Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

24 Heures du Mans : Toyota sans surprise; abandon pour Bruno Spengler (+ vidéo)

24 Heures du Mans : Toyota sans surprise; abandon pour Bruno Spengler (+ vidéo)

Dimanche 20 septembre 2020 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Toyota Gazoo Racing

Crédit photo: Toyota Gazoo Racing

La 88ème édition des 24 Heures du Mans a rendu son verdict ce dimanche : victoire Toyota ! La troisième de suite pour le manufacturier japonais, qui n’avait guère de concurrence cette année encore. Mais la particularité c’est qu’il s’agit du 3ème gain consécutif avec la voiture portant le numéro 8, après une domination sans faille de la voiture-sœur, la TS050 Hybrid No.7 jusqu’au milieu de la nuit.

Kazuki Nakajima, Sébastien Buemi et Brendon Hartley (ce dernier remplaçant cette saison Fernando Alonso au sein de l’équipe) ont connu une course quasi parfaite, hormis un souci de frein qui les relégua à un tour de l’autre Toyota en début de nuit. Pilotée par Mike Conway, Kamui Kobayashi et José-Maria Lopez, la Toyota No.7 a mené durant la première moitié de la course. Mais une panne de turbo à la 13ème heure allait coûter la victoire à cet équipage décidément maudit au Mans. Ressortie de son garage après plus de 20 minutes de mécanique, cette voiture termine tout de même en troisième place.

Entre la Toyota victorieuse et la No.7 troisième, la deuxième place revient à la première des deux Rebellion-Gibson, la No.1 de Bruno Senna, Gustavo Menezes et Norman Nato. Toujours parmi les trois premiers depuis le départ, ce trio est récompensé de ses efforts. L'équipe suisse disputait en outre ses dernières 24 Heures du Mans et elle a de nouveau prouvé sa compétitivité. Mais en fin de compte, les deux Rebellion (la seconde, la No.3, termine quatrième) n’ont pu rester au contact de la Toyota de tête. Consolation pour la No.1, elle récolte le meilleur tour en course mais échoue à 5 tours de la Toyota gagnante au fil d’arrivée.

La Rebellion No.3 termine 4ème, en dépit d’une sortie de route de Louis Delétraz dans les dernières heures, tandis que la 5ème et dernière voiture inscrite en classe LMP1, la Enso de l’écurie ByKolles, ne termine pas. Seul Québécois au départ de cette 88ème édition des 24 Heures du Mans, Bruno Spengler était à son volant lorsque l’aileron arrière s’est détaché à haute vitesse. Bruno a réussi à ramener la voiture au garage après avoir heurté le mur de pneus, mais c’était pour abandonner. C’est peut-être mieux ainsi, vu la piètre fiabilité chronique de ce prototype avec lequel Bruno et ses équipiers Oliver Webb et Tom Dillmann devaient composer.

Ce seul abandon d’une LMP1 permet à la lauréate de la catégorie LMP2 de se hisser Top 5 du classement final. Une catégorie LMP2 qui a été dominée par l’Oreca-Gibson No.22 du United Autosports. Favoris, Paul Di Resta, Phil Hanson et Filipe Albuquerque ont passé toute la seconde moitié de la course en tête, tandis que la lutte pour les accessits a animé la course.

Une neutralisation dans la dernière heure a toutefois rassemblé le peloton, et un ultime ravitaillement de Hanson est venu donner un peu d’espoir à Anthony Davidson, aux commandes de l’Oreca No.38 du Jota Sport. Mais Davidson a lui aussi dû repasser par les puits pour un ravitaillement à deux tours de la fin, permettant ainsi à l’équipe United Autosports d’assurer son triomphe.

Si les batailles en catégorie LMP2 ont sauvé la course d’un profond ennui, le duel entre Ferrari et Aston Martin en GTE Pro a quand même été intéressant. Dès la nuit tombée, il est cependant apparu que la victoire ne pouvait pas vraiment échapper à Alex Lynn, Maxime Martin et Harry Tincknell, sur l’Aston Martin Vantage No.97. Cet équipage l’emporte avec un tour d’avance sur la première Ferrari de l’écurie AF Corse.

Enfin, en GTE Amateur, l’écurie TF Sport est venue confirmer le triomphe Aston Martin sur la catégorie GT. L’équipe du Français Tom Ferrier a en effet mené à la victoire sa Vantage AMR, devenant ainsi la première équipe cliente de la marque anglaise à décrocher une victoire au Mans. Jonny Adam, Charlie Eastwood et Salih Yoluc pilotaient cette voiture.

Le Torontois Paul Dalla Lana, avec ses équipiers Augusto Farfus et Ross Gunn, pointait en tête de cette catégorie à mi-course. Leur seconde moitié d’épreuve fut nettement plus compliquée, leur Aston Martin No.98 perdant des places au fil des soucis mécaniques. Ils sont finalement classés 8èmes de leur catégorie.

À noter par ailleurs que Bruno Spengler n'était pas le seul débutant canadien au départ. L'Ontarien Garett Grist, que l'on a beaucoup vu en LMP3 ces dernières saisons, évoluait sur l'Oreca LMP2 du Nielsen racing. Après avoir perdu beaucoup de temps dans les garages et connu une sortie de route, cette voiture est classée 28ème, 16ème de sa catégorie, loin derrière le trio féminin composé de Tatiana Calderon, Sophia Floersch et Beitske Visser, 13èmes toutes-catégories (9ème LMP2). Un équipage qui, pour ses débuts au Mans et compte-tenu de son inexpérience, a très bien performé.

Cliquez ici pour le classement final complet de ces 24 Heures du Mans 2020. 59 équipages ont disputé l’épreuve et 48 d’entre eux ont vu le drapeau à damiers... L'édition 2021 des 24 Heures du Mans aura lieu les 12 et 13 juin prochains, avec cette fois, espérons-le, le retour des spectateurs dans les estrades. Car si l'on apprécie que l'épreuve 2020 ait été tenue malgré les restrictions actuelles, elle affichait tout de même une bien triste image avec ses tribunes vides de ses habituels 250 000 spectateurs.

En vidéo ci-dessous, voyez les meileurs moments de cette 88ème édition des 24 Heures du Mans...