Nouvelles Twitter

Règles IMSA 2019 : La Coupe Porsche maintenue au Canada, deux nouvelles classes en prototypes...

Crédit photo: Michael L. Levitt / LAT Images

L’International Motor Sport Association (IMSA), l'organisme qui sanctionne les séries vedettes de d’Endurance en Amérique du Nord, a annoncé à Road America en fin de semaine dernière son calendrier de la prochaine saison - qui va demeurer presqu'identique à 2018 - mais aussi et surtout plusieurs changements dans ses règlements.

Le plus important et le plus visible pour le public de ces changements concerne la classe Prototype du WeatherTech SportsCar Championship, la série reine qui décompte deux types de voitures en ce moment; les LMP2 et les DPi. L’an prochain, ce seront deux classes distinctes, avec les LMP2 qui deviendront une classe réservée aux pilotes Pro-Am (donc un amateur devra obligatoirement composer l'équipage).

Ce ne sera pas le cas en DPi, où deux professionnels pourront se partager les commandes de la même voiture. De plus, en ce moment, les règles veulent que les DPi soient balancées (rapport poids/puissance) selon la voiture la plus rapide en LMP2. Ce ne sera plus le cas l’an prochain, les DPi devraient être plus performantes que les LMP2 sur tous les circuits, ce qui crée une controverse !

En effet, cette année beaucoup de LMP2 se battent dans le peloton de tête, enlevant parfois des victoires aux DPi, comme on a pu le voir lors des trois dernières courses en ligne (Watkins Glen, Mosport et Elkhart Lake), qui sont des voitures soutenues par les manufacturiers. Par exemple, à Road America le podium était composé de la LMP2 de Jonathan Bennett et Colin Braun, suivi par celle du Canadien Misha Goikhberg et Stephen Simpson, et finalement Felipe Nasr et Eric Curran sur une Cadillac DPi. Difficile commercialement de justifier pour Acura ou Cadillac, pour ne citer que ces deux là, être devancés par des pilotes peu connus du grand public aux commandes d'une voiture achetée en Europe !

Pourtant, sportivement, la classe Prototype actuelle qui mêle des LMP2 et DPi est une réussite sans précédent. Les courses sont belles et 10 à 15 équipages ont des chances de victoire. Alors pourquoi séparer ces deux classes qui roulent pourtant dans les mêmes temps, et imposer le système Pro-Am aux LMP2 ? On peut penser qu'il y a là une certaine pression des manufacturiers impliqués en DPi, à moins que l'IMSA ne cherche à faire de la classe DPi les "LMP1" de demain. En effet, vu les problèmes que rencontre le championnat du monde d'Endurance (WEC) avec sa "grosse" classe de prototypes où Toyota se retrouve seul avec ses motorisations hybrides très avantagées, amener les DPi au niveau des prototypes LMP1 "privés" ou du futur règlement "hypercars" semble logique. À suivre...

D'ores et déjà, l'équipe JDC-Miller, lauréate des dernières 6 Heures de Watkins Glen, a réagi à l'annonce en indiquant qu'elle engagera deux Cadillac DPi au lieu de ses Oreca LMP2 l'an prochain. Et, notons par ailleurs conernant les équipages LMP2, que le règlement des équipages Pro-Am est déjà en vigueur en catégorie GT Daytona (GTD), les voitures GT3 pilotées obligatoirement par des duos ou trios de pilotes de grade Bronze ou Argent (amateurs) avec restriction du nombre de pilotes professionnels (licences Or ou Platine). De plus, les pilotes amateurs seront éligibles à un championnat entre eux en LMP2 tandis qu'en GTD, 2019 verra l'instauration d'une séance supplémentaire d'essais avant la qualification pour les seuls pilotes Bronze et Argent et ces derniers devront qualifier la voiture puis prendre le départ de la course. Selon Scott Atherton, le président d’IMSA, ceci aidera à la compétition entre les pilotes amateurs, avant que les pros ne prennent le volant.

Autre changement notable, cette fois-ci dans l’antichambre de la série WeatherTech SportsCar Championship, l'IMSA dit au revoir au Continental Tire SportsCar Challenge et accueille Michelin qui prêtera son nom à la série qui deviendra ainsi le IMSA Michelin Pilot Challenge. Le calendrier restera le même que cette saison là aussi, mais nous ne verrons plus en piste la classe ST qui représentait la classe la moins puissante du plateau. La série sera donc ouvertes aux seules voitures Grand Sport (GS - homologation GT4) et TCR.

La série IMSA Prototype Challenge, entièrement composée de Prototypes LMP3 et Mazda Elan, continuera dans son nouveau format de courses de 1h45, mais à deux reprises, lors du Roar Before the 24 à Daytona en janvier, et au Canadian Tire Motorsport Park (Mosport, Ontario, début juillet), d’effectuer des endurances de 3 heures, où deux à trois pilotes pourront s’échanger le volant.

Enfin, la série Coupe Porsche Canada GT3 a été confirmée comme de retour en 2019, mettant ainsi fin aux rumeurs que la série allait disparaître après cette année pour être intégrée au championnat de voitures de tourisme canadien (CTCC). Scott Atherton a d’ailleurs affirmé qu’il aimerait voir plus d’épreuves où les deux séries de Coupe Porsche, États-Unis et Canada, se rencontrent, comme c'était le cas à Sebring au début de la saison. On peut supposer que cette demande concerne directement le Grand Prix du Canada, où un nombre insuffisant de voitures était en piste en juin dernier.