Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Rétro : La victoire méconnue de Gilles Villeneuve lors de la Course des champions de 1979

Rétro : La victoire méconnue de Gilles Villeneuve lors de la Course des champions de 1979

Mercredi 21 avril 2021 par René Fagnan
Crédit photo: Archives René Fagnan

Crédit photo: Archives René Fagnan

Gilles Villeneuve avait débuté la saison 1979 de fort belle façon. Après avoir disputé les deux premiers Grands Prix de l’année aux commandes de Ferrari 312 T3, Gilles et Jody Scheckter touchaient enfin à la nouvelle monture italienne, la T4 qui, munie de jupes latérales coulissantes, pouvait générer un bon effet de sol.

Au volant de sa 312 T4, Gilles Villeneuve a remporté deux victoires successives, en Afrique du Sud à Kyalami et aux États-Unis dans les rues de Long Beach. Puis Ferrari expédia une ancienne T3 au Royaume-Uni pour que le Québécois participe à la Course des champions, une épreuve hors-championnat présentée le 15 avril sur le tracé de Brands Hatch.

Peu d’écuries de F1 décidèrent d’y participer et afin de grossir le plateau, les organisateurs permirent aux participants de la série Aurora AFX de s’y inscrire. Cette série britannique mettait en vedette des bons (et de moins bons) pilotes aux commandes d’anciennes voitures de F1. Le public anglais pouvait donc assister à plusieurs courses de F1 durant l’été, même s’il s’agissait de voitures d’un ou deux années passées.

Lotus jongle avec les Lotus 79 et 80

Mario Andretti décroche la pole position à bord de la toute nouvelle Lotus 80-Ford qui se distingue par ses jupes latérales qui courent tout le long de la carrosserie. Par contre, pour la course, l’écurie Lotus prend la décision d’utiliser la Lotus 79, mieux connue et fiable. Niki Lauda se qualifie second à bord de sa Brabham-Alfa Romeo devant Villeneuve, Nelson Piquet dans l’autre Brabham, Jochen Mass (Arrows-Ford), Elio de Angelis (Shadow-Ford) et John Watson (McLaren-Ford). Les sept pilotes du Championnat du monde inscrits à cette course se qualifient facilement aux sept premières places sur la grille.

Puis viennent les concurrents de la série Aurora AFX avec Rupert Keegan, qualifié neuvième sur sa Arrows-Ford, Desiré Wilson (Tyrrell-Ford), Guy Edwards (Fittipaldi-Ford) et Emilio de Villota (Lotus-Ford). Les autres pilotes de la série Aurora sont largués, comme Gordon Smiley, Val Musetti et Robin Smith, plus lents d’Andretti d’au moins cinq secondes.

Pour les écuries de F1 officielles, cette course sert aussi à parfaire la mise au point des bolides tout en permettant aux recrues d’accumuler les kilomètres dans de vraies conditions de course.

Gilles Villeneuve est confiant, car il sait qu’il dispose d’un avantage sur ses rivaux : celui que lui procure les pneus radiaux Michelin. Sa Ferrari est la seule monoplace du plateau à être chaussée de Michelin, plus performants et plus endurants que les Goodyear employés par toutes les autres écuries.

Départ hésitant pour Andretti

Au feu vert, la Lotus d’Andretti connaît un moment d’hésitation, ce qui permet à Lauda et à Villeneuve de passer devant. Piquet rejoint vite le trio de tête qui se bat férocement jusqu’au huitième passage quand Lauda doit stopper pour faire changer ses pneus, imité par Piquet quelques boucles plus tard.

Villeneuve hérite ainsi de la tête de la course, pourchassé par Andretti. Villeneuve commet une erreur de pilotage et roule dans le gazon à la sortie d’un virage, ce qui permet à Andretti de le doubler. Les deux Brabham sont revenues en piste et commencent à chauffer l’Arrows de Jochen Mass pour la troisième place.

Villeneuve pousse sa Ferrari au maximum et se rapproche graduellement d’Andretti qui sent que ses pneus se dégradent. Le contact est fait et le Québécois n’attend pas longtemps pour porter une attaque décisive. Avec une meilleure sortie du virage Clark, il remonte la Lotus dans la ligne droite des puits (Brabham Straight) et la double à l’intérieur de Paddock Hill.

Presqu’au même moment, Piquet double Mass et passe ensuite devant Andretti, en grandes difficultés. Villeneuve croise l’arrivée avec 14 secondes d’avance sur Piquet et 23 sur Andretti. Mass se classe quatrième devant Lauda et de Angelis.

Dans le clan Aurora AFX, Guy Edwards termine premier au volant de sa Fittipaldi (et septième au classement général) devant Bernard de Dryver (Fittipaldi) et Desiré Wilson (Tyrrell).

Même s’il s’agissait d’une épreuve hors-championnat, Villeneuve venait quand même de décrocher sa troisième victoire consécutive en F1, et sa deuxième au volant de la Ferrari 312 T3.