Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Il y a 15 ans : Une pilote féminine remportait les 24 Heures de Spa, un exploit encore inégalé à ce jour !

Il y a 15 ans : Une pilote féminine remportait les 24 Heures de Spa, un exploit encore inégalé à ce jour !

Jeudi 11 juillet 2019 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Christian Borel

Crédit photo: Christian Borel

Il y a très exactement 15 ans, une pilote féminine remportait les 24 Hures de Spa, qui plus est sur Ferrari ! Un exploit, inégalé à ce jour, réalisé par le Suissesse Lilian Bryner et ses équipiers. Cette année, cela fera 70 ans que Ferrari a décroché sa 1ère victoire dans cette grande course d’Endurance. Cela pourrait-il être de bon augure pour la marque au cheval cabré en vue de l’édition 2019 qui sera disputée à la fin de ce mois ?

Mais revenons à l’édition 2004 de ces 24 Heures de Spa, qui a marqué l’histoire car Lilian Bryner est devenue non seulement la première femme pilote à remporter la classique d’endurance, mais également la première à remporter, au niveau toutes-catégories, l’une des plus grandes courses de voitures de sport disputée sur 24 heures.

Lilian a eu l'honneur de croiser le drapeau à damier ce dimanche-là, aux commandes de la Ferrari 550 Maranello de la l’équipe BMS Scuderia Italia qu'elle partageait avec ses équipiers Fabrizio Gollin, Luca Cappellari et Enzo Calderari. Le quatuor avait débuté la course depuis la pole position, grâce à un tour parfait en qualification de Gollin, qui avait bouclé son meilleur tour en 2 minutes 15 secondes et 47 millièmes. Pour la course, on s'attendait à ce que leur principale opposition provienne de la voiture sœur, ainsi que du trio de Ferrari 575GTC Maranello, tandis que la Saleen S7-R du Vitaphone Racing apparaissait comme la principale rivale aux Ferrari.

En début de course, Uwe Alzen a pris la tête avec la Saleen, mais les espoirs de la GT américaine ont rapidement tourné court, la Saleen étant victime d’une panne d'essence sur la piste. La bataille pour la victoire s'est alors résumée à un affrontement entre les deux Ferrari BMS Scuderia Italia et la 575GTC de l’écurie GPC Squadra Corse. Cette dernière structure recevait alors un soutien marqué de l’usine, étant notamment pilotée par le pilote de F1 Mika Salo, associé à Philipp Peter, Fabio Babini et Vincent Vosse (qui deviendra quelques année splus tard le propriétaire de l’équipe WRT, qui fait aujourd’hui rouler des Audi en DTM et en Endurance).

La bataille pour le 1er rang s’est poursuivie entre les 3 Ferrari jusqu’à ce que Stefano Livio sorte de piste avec la seconde 550 BMS durant la nuit. Les réparations coûtant une vingtaine de tours, il ne restait dès lors plus que la Ferrari GPC pour battre la seconde 550 BMS. Avec quatre professionnels de très haut niveau aux commandes, on ne donnait alors pas cher des chances de victoire de Lilian Bryner et ses équipiers face à l’équipage de la 575 !

Au petit matin, l’avantage de la 575 de tête était d’un tour et demi. Mais la chance allait tourner à 6 heures de l’arrivée. Le diffuseur arrière se brisa sur la Ferrari de Salo, provoquant de gros soucis de tenue de route. La réparation allait longue, de sorte qu’au moment où Mika Salon reprenait la piste, Fabrizio Gollin le devançait d’un tour et demi !

Gollin, à bord de la Ferrari BMS, se révéla le plus rapide que quiconque sur la piste et, dans la perspective de la victoire, ses équipiers allaient eux aussi parvenir à hausser leur niveau de pilotage. Bryner, Cappellari et Calderari ont ainsi tous joué un rôle de premier plan au cours du dernier quart de course pour augmenter progressivement l’avantage par rapport à la 575 de leurs rivaux.

Le chronomètre tourne et alors qu’il ne reste que 50 minutes à l’épreuve, les plaquettes de frein avant de la voiture de tête sont changées par mesure de précaution. C’est à Lilian Bryner que fut alors confié la tâche de disputer le dernier relais, avec toute la responsabilité que cela incombait, sachant qu’elle avait, avec à peine plus d’un tour de retard, un pilote de Formule 1 qui lui disputait la victoire ! Lilian fit rugir le V12, s’élança sur la piste et se dirigea vers le livre des records au terme d’un relais sans la moindre erreur.

Salo ne parvint jamais à se dédoubler de la Suissesse, qui franchit la ligne d'arrivée avec ce tour d’avance salvateur. Pour souligner le rythme effréné de cette édition 2004 des 24 Heures de Spa, disputée par temps chaud et sec (c’est suffisamment rare à Spa pour le souligner !), l’équipage de la Ferrari 550 Maranello n°2 avait parcouru 558 tours, établissant un record de distance sur la piste moderne de Spa-Francorchamps, 30 tours de mieux que le précédent.

Lilian Bryner soulignait à sa descente du podium (en photo ci-dessus, alors que ses deux enfants l'y avait rejointe !) : « C’est comme la Fête nationale suisse et certainement une journée spéciale. Je tiens à remercier tous mes équipiers pour leur excellent travail tout au long des 24 Heures et pour l’équipe aussi, ils ont tous fait un travail magnifique ».

Bryner n'était pas la seule femme à monter sur le podium aux 24 Heures de Spa 2004 : lors de la cérémonie de podium de la classe G3, Vanina Ickx, la fille de Jacky Ickx, faisait partie de l'équipage vainqueur de la Porsche 911 GT3 de Mühlner Motorsport, et Sylvie Delcour s'était jointe aux célébrations en faisant partie de l’équipage classé troisième, avec une Lotus Elise de l’équipe EBRT.

Au niveau toutes-catégories, c'était la troisième victoire de Ferrari aux 24 Heures de Spa, après 1949 et 1953. Depuis, les fans de la marque italienne espèrent, et attendent !

Cette année, trois Ferrari 488 GT3 seront présentes en catégorie Pro et tenteront de jouer la victoire face aux manufacturiers allemands, largement favoris. Quant à Lilian Bryner, elle a pris sa retraite du pilotage peu après sa victoire à Spa. Elle a fêté ses 60 ans le 21 avril dernier.

Outre cette victoire à Spa, son palmarès s’orne également de 3 victoires en catégorie GT aux 24 Heures de Daytona (1994, 95 et 96), d’une 2ème place toutes-catégories aux 1000 km de Monza (1995), ainsi que de 4 participations aux 24 Heures du Mans (9ème en 1994, sur Porsche 911). Toutes ces courses furent disputées en compagnie d’Enzo Calderari, son conjoint.


*** Pour les plus anciens abonnés de Pole-Position Magazine et/ou les plus fidèles collectionneurs, Lilian Bryner avait donné une entrevue exclusive à Pole-Position en 1996, peu après sa victoire aux 24 Heures de Daytona en classe GT... À retrouver dans vos archives !