Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Entrevue avec Toto Wolf : Des V12 et un budget maximum pour les écuries de F1 ?  (Partie 1)

Entrevue avec Toto Wolf : Des V12 et un budget maximum pour les écuries de F1 ?  (Partie 1)

Mardi 18 juin 2019 par Eliane Gilain
Crédit photo: Paul Ripke/ Mercedes F1

Crédit photo: Paul Ripke/ Mercedes F1

Chaque année, Toto Wolf s’assoit avec les membres des médias le temps d’un déjeuner au Grand Prix du Canada. Bien qu’il soit arrivé 15 minutes en retard cette fois, et un peu de mauvaise humeur à cause des bouchons de circulation de la Ville de Montréal qui est en reconstruction permanente, le directeur de l’équipe Mercedes a livré au Magazine Pole-Position ses pensées sur l’avenir du sport automobile, les nouvelles règles, le documentaire Netflix et son cher ami Niki Lauda. Une entrevue en deux parties dont nous vous présentons le premier segment aujourd'hui...
 
Lors du Grand Prix du Canada, Lewis Hamilton a dit vouloir retourner 30 ans en arrière pour retrouver les moteurs V12 et des boîtes de vitesses manuelles qui aideraient à rendre le sport automobile plus intéressant. Pensez-vous que ce soit a bonne solution pour rendre la discipline plus intéressante qu’elle ne l’est maintenant ?
 
« Je pense que nous sommes de vieux dinosaures, car nous aimons le son des V12 et nous aimons les vieilles voitures et voir les pilotes changer de vitesse. Si vous donniez ça à Lewis aujourd’hui, il se plaindrait ! Nous avons évolué depuis cette époque. Tout devient plus durable, et les générations plus jeunes ne sont peut-être pas intéressées aux V12, et cela doit être pris en compte. Nous avons les moteurs les plus efficaces, les plus performants et la technologie a permis des voitures à la fine pointe de la technologie. Je ne pense pas que nous pouvons effectuer un retour en arrière. Si nous mettions une ancienne voiture en piste, le pilote dirait que c’est trop lent, que ça ne prend pas bien les virages, que ça a l’ait vieillot. Nous regardons toujours le passé et nous sommes trop nostalgiques.»
 
Mais cela ne serait pas mieux pour la compétition en piste ? Comment pouvons-nous améliorer la course automobile sans compromettre l’avancée technologique ?
 
« Il faudrait ne plus avoir une si grande différence entre les petites et grandes équipes. La seule façon de faire cela est de ne pas toucher aux règles. Les grosses équipes avec plus de moyens peuvent se sauver en avant alors que les petites équipes peinent à rattraper le peloton. Parfois, on pense que des petites équipes se débrouillent bien et sont prometteuses, comme Alfa Romeo lors des essais à Barcelone, mais ils ne peuvent pas bien développer la voiture. Nous l’avons vu lors de la saison 2012, il y a eu 6 différents vainqueurs alors que les règles étaient encore un terrain inconnu pour tous. Plus les règles seront stables, plus la performance viendra. Quand Mercedes remporte 6 victoires, alors tout le monde pense à changer les règlements. C’est la même chose qui s’est produit avec Red Bull il y a 5 ans, et avec Ferrari avant cela. Mais c’est exactement l’opposé que nous devrions faire. Il faut laisser le temps aux petites équipes de rejoindre les plus grosses et éventuellement les courbes de développement convergeront.»
 
Une solution est sur les lèvres de tous : un budget maximum à respecter pour toutes les équipes du plateau...
 
« La Formule 1 est un écosystème complètement méritocratique, de l’élitisme à l’état pur. Le meilleur pilote et la meilleure voiture gagnent. C’est comme ça que la F1 a toujours été. Il est temps que l’on se dise que ça suffit, nous ne pouvons continuer ainsi, car notre budget a grossi en 30 ans. Un budget maximum sera mis en place, toutes les équipes ont voté pour cela, car fondamentalement, la Formule 1 ne survivra que si les équipes deviennent rentables. Nous devons voir cela comme un cas d’affaires pur et dur.»
 
Quand est-ce que le budget sera imposé ?
 
« En 2020/2021 et ce sera d’un seul coup, il n’y aura pas de réduction petit à petit. Je pense que c’est mieux de faire cela. Nous allons tous trouver une façon de faire une bonne transition.»
 
Est-ce que toutes les équipes sont d’accord ? Nous savons que Ferrari pourrait avoir des problèmes avec cela…
 
« Nous sommes des compagnies d’ingénierie, nous avons d’autres projets, nous participons dans d’autres séries, etc. Nous allons restructurer l’équipe de Formule 1 pour ne pas que cela ne fasse trop de vague. Mais cela doit arriver.»
 
L’entrevue avec Toto Wolf sera à suivre dans le prochain article…