Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Karting : Victoire par une mince avance de 20 secondes de l’équipe Chocolat Racing aux 6 Heures du Mïrabergring à ICAR

Karting : Victoire par une mince avance de 20 secondes de l’équipe Chocolat Racing aux 6 Heures du Mïrabergring à ICAR

Mardi 26 octobre 2021 par René Fagnan
Crédit photo: René Fagnan

Crédit photo: René Fagnan

Prévue initialement l’an dernier, la course d’endurance de karting de six heures des Sodi World Series, le Mïrabergring, a finalement eue lieu samedi dernier, le 23 octobre sur le circuit ICAR à Mirabel.

Cette course a été présentée par une belle journée d’automne, sous le soleil, et sur une longue piste de plus de deux kilomètres de longueur qui joignait la piste Haute Performance à celle des karts de location. Sécuriser ce circuit a exigé beaucoup de travail de la part des organisateurs et nécessité l’installation de centaines de pneus apportés à ICAR dans trois semi-remorques.

« Il reste des sections assez bosselées aux endroits où les pistes se rejoignent, mais il était impossible de faire autrement » indiquait Ben Cooper, trois fois champion des finales mondiales de karting Rotax et responsable des courses Sodi World Series à ICAR.

Chaque équipe devait compter entre deux et six pilotes (à leur choix) et devait effectuer un minium de sept arrêts aux puits durant la course. Certaines équipes ont choisi d’effectuer des relais très longs, allant même à près d’une heure trente, tandis que d’autres préféraient des relais beaucoup plus courts.

Les participants pouvaient s’inscrire dans deux catégories : Élite, employant les karts Sodi SR5 de 13 chevaux (chaque pilote avec son lest devait peser au moins 180 libres), et la classe Sport avec les karts RT8 de 6,5 chevaux, sous-divisée en catégorie Sport Lourd pour les pilotes de plus grand gabarit (pilote avec lest devant peser au moins 210 livres).

L’allocation des karts de départ et des positions sur la grille étaient tirées au hasard. Le départ fut de l’ancien style Le Mans avec les pilotes qui courent jusqu’à leurs karts. Le peloton serré passe bien le virage 1 à l’exception de deux ou trois poussettes qui résultent en des tête-à-queue. C’est tout de suite l’équipe SH-Sodi qui se met en vedette en prenant la commande de l’épreuve.

Après 30 minutes de course, on assiste aux premiers pit stops qui doivent durer, par le règlement, au moins deux minutes. Chaque équipe reprend la piste avec un kart différent, ce qui permet d’égaliser les chances.

Le soleil qui brille réchauffe la piste et les chronos commencent à chuter. Le passage répété sur les bosses cause de la fatigue chez certains pilotes et on assiste à plusieurs contacts avec les pneus ou les barrières en plastiques posées dans les virages. Il arrive aussi que des pilotes très expérimentés, super rapides, pestent contre des coureurs amateurs qui ne leur laissent pas immédiatement le passage. Mais en gros, ça se passe bien en piste.

Après quatre heures de course, les équipes SAAS RT et SAAS RT2 passent en mode attaque et remontent au classement. En classe Sport, c’est l’équipe DPKin Canada, de catégorie Lourd, qui domine les débats.

Avec seulement trente minutes à faire, plusieurs équipes, même parmi les meneuses, effectuent leur dernier arrêt, ce qui chamboule le classement. Les équipes SAAS RT, Team 3 Continents et Chocolat sont désormais toutes sur le même tour et attaquent au maximum. Pendant ce temps, l’équipe White Lightning Racing, habituée aux courses d’endurance, pousse fort et abaisse le meilleur tour de piste à trois reprises : 2’03”442, 2’03”370 puis 2’03”240.

Le drapeau à damier est abaissé après six heures de course endiablée. Après 164 tours du circuit, Chocolat Racing termine en première place avec une très mince avance de seulement 21”564 sur SAAS RT et 42”023 sur Team 3 Continents. L’équipe SH-Sodi se classe quatrième, de justesse sur le même tour que les gagnants, avec un retard de 2’02”117. Puis, on retrouve neuf équipes qui n’accusent qu’un tour de retard !

L’équipe Chocolat Racing était composée de pilotes chevronnés : Alexandre Gauthier, Pier-Luc Ouellette (deux fois champion des finales mondiales Rotax) , Jeffrey Petriello (ancien pilote de Formule BMW USA) et Philippe Gauvreau.

L’équipe DPKin Canada, au volant d’un kart RT8 moins puissant, termine en 19e place au classement général, mais première en catégorie Sport et en classe Lourd. Ce team brésilien était composé de Luiz Andrade et Henrique da Fonte. Elle a croisé l’arrivée avec une priorité de juste 43”546 sur l’équipe HDMC, une autre équipe de classe Lourd.

« Nous avons eu 32 équipes et un niveau de compétition très élevé » résume Maxence Hilleret, co-organisateur du Mïrabergring. « Il est maintenant évident que nous voulons en faire un événement annuel. Tout s’est très bien déroulé et avec une piste aussi longue, ce fut vraiment du pilotage d’endurance. Il n’y a pas eu d’accident et seulement deux ou trois pénalités ont été imposées. Ce fut une course incroyablement disputée. Finir avec juste quelques secondes d’écart après six heures de course est assez incroyable. L’équipe d’ICAR Karting et tous ses employés ont fait un travail formidable et bien des participants m’ont dit avoir déjà hâte à l’édition de 2022 ! »

La photo ci-dessous montre Alexandre Gauthier, membre de l’équipe gagnante au classement général, pourchassé par Olivier Bédard, trois fois champion de la Coupe Nissan Micra et nouveau champion de la série Super Production Challenge.

Crédit photo: René Fagnan