Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

25 mars : Un premier Grand Prix écourté pour Ayrton Senna avec Toleman

25 mars : Un premier Grand Prix écourté pour Ayrton Senna avec Toleman

Jeudi 25 mars 2021 par René Fagnan
Crédit photo: WRI2

Crédit photo: WRI2

Les premiers essais du Grand Prix de Bahreïn, ouverture de la saison 2021 de Formule 1, auront lieu demain sans la présence d’un pilote brésilien.

Il fut un temps où les Brésiliens faisaient la loi en F1. En ce jour de 1984, un jeune coureur automobile brésilien a disputé son premier Grand Prix devant les siens au Brésil. Au fil des ans, il est devenu l’un des plus grands champions de l’histoire de la Formule 1.

Trois fois Champion du monde et auteur de 41 victoires et de 65 pole positions en juste dix années de compétition, Ayrton Senna a ébloui le monde de la F1 avec son style de pilotage agressif, sa détermination phénoménale, sa recherche constante de la perfection, sa personnalité énigmatique et sa formidable compréhension de sa voiture.

Champion de karting au Brésil, puis champion de Formule 1600, de Formule 2000 et de Formule 3 en Europe, Senna a commencé à attirer les regards des écuries de F1 au courant de la saison 1983 durant laquelle il s’est férocement battu, souvent à la limite de la rectitude, avec Martin Brundle en F3 britannique.

Senna effectue un premier essai aux commandes d’une monoplace de F1 le 19 juillet 1983, alors qu’il court encore en F3 pour le compte de l’écurie de Dick Bennett. Il effectue 83 tours du circuit de Donington au volant d’une Williams FW08C. Le 25 octobre, à titre de nouveau Champion de F3 britannique, il essaie une McLaren MP4/1C-Ford à Silverstone. À cette occasion, il ne lève pas le pied quand le moteur commence à casser, ce qui met Ron Dennis en colère. En automne, Senna prend ensuite les commandes d’une Toleman TG183B-Hart à Silverstone puis, le 4 novembre, celles d’une Brabham BT52B-BMW sur le circuit Paul-Ricard en France.

Au final, Senna accepte l’offre que lui fait la petite écurie britannique Toleman dirigée par Alex Hawkridge. Senna est encore un garçon chétif qui n’a disputé que des courses de F3 d’une durée d’à peine 40 minutes quand il débarque chez lui au Brésil pour y disputer son premier Grand Prix à vie. Le jeune brésilien sait qu’il va affronter des conditions difficiles, car le circuit de Jacarepagua, situé dans les faubourgs de Rio de Janeiro, est long, plat, doté de plusieurs virages rapides et de plus, il tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

Senna apprend les choses de la vie

L’ingénieur en chef de Toleman, Rory Byrne, a modifié la voiture de l’an dernier, mais la TG183B à moteur turbo quatre cylindres Hart demeure volumineuse, pas très agile, bref, c'est un gros camion. Les choses débutent plutôt mal pour les écuries qui utilisent les pneus Pirelli (Toleman, RAM, ATS, Spirit et Osella), car ils sont sujets au déchapage (le décollement de la bande de roulement). Toleman dispose de 12 trains de pneus lisses, mais puisqu’ils sont tous été marqués par les officiels de la FIA, il est impossible de les changer.

Senna découvre le monde de la F1 et certaines règles non-écrites... Dans son livre “Ayrton Senna – Pole Position”, Christopher Hilton raconte un incident survenu avant les premiers essais. “Ayrton Senna avait demandé quelque chose comme 35 passes d’invités pour le Grand Prix. Bernie [Ecclestone] nous a demandé de lui apprendre les choses de la vie” relate Chris Witty qui était le directeur des commandites chez Toleman à ce moment.

Au terme des qualifications, Senna est le plus rapide du clan Pirelli. Malgré un ennui de vibrations du train avant, il place sa grosse Toleman-Hart en 16e place sur la grille de départ avec un temps de 1’33”525, deux secondes plus vite que son coéquipier, Johnny Cecotto, l’ancien champion de courses de motos (1’35”300).

En début de course, Senna bataille ferme contre Stefan Bellof (Tyrrell 012-Ford). Il occupe la 15e place quand il se fait doubler par Nelson Piquet (Brabham BT53-BMW turbo). Il repasse devant les puits en 24e position, puis abandonne au huitième tour, son moteur ayant été victime d’une baisse de pression de suralimentation qui fut attribuée plus tard à la rupture de pales de la turbine.

Quelques jours après la course, Senna fut convoqué à l’usine Toleman pour y rencontrer Alex Hawkridge, le patron de l’écurie, et Peter Gethin, le directeur sportif. On se souvient bien de l’affaire des passes d’invités. De plus, Senna est apparu au Brésil portant une combinaison blanche affichant des écussons Marlboro et Monroe. “Son contrat stipulait qu’il pouvait arborer ce qu’il voulait à condition qu’il obtienne l’accord de l’écurie. Mais il n’avait rien demandé. Ils l’ont fait venir à l’usine et ils lui ont passé un savon. J’ai pensé qu’on était vraiment en train de l’humilier” raconte Chris Witty dans le livre de Hilton.

Deux semaines plus tard, Senna, piqué au vif, marquait déjà ses premiers points en F1 en terminant en sixième place lors du Grand Prix d’Afrique du Sud.