Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

L’écurie Ferrari F1 démontre sa versatilité en produisant un respirateur artificiel compact

L’écurie Ferrari F1 démontre sa versatilité en produisant un respirateur artificiel compact

Jeudi 14 mai 2020 par René Fagnan
Crédit photo: Ferrari.com

Crédit photo: Ferrari.com

Vous avez probablement vu cette nouvelle circuler dans la presse : l’écurie de Formule 1 Ferrari a collaboré avec l’Institut italien de technologie (IIT) pour concevoir et fabriquer un respirateur artificiel compact destiné à apporter des soins aux patients gravement atteints par la Covid-19.

Le FI5 (pour Ferrari, Institut et 5 pour le nombre de semaines qu’il a fallu pour produire le respirateur à partir d’une feuille blanche), devait évidemment répondre à certaines exigences : il devait être fiable, polyvalent, facile à assembler et à utiliser, capable d'optimiser la consommation d'oxygène, devait utiliser les composants facilement disponibles et posséder un coût de production bien inférieur à celui des ventilateurs pulmonaires actuellement disponibles.

Notons ici que les écuries de F1 du Royaume-Uni participent au "Projet Pitlane" implanté par l'industrie britannique afin de fabriquer et de fournir des appareils respiratoires destinés aux besoins nationaux. Mercedes AMG a d’ailleurs produit un appareil de pression positive continue des voies respiratoires qui aide les patients atteints par le coronavirus ou souffrant d'infections pulmonaires à respirer plus facilement.

Concernant le FI5, les ingénieurs de la Scuderia Ferrari ont effectué le travail de conception par ordinateur afin de définir les composants pneumatiques et mécaniques en plus d’effectuer la simulation dynamique. L'IIT s'est procuré tous les matériaux et a conçu l'électronique, le micrologiciel et le logiciel de contrôle, tout en effectuant des simulations, le développement et la conception du système de câblage en utilisant certains fournisseurs de la Scuderia Ferrari.

Les spécifications techniques du FI5, les dessins techniques, le micrologiciel et a liste des composants sont maintenant disponibles sous forme de projet libre sur le web, ce qui signifie que n’importe qui ou organisme peut le produire.

Produire un tel appareil médical en seulement cinq semaines, soit moins de 40 jours, démontre à quel point une écurie de F1 est polyvalente, réactive, efficace à tous points de vue et n’a pas son égal pour résoudre des problèmes.

Les ingénieurs des équipes de F1 sont habitués à faire face à d’innombrables soucis techniques tous les week-ends de Grands Prix. Revenus à leurs bases, ces ingénieurs, venus de plusieurs horizons différents, se mettent au travail et conjuguent leurs efforts afin de trouver rapidement des solutions. Défier le temps fait partie de l’ADN des écuries de F1.

On n’a qu’à constater à quelle vitesse une innovation technique est copiée, et souvent améliorée, par les équipes rivales. L’effet de sol de la Lotus 79, les suspensions hydrauliques de Brabham, le F-Duct, le S-Duct, les essieux soufflants, le museau surélevé, les persiennes de dérives d’ailerons et le double diffuseur ne sont que quelques exemples des innovations imaginées par une équipe et qui furent copiées, et améliorées par les autres en quelques semaines seulement.

Une écurie majeure de F1 est en général nettement plus flexible, versatile, plus innovatrice et possède un temps de réaction beaucoup plus court que la grande majorité des entreprises spécialisées. De plus, chaque équipe dispose d’un important réseau de fournisseurs et de sous-traitants, ultra spécialisés, qui peuvent vite localiser ou usiner des pièces aux formes complexes et aux tolérences extrêmement réduites.

De plus, les ingénieurs de F1 sont habitués à travailler avec des délais très serrés et de tout miniaturiser, alléger au maximum et rendre le produit final aussi compact et fiable que possible. Ces cerveaux, d’hommes et de femmes, n’ont pas leur pareil pour analyser une nouveauté technologique, la décortiquer, comprendre son fonctionnement et la reproduire en l’améliorant.

Le FI5, petit bijou de haute technologie, aidera sûrement plusieurs patients à travers le monde à récupérer et à vaincre ce terrible coronavirus. Alors, quand certains clament haut et fort que le sport automobile ne sert strictement à rien...