Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

12 novembre : Anniversaire de George Eaton, pilote canadien qui a couru en F1 pour BRM

12 novembre : Anniversaire de George Eaton, pilote canadien qui a couru en F1 pour BRM

Jeudi 12 novembre 2020 par René Fagnan
Crédit photo: Canadian Motorsport Hall of Fame

Crédit photo: Canadian Motorsport Hall of Fame

Pour les lecteurs plus jeunes, le nom Eaton ne dit sûrement pas grand-chose. Pourtant, pendant 130 ans, Eaton fut le nom de la plus importante chaîne de magasins à rayons au Canada. Et George Eaton, l’héritier de cet empire, a couru en Formule 1 au début des années 70.

Créée en 1869 par Timothy Eaton à Toronto, T. Eaton Co Ltd fut à une époque glorieuse le quatrième plus gros employeur au Canada, faisant travailler près de 70 000 personnes dans 60 magasins et centres de distribution.  Son célèbre catalogue de Noël, expédié par la poste en automne, faisait la joie des enfants.

George Eaton, héritier direct de cette entreprise, est né le 12 novembre 1945. Bien éduqué dans les meilleures écoles privées, George s’intéresse pourtant à la mécanique et aux belles voitures sportives. Afin d’assouvir sa passion, il devient financier à Wall Street et promoteur de concerts rock.  Il achète une Shelby Cobra en 1966 et participe avec succès à des courses organisées par le SCCA. Un an plus tard, il fait l’acquisition d’une McLaren Elva MkIII-Ford et court en série Can-Am.

Il poursuit sa progression et achète en 1968 une McLaren M1C et décroche une troisième place à Laguna Seca, course remportée, ironiquement, par un autre Canadian, John Cannon. L’année suivante, le Torontois à la longue chevelure blonde continue de courir en Can-Am avec une McLaren M12-Chevrolet ainsi qu’en Formule A aux commandes d’une McLaren M10A-Chevorlet. Il grimpe sur le podium à deux reprises en Can-Am et remporte une victoire en Formule A au circuit du Mont-Tremblant le 25 mai.

En fin de saison, Eaton loue une BRM P138 officielle de Formule 1 afin de participer aux deux dernières manches de la saison, disputées aux États-Unis et au Mexique. Qualifié bon dernier, il abandonne à deux reprises. En dépit de ces résultats décevants, Eaton parvient, sûrement avec l’aide de quelques dollars, à convaincre Louis Stanley de BRM de l’engager en F1 ainsi qu’en Can-Am.

Eaton dispute donc une saison presque complète en F1 en 1970 (ne ratant que deux courses) au volant d’une Yardley BRM P153. Il dispute aussi toutes les courses de la série Can-Am aux commandes d’une BRM P154-Chevrolet commanditée par Castrol. À part une 10e place au Grand Prix F1 du Canada au circuit du Mont-Tremblant en septembre et une troisième place en Can-Am, là aussi au Mont-Tremblant, la saison 1970 n’apporte rien de bon à Eaton.

En effet, en F1 cette année-là, il a raté sa qualification à deux reprises, abandonné cinq fois sur bris mécaniques et n'a récolté qu'une 12e place en France, une 11e position en Autriche et cette 10e place au Canada (avec quand même cinq tours de retard...) obtenue après avoir pris le départ en neuvième place, sa meilleure qualification en F1. Pour Eaton, cette année 1970, fort décevante, fut bien difficile à accepter. D’ailleurs, il prend un certain recul face au sport automobile et ne dispute aucune course avant août 1971.

Il négocie alors une entente avec l’écurie Fejer Brothers pour piloter une Colt-Ford (dérivée d’un châssis Lola) lors de quatre épreuves du championnat USAC (IndyCar de l’époque). Son meilleur résultat est une neuvième place sur l’ovale de Wisconsin State Fair Park Speedway de West Allis au Wisconsin.

Le 19 septembre, Eaton dispute le Grand Prix du Canada sur le tracé de Mosport. Il pilote une BRM P160. Qualifié 21e (sur 24), il croise l’arrivée en 15e position, à cinq tours du gagnant, Jackie Stewart. Un an plus tard, il échoue son test de recrue pour les 500 Milles d’Indianapolis et décide de prendre sa retraite sportive.

Par la suite, George Eaton s’est concentré sur l'entreprise familiale et fut nommé grand patron des magasins Eaton. Toutefois, l'évolution de l'environnement économique et du commerce de détail, ainsi que la mauvaise gestion de l’entreprise, ont abouti à la faillite de la chaîne de magasins à la fin des années 90. George Eaton a démissionné de son poste de directeur général en 1997 et vit maintenant une retraite paisible.