Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

9 février : Une course sur glace en Suède avec des voitures et des pilotes de Grand Prix !

9 février : Une course sur glace en Suède avec des voitures et des pilotes de Grand Prix !

Mardi 9 février 2021 par René Fagnan
Crédit photo: Wikimedia Commons

Crédit photo: Wikimedia Commons

S’il y a bien eu présentation d’un Grand Prix de Formule 1 de Suède entre 1973 et 1978 sur le circuit d’Anderstorp, peu d’amateurs ont entendu parler du Grand Prix hivernal de Suède qui fut organisé durant les années 30 et 40 sur des circuits de glace.

On peut difficilement concevoir des voitures sports et de Grand Prix de cette époque rouler sur des pistes verglacées ! Ces bolides étaient relativement puissants, mais possédaient un centre de gravité extrêmement élevé et des pneus à peu plus large que ceux de vélos ! La Suède, avec son hiver rigoureux et long comme ici au Québec, organisait à cette époque plusieurs championnats de courses sur glace qui étaient très populaires.

La première édition du Grand Prix hivernal de Suède a eu lieu en 1931 et se voulait être un grand événement mettant aux prises les meilleurs pilotes suédois de courses sur glace et ceux d’Europe qui voulaient bien tenter l’aventure. 

La course inaugurale s’est déroulée sur un circuit effroyablement long de 46,250 kilomètres tracé dans la forêt près du lac Rämen. Les temps au tour étaient d’environ 35 minutes ; pas vraiment idéal pour les pauvres spectateurs frigorifiés. La première édition, disputée sur huit tours, fut remportée par Karl Ebb aux commandes de sa Mercedes-Benz SSK.

En 1932, c’est Sven Olaf Bennström sur une Ford Special qui décrocha la victoire tandis que Per-Viktor Widengren s’imposa l’année suivante au volant d’une Alfa Romeo Monza. L’épreuve ne fut pas présentée en 1934 et 1935, mais fut à nouveau disputée en 1936 avec la victoire de Eugen Bjørnstad et sa Alfa Romeo Monza.

La fin des années 30 marqua le début de la Seconde Guerre mondiale. Évidemment, le Grand Prix hivernal fut annulé durant ces années sombres. L’événement réapparu en 1947, non pas sur le tracé de Rämen, mais plutôt sur un nouveau circuit de glace de 5,176 km situé près de la base des forces armées suédoises à Rommehed.

Ce Grand Prix hivernal de 1947 promettait d’être des plus spectaculaires. Pourquoi ? À cause de l’inscription de plusieurs pilotes de Grand Prix, incluant les Britanniques Reg Parnell, George Abecassis et Leslie Brooke, tous au volant d’ERA d’avant-guerre, propulsées par un moteur six cylindres de 1,5 litre fonctionnant à l’alcool. 

On notait aussi l’inscription de Raymond Sommer et de Henri Louveau à bord de Maserati 4CL, Louis Chiron et sa Talbot, Eugène Chaboud et sa Delahaye et le Français Charles Pozzi sur une autre Delahaye. Pozzi deviendra plus tard le concessionnaire et le distributeur de la marque Ferrari pour la France.

Du froid et de la glace

Si je parle d’inscriptions, c’est parce que la majorité des voitures ne sont pas parvenues à temps à destination ! En effet, il règne un froid sibérien sur la Suède en ce début février 1947. Si les concurrents britanniques ont réussi à faire livrer leurs bolides à temps, ce n’est pas du tout le cas des participants européens. Le navire sur lequel ils ont embarqués, avec leurs voitures, se trouve soudainement pris dans les glaces pas très loin de Göteborg. Si les voyageurs peuvent débarquer du navire et se rendre sur la terre ferme, ce n’est pas le cas avec les voitures qui doivent demeurer dans la cale. 

Le 9 février, après la tenue de courses de soutien, le départ du Grand Prix est donné par un mercure de -24 degrés C avec seulement quatre voitures sur la grille : les trois ERA de Parnell, Brooke et Abecassis, ainsi que la Bugatti du pilote local Gustav Nobelius.

Il fait tellement froid que les organisateurs réduisent la distance de la course à 20 tours, au grand plaisir des coureurs et des 45 000 spectateurs littéralement congelés sur place. La lutte pour la victoire se résume en un affrontement mettant aux prises Parnell et Brooke. Parnell, de Derby au Royaume-Uni, parvient à décrocher la victoire par seulement 0,6” face à Brooke de la ville de Coventry. Abecassis, lui aussi au volant d’une ERA, termine au troisième rang, à trois tours du vainqueur. Quant à Nobelius, le moteur de sa Bugatti a rendu l’âme après juste trois boucles. 

Les dirigeants de la fédération suédoise des sports mécaniques n’ont toutefois pas laissé tomber les concurrents dont les voitures étaient demeurées dans le navire coincé par la glace. Deux jours après le Grand Prix hivernal, le navire a finalement pu s’en extraire et accoster au port. Les bolides furent ensuite acheminés vers Stockholm pour la présentation d’un événement spécial, le Grand Prix de Stockholm, tenu sur le circuit de Vallentuna. Reg Parnell y décrocha encore la victoire, cette fois devant George Abecassis.

Le Grand Prix hivernal de Suède ne fut plus jamais présenté après cette édition de 1947.