Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

10 septembre : L’histoire du premier Grand Prix de Trois-Rivières organisé en 1967

10 septembre : L’histoire du premier Grand Prix de Trois-Rivières organisé en 1967

Vendredi 10 septembre 2021 par René Fagnan
Crédit photo: Archives Pole-Position/Les Amis du Grand Prix

Crédit photo: Archives Pole-Position/Les Amis du Grand Prix

Le Grand Prix de Trois-Rivières existe depuis 1967 et est aujourd’hui l’une des plus anciennes courses automobiles urbaines en Amérique du Nord. Au fil des années, le GP3R, l’acronyme de l’événement, a vu défiler plusieurs grands pilotes internationaux : Gilles et les deux Jacques Villeneuve, James Hunt, Didier Pironi, Alan Jones, Jacques Laffite, Bobby Rahal, Bill Brack, Jacky Ickx, Patrick Tambay et plusieurs autres.

La première édition a été organisée les 8, 9 et 10 septembre 1967, année des célébrations du Centenaire du Canada, mais beaucoup de travail de planification fut requis avant que les bolides effectuent leurs premiers tours de piste.

Un des instigateurs du Grand Prix automobile de Trois-Rivières fut Paul Charest qui devint plus tard journaliste sportif à la radio CHLN et à la télévision CKTM-13.

« Dans les années 50, en septembre, il y avait des courses de motocyclettes à l’hippodrome » a raconté Charest au quotidien Le Nouvelliste de Trois-Rivières en 2019. « Or, une année, les organisateurs ont décidé de présenter un programme de courses sur asphalte. Étant un amateur de courses de tous genres, j’ai assisté à ce programme et j’y ai rencontré Jean E. Ryan, un camarade de classe à l’Académie de La Salle. Ensemble, nous avons redémarré le club CAM [Club autosport mauricien] pour prendre part au rallye du club Cerf de Québec, car nous devions faire partie d’un club auto sport pour prendre part à cet événement. »

Charest poursuit l’histoire du Grand Prix : « C’est après cette course de motos, remportée par Buddy Ford senior, que l’idée d’organiser une course de voitures sur le terrain de l’exposition a germé dans notre esprit. Ce n’est que quelques années plus tard, ayant terminé nos études, que nous avons entrepris des démarches avec Yves Dufour auprès du maire du temps, René Matteau. Ce dernier était un amateur de courses et il nous a demandé de présenter notre idée aux conseillers et au directeur de police. Deux jeunes influents dans le monde des affaires, Léon Girard et Léon Cadieux, se sont joints à nous pour ainsi devenir les cinq membres fondateurs du Grand Prix. »

Le maire est enthousiasmé par l’idée de la course et donne son aval. Le financement est assuré par l’agent local de la brasserie Labatt, Guy Poirier. Pour ce qui concerne le circuit, l’équipe désigne le parc de l'exposition situé juste à côté de l’hippodrome.

Le circuit, long de 1,14 mille (soit 1,83 km), emprunte ce qui est aujourd’hui l’avenue Gilles-Villeneuve, tourne à droite pour passer derrière de Colisée, le stade de baseball et la piscine municipale via le Boulevard du Carmel, emprunte la célèbre porte Duplessis pour revenir au départ sur le chemin de l’hippodrome. On compte donc sept virages dont deux chicanes. Fait à noter : le circuit tourne alors dans le sens des aiguilles d’une montre, et ce sera la seule fois de son histoire.

Le financement est assuré et le budget d'opération est de 20 948$. « Au début du Grand Prix, nous posions des clôtures à neige et des bottes de foin pour assurer la sécurité des spectateurs » précise Charest, fier d’avoir joué un rôle majeur dans la création de l’événement.

Les dates choisies sont celles des 8, 9 et 10 septembre 1967, soit deux semaines après la tenue du premier Grand Prix de Formule 1 du Canada au circuit de Mosport Park en Ontario et un mois avant la fin de l’Expo 67 à Montréal présenté sous le thème “Terre des Hommes”.

Neuf épreuves sont au programme, dont une course pour les pilotes novices, et huit autres pour les Formules Libre et les sedans des Groupes A, B et C. Cet événement, prévu uniquement pour 1967 à l’origine, portait l’appellation de “Compétitions Labatt Trois-Rivières”.

Jacques Duval gagne la course principale de 50 tours avec une avance de 44 secondes sur le Torontois Rudy Bartling sur une Porsche RS-61 et un tour d’avance sur Serge Adam sur une Sunbeam Tiger. Dix-neuf pilotes participent à cette épreuve. Dans la Coupe du maire, une épreuve du Championnat novice du Québec, le Trifluvien Roger Brière remporte la victoire au volant de sa Ford Mustang devant Robert Fournier de Montréal aux commandes d’une Camaro.

Une tradition était née. En dépit des embûches, des pertes financières, la mauvaise météo et la pandémie, le Grand Prix de Trois-Rivières a survécu et n’a cessé de grandir et de s’adapter aux goûts du jour. Bravo à toute l’équipe et à ses nombreux bénévoles.