Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

5 choses à savoir sur… Mathieu Legris, le champion SPC classe Compact !

5 choses à savoir sur… Mathieu Legris, le champion SPC classe Compact !

Vendredi 29 novembre 2019 par Eliane Gilain
Crédit photo: Bruno Dorais

Crédit photo: Bruno Dorais

Le nom Legris n’est certainement pas inconnu des passionnés québécois de sport automobile alors qu'Yves Legris, le père de Mathieu et de son frère jumeau Julien, a évolué avec succès en circuit routier et course sur glace depuis près de 30 ans. Mathieu lui coure depuis plusieurs années déjà sur les différents tracés canadiens.
 
C’est en Super Production Challenge que le duo composé du père et du fils s’illustre depuis trois saisons. Yves et Mathieu Legris ont même été couronnés champions de la catégorie Compact cette année, au terme d'une saison remplie d’action, qui avait plutôt mal démarré à Calabogie en juin avant de conclure par des gains répétés et le couronnement en octobre au Circuit ICAR. Qui est ce jeune champion québécois ? Notre ''5 choses à savoir sur...'' cette semaine est donc consacré à Mathieu Legris !
 
1. Le bilan de ta saison 2019 en Super Production Challenge pour Mathieu... « Nous avons eu une saison en deux temps; quand ça allait, bien, alors ça allait vraiment bien, mais nous avons eu quelques ennuis. À Calabogie en début de saison, nous nous sommes fait sortir par un adversaire. C’est dommage, car nous avions eu un excellent départ. À Shannonville, nous avons eu des ennuis mécaniques lors de la dernière course du week-end. Par contre, nous avons remporté toutes les épreuves en sol québécois ! Malheureusement, Toka Murphy (Honda Ste-Rose) a été impliqué dans un accident de course lors de la finale, ce qui nous a aidés a remporté le championnat.»

2. Le Grand Prix de Trois-Rivières, la première participation de Mathieu Legris à cet événement... « C’était très impressionnant de voir les fans et les gens qui se promènent dans les paddocks. Ce n’est pas un tracé difficile en soit, mais les murs et la foule rendent le tout excitant puisque si tu fais une erreur, les murs t’attendent et les spectateurs vont tout voir ! J’ai beaucoup aimé remporter cette course, c’est un très beau moment dans ma carrière.»
 
3. Pourquoi rester en Toyota Echo et en classe Compact ? « La Toyota Échoc est une voiture très fiable. Nous l'utilisons depuis 2004, quand la série du même nom avait débuté. Nous n’avons eu aucun problème majeur avec la voiture, ça fait 6 ans que nous n’avons pas changé le moteur. Lors des événements, nous ne travaillons pas beaucoup sur la mécanique car elle ne requiert pas une grande préparation, ce qui nous permet de nous concentrer sur la course et avoir du plaisir. Nous avions pensé aller en Coupe Nissan Micra, nous avions une voiture, mais nous avons trouvé que les pilotes ne se respectent pas beaucoup à comparer à ceux en Super Production Challenge.»

4. À part le sport automobile, que fais-tu dans tes temps libres ? « J’ai fait du taekwondo pendant 7 ans. Mais avec le travail, c’est difficile de continuer présentement. Je travaille chez Airbus, à Mirabel, et dès que j’aurai un horaire de jour, je reprendrai les classes de taekwondo le soir. J’ai arrêté après avoir obtenu ma ceinture noire et après avoir fait quelques compétitions.»
 
5. En conclusion, l'opinion de Mathieu sur la série Super Production Challenge... « C’est une série qui est en très bonne santé. Dominic St-Jean, le promoteur, fait un bon travail afin de s’assurer qu'on aille à de beaux événements et que les coûts restent moindres. Par ailleurs, j'apprécie le fait que nous devons signer un contrat en début de saison qui nous engage à respecter nos adversaires en piste. C’est une série où les pilotes s’amusent tout en restant courtois.»