Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Cinquième victoire à Daytona pour Kuno Wittmer : Retour sur un nouvel exploit !

Cinquième victoire à Daytona pour Kuno Wittmer : Retour sur un nouvel exploit !

Vendredi 5 février 2021 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Lenssen Photo / AWA

Crédit photo: Lenssen Photo / AWA

Pole position, record du tour en course, nouveau record à Daytona pour une GT4 et victoire ! Il y a tout juste une semaine, Kuno Wittmer réalisait un véritable festival sur le circuit routier de Daytona, remportant en compagnie de l’Ontarien Orey Fidani la course de 4 heures de la série IMSA Michelin Pilot Challenge, aux commandes de la McLaren 570s GT4 de l’équipe AWA.

Pour Orey Fidani et AWA, c’est un premier gain dans la série et sur le légendaire tracé de la Floride. Pour Kuno, c’est une nouvelle consécration. Âgé aujourd’hui de 38 ans et sans avoir piloté en course depuis exactement un an, le pilote québécois a démontré qu’il est encore et toujours au sommet de son art. Toutefois, seuls les chiffres laissent penser que la course de la McLaren No.13 fut facile… La vérité, Kuno nous en parle dans cette entrevue avant de vous inviter à retrouver sa chronique exclusive dans la prochaine édition du magazine Pole-Position…

Kuno, avant de revenir sur l’épreuve de vendredi dernier, peux-tu nous rappeler tes autres victoires à Daytona ?

C’était ma 5ème victoire sur ce circuit. Il y a d’abord eu 2008 et 2011 en série Grand-Am avec des Acura de classe Touring. Puis j’ai remporté avec la Viper GTD les 24 Heures en 2015 et enfin deux fois la course de Michelin Pilot Challenge, d’abord 2019 avec la McLaren de l’équipe Compass puis cette année, avec AWA. J’aurais pu gagner l’an dernier aussi, sans des soucis de freins. Mais dans l’ensemble on peut dire que j’aime Daytona… et Daytona me le rend bien !

Tu as disputé ta première course en quelle année là-bas ?

En 1999, j’avais 15 ans ! Dans une Honda Prelude. Le circuit n’a jamais vraiment changé. J’adore ce mélange de circuit routier intérieur et de l’ovale. Chaque fois que j’y remets les pieds, cette inclinaison de l’ovale vient me chercher. C’est impressionnant, même plus de 20 ans après ma première course sur ce circuit.

Peut-on dire que ta fin de semaine fut presque parfaite pour cette première course 2021 ?

Je ne peux vraiment pas me plaindre, c’est certain ! L’an passé avec l’équipe AWA, notre programme a été très limité en raison des restrictions de voyage. Les courses faites au Canada durant l’été étaient destinées à garder l’équipe ensemble, soudée. C’était le plan de mon équipier Orey Fidani car il aime vraiment la façon dont on travaille tous ensemble au sein de l’équipe AWA. Et cela a très bien fonctionné. Mais évidemment on avait tous hâte de retourner en IMSA cet hiver. Et même si de l’extérieur tout a semblé facile, on a quand même travaillé très fort pour aller chercher cette victoire.

Pourquoi est-ce toi qui qualifie toujours à Daytona ?

Car c’est l’une des deux courses dans la saison d’IMSA Michelin Pilot Challenge qui est d’une durée de 4 heures. Et dans ce cas-là, le pilote qui est considéré comme le professionnel de l’équipage qualifie et il prend le départ. Pour la 2ème année de suite, j’ai donc qualifié la voiture d’AWA… et la placer en pole ! Par rapport à 2020, j’ai tourné un peu plus rapidement, mais la différence est faible. Ce que j’ai en revanche particulièrement aimé dans le déroulement de la fin de semaine, c’est que l’équipe était "sur la coche". Ils avaient vraiment bien pratiqué, allant même jusqu’à effectuer des simulations d’arrêts aux puits d’urgence ! Il faut se rappeler que nous n’avions pas fait de course d’Endurance depuis un an et là, toute l’équipe est arrivée parfaitement au point.

La course d’Orey et toi a quand même connu quelques frayeurs. Peux-tu expliquer ce qui est arrivé… et qui aurait pu vous coûter la victoire ?

Oui mais j’en rie aujourd’hui ! La première partie de la course s’est bien déroulée, j’ai connu des bonnes relances sauf une, alors que je n’ai pas entendu l’équipe me dire à la radio que le vert était redonné. Ça m’a coûté une place sur le moment mais j’ai pu la regagner peu de temps après. Ensuite, durant le long relais qu’a fait Orey, il a heurté un adversaire et cela a beaucoup endommagé le capot avant de notre voiture. Heureusement, il n’a pas ouvert et les mécanos ont mis du collant sur les points d’attache lors de son arrêt. Cet incident aurait pu nous coûter la victoire mais notre stratégie était vraiment bonne. L’élément déterminant a peut-être été de ne changer que les deux pneus côté droit lors du dernier arrêt. On a gagné beaucoup de temps-là (à vrai dire, je suis surpris que nos adversaires n’aient pas fait la même chose) et, combiné au bon rythme en piste, ça a été déterminant.

Comment vois-tu le reste de la saison ? Es-tu inquiet que de nouvelles restrictions de voyage vous empêchent de faire les autres courses ?

Oui absolument. Il faut être lucide, on doit évaluer tout cela une journée à la fois. Quelles seront les décisions des gouvernements, tant américain que canadien, dans une semaine ? Personne ne le sait et, pour le dire franchement, c’est très désagréable. Je ne soutiens pas ces restrictions. C’est mon opinion personnelle mais il suffit de regarder ce que sont capables de faire les organisateurs de course et les propriétaires d’équipes. Ils sont très responsables, très professionnels, à l’image de l’IMSA qui prend des mesures vraiment importantes pour que tout soit fait selon des normes strictes… Pourrons-nous rouler à Sebring dans 6 semaines ? On mène le championnat, on veut évidemment être là. On se croise les doigts.

Un plan B serait-il de rouler dans le nouveau championnat canadien pour voitures GT4 et Touring Car ?

D’abord, je veux dire à ce sujet que je suis très content de voir ce nouveau championnat SportsCar se créer au Canada. Ça fait du bien. Maintenant, est-ce que nous allons vouloir y aller si jamais on ne peut pas retourner en IMSA ? Je ne peux pas répondre car cela va dépendre des restrictions de voyage mais présentement, mon souhait est de poursuivre la saison en IMSA… et gagner d’autres courses !

Crédit photo: Lenssen Photo / AWA