Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Entrevue : Nicholas Latifi enchanté de son expérience en F1 hier, au GP du Canada

Entrevue : Nicholas Latifi enchanté de son expérience en F1 hier, au GP du Canada

Samedi 9 juin 2018 par Eliane Gilain
Crédit photo: Pole-Position Magazine

Crédit photo: Pole-Position Magazine

Nicholas Latifi, pilote torontois mais Montréalais de naissance, a effectué hier ses premiers tours de roue lors du Grand Prix du Canada à bord de la VJM11 de Force India. C’était lors des essais libres du matin que le jeune pilote canadien a effectué 28 tours devant une foule composée d’admirateurs... et bien sûr sa famille. Il a répondu à nos questions quelques heures seulement après cette première expérience officielle en Formule 1...

Nicholas, comment se sont déroulés tes premiers tours de roue au Grand Prix du Canada ?

« C’était un sentiment très spécial quand je suis sorti de la ligne des puits. J’avais un énorme sourire sur le visage. Il y avait beaucoup de fans dans les gradins. C’était émouvant de les voir m’envoyer la main lors de mon dernier tour. Le but principal était évidemment de suivre le programme d'essais dicté par l'équipe pour cette séance où je pilotais la voiture qu'aura Sergio Pérez aux qualifs et en course, alors il ne fallait évidemment pas la mettre dans le mur ! Évidemment, j’apprends encore la voiture et je devais également apprendre la piste car je n'avais jamais roulé encore sur le circuit Gilles-Villeneuve. Je pense qu’en tant que première pratique, tout a bien été. Il y a toutefois deux virages où j’ai coupé la chicane. J’ai aussi glissé quelques fois dans mes tours. J’ai poussé la voiture pour trouver la limite. Mais j’ai poussé là où je savais qu’il y avait place à l’erreur.»

Penses-tu refaire une séance d'essais libres lors d’un Grand Prix cette saison ?

« Je pense que les opportunités vont se présenter au cours de l’année, mais pour l’instant je ne peux pas confirmer à quelles sessions je prendrai part. Par contre, je serai de retour derrière le volant d'une F1, c’est certain.»

Quelles sont tes prochaines étapes avant d'espérer te rendre en Formule 1, décrocher un volant à temps plein ?

« Mon but est évidemment d’être en F1 très bientôt mais tout dépend de mes performances en Formule 2. Il faut que je termine au 5ème rang ou mieux au championnat pour obtenir ma Superlicence. C’est donc là-dessus que je dois me concentrer prioritairement cette année.»

Ton père a investi récemment une somme importante pour devenir actionnaire de la marque McLaren. Est-ce que cela va influencer ta carrière en F1 ?

« L’investissement que mon père a fait n’a rien à voir avec ma carrière. C’était purement une opportunité commerciale. Si j’arrêtais la course demain, il aurait tout de même fait cette entente commerciale. C’est la passion de mon père, mais cela n’influence pas où je serai en F1 et si j’y vais. Que j’atteigne la F1 ou pas, je veux le faire par moi-même et par mes performances en piste.»

Deux Canadiens en F1 n’avaient pas été vus depuis octobre 1981 lorsque Jacques et Gilles Villeneuve avaient effectué une séance d’essais libres ensemble au GP du Canada. Qu’est-ce que cela représente pour toi ?

« C’est spécial, car plus de 36 ans, c’est vraiment long ! Ça rend le tout d’autant plus spécial que nous soyons au Grand prix du Canada. Malheureusement, Lance Stroll et moi ne sommes pas proches vu que nous vivons dans différents pays. Nous avons seulement effectué 2 ou 3 courses ensemble en karting.»

Nicholas a conclu cette entrevue en affirmant que s’il le pouvait, il serait dans la voiture pour chaque séance en piste cette fin de semaine. Mais que pour l’instant, suivre l’équipe et assister aux réunions après les séances est très utile pour son apprentissage. Après ce week-end, il poursuivra sa saison en F2, au sein de l'écurie française DAMS.