la qualité, toujours se rendre au fond des choses sans reliquat à résoudre plus tard.

5. L’application d’un principe de base de l’ingénierie : Appliquer des solutions éprouvées à des problèmes bien compris. On traite les problèmes de fond, pas les symptômes. Donc les longues réunions et enquêtes pour aller au fond des choses et arriver à la piste sans problème soupçonné ou incompris.

6. Les budgets : La course carbure à l’argent, au point où les grands organisations (FIA, NASCAR, IndyCar, NHRA) cherchent comment réduire les coûts de façon crédible, réaliste et facile à contrôler. Selon plusieurs, la survie et l’essor des grandes séries en dépend complètement. Entretemps, les meilleures équipes y mettent le plus d’argent, la gère mieux, et gagnent.

7. « Gagner dimanche, vendre lundi ! » : Le support actif d’un fabricant, dont la course est un exercice de marketing, est essentiel au succès de son équipe officielle. Le duo Chevrolet-Hendrick plus efficace et mieux financé domine devant des maisons sérieuses comme Toyota et Ford. Derrière cette implication en NASCAR, c’est une bataille de titans pour la plus grosse part de marché auto et camionnette aux États-Unis. 

La liste des champions de la série NASCAR Cup depuis 1986 démontre la puissance de certaines paires équipe-pilote qui remportent des titres à répétition. Avec 14 championnats pour Hendrick, contre "seulement" 6 pour Richard Childress Racing, ces deux équipes ne laissent que 16 titres aux autres grandes structures et 4 pour de petites équipes. En voici les détails pour les pilotes du Hendrick Motorsports :

·         Jimmie Johnson (7 titres - 2006-07-08-09-10-13-16); 83 victoires entre 2002 et 2017
·         Jeff Gordon (4 titres -1995-96-97-98-2001); 93 victoires entre 1994 et 2015
·         Chase Elliott (1 titre - 2020); 13 victoires entre 2018 et 2021
·         Kyle Larson (1 titre - 2021); 10 victoires en 2021
·         Terry Labonte (1 titre - 1996); 12 victoires entre 1994 et 2003
·         Dale Earnhardt Jr (0 titre); 9 victoires entre 2008 et 2015

Ce tableau ne prend bien sûr en compte que les victoires ou les titres obtenus par ces 6 pilotes avec Hendrick Motorsports.

À titre de comparaison, Richard Childress Racing totalise 6 titres, tous avec Dale Earnhardt Sr; Joe Gibbs Racing 5 (Dale Jarrett, Bobby Labonte, Tony Stewart et Kyle Busch deux fois); Penske 2 (Brad Keselowski, Joey Logano), Jack Roush Racing 2 (Matt Kenseth, Kurt Busch) et… Petty Enterprises 7, toutes avec Richard Petty entre 1964 et 1979 (200 victoires, dont 192 avec le chef d’équipe Dale Inman).