Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Le développement des véhicules électriques, sur route et en sport automobile, victime probable de la crise !

Le développement des véhicules électriques, sur route et en sport automobile, victime probable de la crise !

Lundi 20 avril 2020 par Philippe Brasseur
Crédit photo: FIA World Rallycross

Crédit photo: FIA World Rallycross

La situation mondiale actuelle n’épargne personne. Le sport automobile est bien sûr touché de plein fouet avec les reports et annulations de courses qui se succèdent depuis 5 semaines, mais il y a un aspect qui aura un impact à bien plus long terme, c’est la très probable crise économique qui va suivre la pandémie de coronavirus.

Qui dit crise économique dit restrictions budgétaires et cela va toucher évidemment le développement et la mise en marché des véhicules électriques. D’un point de vue environnemental, n’en déplaise aux idéalistes qui croient encore qu’ils vont sauver la planète avec cette technologie, on pourrait dire que c’est une bonne chose compte-tenu des ravages que font dans certains pays l’extraction de matériaux nécessaires à la conception des batteries.

On sait aujourd’hui qu’un véhicule électrique a besoin de rouler entre 10 et 13 ans pour que son empreinte écologique soit moins élevée qu’un véhicule à essence. En résumé, une voiture à essence est moins polluante à produire qu’une à motorisation électrique, mais elle pollue évidemment plus durant son "cycle de vie" sur les routes. La motorisation électrique est une option... mais pas la seule option !

La volonté des manufacturiers automobile, poussés par les instances politiques et environnementalistes, à mettre le plus rapidement possible sur le marché des nouvelles voitures électriques se heurte désormais à une réalité inimaginable il y a à peine un mois : les liquidités pour mener à bien ces projets extrêmement coûteux. À cela s’ajoute la dégringolade du prix du pétrole et voilà que plusieurs manufacturiers évaluent désormais l’idée de reporter l’introduction de modèles électriques. La crise née de l’épidémie du coronavirus pourrait même freiner de 5 à 10 ans le développement et la possible généralisation des véhicules électriques.

En sport automobile, on sait déjà que des grandes séries comme la Formule 1 ou le NASCAR ont reporté d’un an l’introduction de leurs nouvelles réglementations, sans que cela concerne toutefois l’électrification. Mais le phénomène touche désormais aussi les projets d’implantation de la motorisation électrique. Ainsi, la FIA vient tout juste d’annoncer que le Championnat du monde de Rallycross (photo ci-dessus) verra le report de l'électrification prévu pour 2021 à 2022, au plus tôt.

La décision, qui a été approuvée aujourd'hui par un vote électronique des membres du Conseil mondial du Sport Automobile, a été prise en consultation avec IMG, le promoteur du Championnat du monde de Rallycross, ainsi que Kreisel Electric, le fournisseur agréé du kit d'électrification, et GCK Energy, fournisseur agréé d'énergie. « Toutes les parties restent attachées à la stratégie originale construite autour d'équipes indépendantes qui sont actuellement en compétition ou qui cherchent à entrer dans la série, qui a été conçue avec la durabilité et le contrôle des coûts en son cœur » explique-t-on du côté d’IMG.

Le président de la FIA, Jean Todt, a déclaré : « la situation actuelle rend nécessaire le report d'un an le passage à l'électricité pour laisser plus de temps aux concurrents de s'adapter et investir. La FIA reste toutefois attachée au projet électrique pour le Rallycross mondial, c’est un environnement adéquat pour démontrer les capacités de performance et le développement rapide des voitures de route électriques ».

Paul Bellamy, vice-président sports chez IMG, indique évidemment soutenir ce report et il conclut : « à ce stade, les plans pour le nouveau championnat FIA eRX Junior restent inchangés et les travaux d'électrification de cette catégorie se poursuivront en 2021, avec une offre complète de voitures et une organisation du championnat en 2022. Nous restons engagés pour un avenir électrique pour le Rallycross, mais nous pensons qu'il est prudent de se concentrer sur la santé et le bien-être en ces temps difficiles et incertains ».

Après avoir vu ses premiers événements annulés, la saison 2020 du Championnat du monde de Rallycross doit maintenant débuter en Suède le 5 juillet. Bien que le Grand Prix de Trois-Rivières ait été annulé, il n’était de toute manière pas prévu qu’elle fasse escale à l’événement québécois cette année. Le GP3R devait plutôt accueillir la série TitansRX mais avec la crise actuelle, ce championnat pourrait tout simplement être annulé.