Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

La F1 sur piste ovale ? Partie 2 : L'AVUS, un tracé dangereux du début à la fin de son existence !

La F1 sur piste ovale ? Partie 2 : L'AVUS, un tracé dangereux du début à la fin de son existence !

Dimanche 24 mai 2020 par Marc Cantin
Crédit photo: Archives Pole-Position Magazine

Crédit photo: Archives Pole-Position Magazine

Les pistes ovales n’ont pas été créée qu’en Amérique du Nord. En Europe, dès le début du siècle dernier, plusieurs anneaux de vitesse, comme ils étaient alors appelés, ont été construits. Certains n’ont jamais eu l’occasion, ou l’inconscience, d’y voir des Grand Prix de Formule 1 comptant pour le Championnat du monde être présentés.

Mais dans le cas de Monza (voir article précédent de ce dossier, en cliquant ici) et du site allemand de l’AVUS, près de Berlin, des épreuves de championnat y ont eu lieu. Une seule dans le cas de l’AVUS, dont nous vous présentons l’histoire tumultueuse ici…

Le circuit "Automobil Verkehrs und Übungsstraße" (dit AVUS), fait partie du réseau routier de Berlin (la Bundesautobahn 115) depuis sa construction en 1921. Elle servit au début à la circulation civile, pour des essais par les fabricants, et de piste de course. Depuis la fin des années 1990 et la chute du Mur de Berlin, le tracé ne sert qu'à la circulation publique, toute compétition y étant abandonnée.

Ce qui est aujourd’hui un recoupement d’autoroutes urbaines de la capitale allemande était à ses débuts une piste à la conception archi simple, comprenant une épingle serrée à l’extrémité sud et un grand bol hyper rapide au nord. Son aspect filiforme (voir plan ci-dessous) cachait de multiples dangers : long de 19,5 km à l’origine, assez pour sauter des moteurs et répandre de l’huile partout, un virage relevé à 43 degrés (plus extrême donc que les 11 d’Indianapolis et les 31 de Daytona) en pavé glissant sur le mouillé, et aucun mur de protection en haut de la section ovale.

Seulement deux Grand Prix d’Allemagne y ont été tenus : en 1926 (sur les 19 km) et en 1959 sur une configuration longue de 8 km avec une extension serrée et technique ajoutée à l'extrémité sud. Après le dernier Grand Prix, des courses de Formule 3, de berline et même occasionnellement des Sport-prototypes de niveau national ont utilisé la piste jusqu’à sa fermeture officielle en 1998.

De gros accidents ont marqué l’histoire de l’AVUS avant et après la guerre. L’édition de 1959, remportée par Tony Brooks (Ferrari) est la seule ayant compté pour le Championnat du monde de F1. La tenue de ce Grand Prix sur l’AVUS revêtait d’un intérêt politique certain (le Mur de Berlin n’était pas construit et c’était l’occasion pour les autorités de l’Allemagne de l’Ouest de faire venir des citoyens Est-allemands sur leur territoire !) et elle fut marquée par les pirouettes de Hans Hermann (photo ci-dessus; cliquez aussi ici pour voir le vidéo de l’accident). Éjecté de sa voiture, Hermann jouit de chance, regardant sa BRM P25 s’auto-détruire à l’entrée de l’épingle sud. Pas de ceinture de sécurité, pas de barre ou coque protectrice pour sa tête et… pas de blessure grave après avoir glissé un bon moment sur la piste !

Tous n’eurent pas sa chance, à l’image du Français Jean Behra décédé sur ce même circuit en Formule 2. Behra (vidéo de l’accident en cliquant ici) passa par-dessus la section nord de l’ovale. Richard Von Frackenberg en 1956 (vidéo ici) eut le même genre d’accident mais s’en tira avec des blessures mineures. 

En 1995, un dernier accident mortel survint à l’AVUS, celui de l’Anglais Keith O’Dor, lors d’une course du championnat allemand de Supertourisme. L’accident se produisit en ligne droite, les sections relevées ayant été retirées depuis quelques années.

Après les dernières courses en 1998, le tracé retourna à son rôle civil, la tour de contrôle étant transformée en restaurant et motel d’époque. Elle demeure aujourd’hui, tout comme l’estrade principale, fermée mais laissée comme témoin de l’histoire de cette piste hors normes. L’EuroSpeedway, appelé aussi le Lausitzring, situé à Brandenburg près de Berlin, a remplacé l’AVUS au début des années 2000.

Dans la partie 3 du dossier, nous abordons les "flirts" de la F1 avec Indianapolis, le retour à Zandvoort et les courses à l’américaine tenues… à Monza !