Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Formule E : Nyck de Vries a-t-il remporté l'une des courses les plus ridicules de l’histoire du sport automobile ?

Formule E : Nyck de Vries a-t-il remporté l'une des courses les plus ridicules de l’histoire du sport automobile ?

Samedi 24 avril 2021 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Andrew Ferraro / FIA Formula E

Crédit photo: Andrew Ferraro / FIA Formula E

Première de deux courses sur le circuit de Valence en Espagne, la 5ème épreuve de la saison du Championnat du monde de Formule E a offert un scénario des plus incroyables ce samedi. Le Néérlandais Nyck de Vries (Mercedes) a gagné sous la pluie, après avoir profité d’une situation jamais vue encore, alors que la quasi-totalité des pilotes en piste n’avaient plus d’énergie disponible au moment d’aborder le dernier tour !

Les événements rocambolesques ont débuté par la pénalité infligée au détenteur de la pole position, Stoffel Vandoorne (Mercedes). Relégué dernier sur la grille de départ parce que les numéros inscrits sur ses pneus n’avaient apparemment pas été enregistrés dans le passeport technique de la voiture, le pilote belge s’attendait à vivre une course en queue de peloton. Il termine pourtant sur le podium…

Se voulant destinée aux circuits urbains mais présentant pourtant deux courses sur le circuit permanent de Valence, la Formule E utilise ce week-end une version légèrement raccourcie du tracé espagnol. La pluie aidant, les accrochages et voitures bloquées dans les bacs de graviers ont provoqué l’entrée en piste de la voiture de sécurité à pas moins de 4 reprises, si l’on compte les deux premiers tours disputés sous neutralisation en raison de la piste détrempée. Dans une épreuve de 45 minutes environ, cela veut dire près du tiers passé au ralenti.

Dans n’importe quelle autre course au monde, le fait que des tours soient parcourus derrière la voiture de sécurité n’enlève rien à la quantité de carburant ou d’énergie à la disposition des pilotes. Mais c’est différent en Formule E. Parmi la multitude d’artifices que l’on retrouve dans cette série de monoplaces à motorisation 100% électrique, il y a celui qui veut que les officiels retirent de l’énergie (KW/h) aux voitures, équivalent plus ou moins à l’énergie non consommée lors des tours sous neutralisation.

On est très loin de la compétition pure de sport automobile avec de tels règlements, mais c’est cela aussi la Formule E ! Ce samedi sur le circuit de Valence, les officiels ont-ils eu la main trop lourde dans leur retrait d’énergie ou les équipes ont-elles sous-estimé les restrictions imposées par la direction de course ? On penche évidemment pour la première option lorsqu’on constate que presque toutes les voitures encore en piste à l’entame du dernier tour se sont retrouvées au ralenti, voire arrêtées !

Ayant hérité de la pole position après la pénalité de Vandoorne, le champion en titre Antonio Félix da Costa (DS Techeetah) filait vers la victoire, ayant mené tous les tours jusqu’à tomber en panne d’énergie au moment d’aborder l’ultime boucle. Dans son sillage, Nyck de Vries se porta alors en tête pour filer vers une victoire pour le moins inédite. Conscient du ridicule de la situation, de Vries évita de trop célébrer au moment des entrevues d’après-course. Il faut dire que, derrière lui, c’était l’hécatombe…

En bataille tout au long de la course pour une place de podium, Oliver Rowland (Nissan e.dams) a croisé le fil d’arrivée deuxième. Mais considérant qu’il n’avait pas respecté la restriction d’énergie imposée, les officiels l’ont exclu sitôt le fil d’arrivée passé. Dommage pour l’équipe Nissan e.dams, qui avait perdu la voiture de Sébastien Buemi, sorti par André Lotterer (Porsche) lors des premiers tours, et surtout terriblement frustrant pour Rowland. Demander à un pilote de prendre tous les risques sur une piste détrempée, parvenir à atteindre la deuxième place au mérite et se faire ensuite retirer son résultat de cette manière, est-ce vraiment digne d’un championnat du monde de sport automobile ?

Derrière de Vries, Nico Müller (Dragon/Penske Autosport) et Stoffel Vandoorne complètent le podium. Ces deux pilotes occupaient les 15ème et 18ème places au moment d’aborder le dernier tour ! Nick Cassidy (Virgin Racing) et René Rast (Audi) complètent le Top 5 provisoire. Et comme les officiels de la Formule E ayant l’habitude de décerner d’autres pénalités une fois la course terminée, le résultat pourrait encore changer.

Déception aussi pour les équipes Porsche, où pourtant Pascal Wehrlein a réalisé une superbe course, et NIO qui voient leurs pilotes privés de points dans ce maudit dernier tour. Chez Jaguar, le meneur au championnat Sam Bird sauve deux maigres unités avec la 9ème place finale. Pour le classement complet, cliquez ici.

Championnat d'avenir, disposant depuis cette année du label mondial de la FIA, la Formule E regroupe des manufacturiers prestigieux, des équipes professionnelles et des pilotes de très grand talent. Mais avec ses règlements parfois contraires au sport, sa crédidibilité en souffre année après anée... La série présentera la seconde course de son programme double à Valence demain. Espérons une épreuve cette fois normale, qui fasse vite oublier le ridicule de la course de ce samedi.