Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

24 Heures de Daytona : Des premières heures disputées à un rythme d’enfer !

24 Heures de Daytona : Des premières heures disputées à un rythme d’enfer !

Samedi 25 janvier 2020 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Barry Cantrell / LAT Images

Crédit photo: Barry Cantrell / LAT Images

C’est à 13h40 précises que le départ de la 58ème édition des 24 Heures de Daytona a été donné, sous le soleil et un ciel bleu sans le moindre nuage. Des conditions estivales qui contrastent avec la précédente édition, qui n’avait pu aller à son terme en raison des pluies diluviennes. Cette fois, aucun risque de pluie mais, en tête, un même meneur que l’an dernier au moment du départ : le prototype Mazda DPi du Team Joest, piloté par le Britannique Oliver Jarvis.

Auteur de la pole position, Jarvis a connu un départ parfait, prenant rapidement quelques longueurs d’avance sur le reste du peloton. En GTLM, c’est une bataille entre Porsche 911 RSR et Corvette C8.R auquel on a assisté en début de course, tandis qu’en GTD, le Canadien Zach Robichon a confirmé son statut de favori en dominant les premières heures avec sa Porsche 911 GT3 R de l’écurie Pfaff.

La lutte dans cette catégorie GTD retient beaucoup l’attention, avec pas moins de 9 manufacturiers impliqués, et 7 différents aux 7 premières places sur la grille de départ. Néanmoins, on peut s’attendre à ce le haut du classement se joue entre la Porsche de Robichon et ses équipiers, la seule Audi R8 LMS inscrite (pilotée entre autres par Daniel Morad) et les Lamborghini Huracan GT3, qui ont pour elles la force du nombre.

Alors duel Robichon-Morad, duel Porsche-Audi pour la victoire dans cette classe ? Il est bien trop tôt pour sauter aux conclusions. La course est encore jeune et la nuit, qui s’installe maintenant sur Daytona et s’annonce assez fraîche, apportera sans nul doute son lot de rebondissements.

Après 4 heures de course, la hiérarchie demeure celle des qualifications, alors que la Mazda DPi de Tristan Nunez, Olivier Pla et Oliver Jarvis devance trois des 4 Cadillac inscrites et la seule Acura du Team Penske encore aux avant-postes, la No.6 de Juan-Pablo Montoya, Dane Cameron et Simon Pagenaud. La voiture-sœur d’Hélio Castroneves, Ricky Taylor et Alexander Rossi, un moment 3ème, a été envoyée hors piste par la seconde Mazda, pilotée alors par Harry Tincknell, après un peu plus de 3 heures de course, forçant Castroneves à rentrer dans les garages.

En LMP2, l’Oreca-Gibson de Ben Keating, Simon Trummer, Nick Boulle et Gabriel Aubry domine tandis qu’en GTLM, ce sont les deux Porsche 911 RSR officielles qui monopolisent les avant-postes, devant la 1ère Corvette C8.R. Bruno Spengler, aux commandes de la BMW M8 GTE No.25, occupe présentement le 7ème rang, le 19ème toutes-catégories. Le seul pilote québécois inscrit à cette édition 2020 dispute de plus l’ensemble de la saison en IMSA WeatherTech SportsCar, BMW l’ayant retiré du programme DTM après 15 saisons. 

En GTD, tel qu’indiqué plus haut, la Porsche de Zach Robichon, Patrick Pilet, Dennis Olsen et Lars Kern mène, devant la Lamborghini de Corey Lewis, Madison Snow, Bryan Sellers et Andrea Caldarelli. Les écarts sont très faibles dans cette catégorie, les 14 premiers demeurant groupés dans le même tour après 4 heures de course. L'Audi de Morad/Vanthoor/Ineichen/Bortolotti est présentement 7ème.

Pour Roman de Angelis en revanche, le début de course est catastrophique : aux commandes d’une Aston Martin Vantage GT3 bien peu compétitive, il n’a pas réussi à grimper au classement. Après une 1 heure de course, il occupait la 38ème et dernière place. Après 4 heures, le jeune ontarien et ses équipiers occupent la 35ème position.

À noter qu’aucun abandon n’a été déploré durant ces premières heures, et aucune neutralisation non plus, ce qui permet de noter qu’après 4 courses, près de 150 tours ont déjà été accomplis, un record dans l’histoire de l’épreuve !