Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Premier Chinois en F1 et futur coéquipier de Bottas : Guanyu Zhou mérite-t-il sa place chez Alfa Romeo ?

Premier Chinois en F1 et futur coéquipier de Bottas : Guanyu Zhou mérite-t-il sa place chez Alfa Romeo ?

Vendredi 26 novembre 2021 par Eliane Gilain
Crédit photo: Alpine Media

Crédit photo: Alpine Media

L'équipe Alfa Romeo a tardé à annoncer qui prendrait le volant de ses deux Formule 1 la saison prochaine. Nous savions déjà que Kimi Räikkonen prenait sa retraite à la fin de l’année, mais l’avenir d’Antonio Giovinazzi est resté incertain jusqu'il y a une dizaine de jours. Officiellment tout au moins car c'est depuis le début de l'automne qu'il ne faisait plus guère de doute que le seul pilote italien de la F1 actuelle allait perdre son volant.

Il y a quelques jours, Alfa Romeo a confirmé que Giovinazzi tirerait sa révérence à la fin de la saison, laissant place au jeune pilote chinois Guanyu Zhou. Par ailleurs, avec cette annonce, le natif de Shanghaï marque l’histoire en devenant le premier Chinois amené à évoluer en Grand Prix.

Il n'est pourtant pas le premier à piloter une F1 puisque Ma Qing Hua avait été pilote d’essai pour la défunte écurie espagnole HRT en 2012, et avait été le premier pilote chinois à prendre part à un week-end de Formule 1 en complétant les essais du vendredi matin, au Grand Prix d'Italie à Monza. Il devait ensuite effectuer une saison complète en 2013, mais l’écurie avait fermé ses portes à la fin de la saison précédente.

Guanyu Zhou lui, possède déjà une grande expérience, ayant débuté en monoplace en 2015 après avoir remporté plusieurs championnats de karting en Asie. Il a été membre de la Ferrari Driver Academy de 2014 à 2018, avant de devenir pilote d’essais chez Alpine jusqu’à la fin de cette saison. En 2018, il a également été pilote de développement pour l’écurie DS Techeetah en Formule E. C’est d’ailleurs la série qui accueillera Giovinazzi, alors qu’il a été confirmé comme pilote chez Dragon/Penske Autosport pour la saison prochaine.

En plus d’effectuer une saison en Formule 2 au sein de l’écurie Uni-Virtuosi cette année, il a participé, et remporté le titre de champion l'hiver dernier, à la série F3 Asie avec l’écurie Abu Dhabi Racing (en fait la structure technique de l'équipe Prema, avec laquelel Lance Stroll fut champion de F3 en Europe). C’est aussi avec l’équipe Prema Racing qu’il a débuté sa carrière en monoplace en 2015, alors qu’il avait pris part au Championnat italien de Formule 4. Il avait par la suite participé au Championnat européen de Formule 3 avec l'écurie Motopark.

En F2, il est en présentement deuxième position du championnat derrière Oscar Piastri (Prema Racing). L’Australien Piastri était également un prétendant au volant chez Alfa Romeo ainsi qu’un pilote de développement pour Alpine, avec qui il a signé comme pilote de réserve pour l'an prochain.

À la lecture de ces résultats, on peut dire que Zhou n'a pas volé son volant en F1 bien que d'autres pilotes affichent assurément un palmarès mieux garni. L'absence de titre en Europe ou en Amérique du Nord, bien qu'il est toujours en course pour celui de Formule 2 cette année, a attiré sur Guanyu Zhou la colère de plusieurs observateurs, ceux-ci pensant qu’il a été priorisé chez Alfa Romeo pour des raisons financières (son père aurait une fortune conséquente) et économiques (la Chine représente inévitablement un marché important pour la F1 - surtout en l'absence de Grand Prix à Shanghaï depuis 2 ans).

Rival de Zhou pour le titre de F2, Piastri s’est lui aussi prononcé face à cette polémique, mais pour rappeler que le pilote chinois était le meneur au championnat de Formule 2 pendant la moitié de la saison, et que bien qu’il amène une énorme somme, il est également talentueux !

De son côté, Fred Vasseur, le directeur de l'écurie Sauber Alfa Romeo, a réitéré que d’abord et avant tout, les performances des pilotes sont prioritaires... sans renier que l’aspect financier a été un atout des plus importants. Après tout, les rumeurs veulent que Zhou amène avec lui 30 millions de dollars chez Alfa Romeo. D’où le commentaire récent, et amer, de Giovinazzi comme quoi l’argent est maître en Formule 1.

Il va de soi que la pression sera certainement grande pour la recrue alors qu’il sera le coéquipier de Valtteri Bottas, pilote aguerri qui cèdera son volant chez Mercedes à la fin de la saison au profit de George Russell. Pour l’instant, Zhou termine son contrat chez Alpine, et complète la saison de Formule 2. Nul doute que s'il venait à récolter le titre dans cette catégorie, à Abou Dhabi dans deux semaines, les critiques seraient moins vives. Mais le véritable test se fera l'an prochain, aux commandes d'une Formule 1 aux caractéristiques nouvelles, que tous les pilotes vont devoir apprendre.