Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Mikaël Grenier reprend la course de façon virtuelle en GT World Challenge Europe  

Mikaël Grenier reprend la course de façon virtuelle en GT World Challenge Europe  

Jeudi 23 avril 2020 par Eliane Gilain
Crédit photo: Courtoisie Mikaël Grenier

Crédit photo: Courtoisie Mikaël Grenier

Mikaël Grenier se joint à la panoplie de pilotes qui participent à des championnats en ligne. Le pilote québécois, membre de l'écurie suisse Emil Frey, sera au volant virtuel de sa Lamborghini Huracan GT3 dans le championnat en ligne lancé par SRO, le promoteur des séries World Challenge à travers le monde, et notamment le World Challenge GT Europe.

« Le championnat se déroulera sur Asseto Corsa Competizione » explique Mikaël qui a pris notre appel assis à son simulateur de course, entre deux essais. « C’est un jeu qui est très bien fait, les courses vont être hautes en action. La Lamborghini est bien faite même si elle est sur le jeu depuis seulement deux semaines, mais il reste encore quelques ajustements à y apporter ». Mikaël est vraiment novice à ce jeu de course : « j’ai commencé il y a deux semaines » précise-t-il.

Il y a deux semaines justement, nous vous présentions la nouvelle série virtuelle GT World Challenge Québec lors d’une entrevue avec Julien Hébert. À ce sujet, Mikäel Grenier souligne : « j’ai fait une course de GT World Challenge Québec, je me suis amusé. Le niveau de pilotes était très fort. J’ai terminé en troisième position derrière deux adaptes de jeu en ligne ». Mikaël a confirmé qu’il sera de retour dans la série virtuelle québécoise pour quelques autres épreuves, mais il ne sait pas encore lesquelles présentement.

Mikaël Grenier se montre plus réservé quant à ses chances dans le championnat en ligne de GT World Challenge Europe : « c’est très bien organisé et ce championnat de SRO Motorsports sera très difficile, surtout pour l'épreuve de Silverstone qui sera l’hôte de la première course. Par la suite, l'épreuve suivante à Spa-Francorchamps devrait mieux se dérouler pour moi, j'aurai plus d'expériuence de ces compétitions virtuelles ».

Les trente pilotes inscrits à cette compétition sont des professionnels. SRO Motorsports a mis en place deux championnats, Pro et Silver. Grenier participera au championnat Pro, tout comme la plupart des pilotes d’usine des manufacturiers principaux qui prennent part à la véritable série sur piste. « Il y avait 300 inscriptions pour ce championnat virtuel » explique Mikaël. « J’ai dû me qualifier la fin de semaine dernière pour obtenir l’une des trente places disponibles sur la grille. Les pilotes d’usines avaient déjà une place garantie, c’était le cas de mon coéquipier Albert Costa » ajoute-t-il.

Les épreuves seront toutes d’une heure, et le premier événement sera donc celui de Silverstone le dimanche 26 avril. Par la suite, Spa-Francorchamps accueillera les pilotes virtuels le 10 mai, puis ce sera la course du Nürburgring le 17 mai avant de terminer ce championnat le 31 mai au Circuit de Barcelone-Catalunya.

Toutes les courses seront diffusées sur la chaîne YouTube GT World Challenge, sur la chaîne Twitch SRO Motorsports et sur la page Facebook SRO Motorsports.

Si le calendrier est assuré pour les course virtuelles, il n'en est pas de même pour le championnat en piste ! Pour l’instant, tout est en suspens en ce qui concerne la reprise des épreuves en Europe. Toutefois, Grenier est bien fier de son commanditaire personnel Canac qui a posé un geste concret pour aider les intervenants en milieu hospitalier il y a quelques jours : « Canac a fait un don de 90 000$ en équipements de protection et de sécurité destinés aux services hospitaliers ».

Grenier nous a également partagé son opinion sur l’annulation du Grand Prix de Trois-Rivières : « c’est dommage, mais je pense qu’ils étaient dans une position difficile puisqu’il s’agit d’un circuit de ville qui demande beaucoup d’organisation et de gestion. Ultimement, même si on avait repoussé l’événement en octobre, on ne sait pas s’il aurait pu avoir lieu ».