Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Le programme du Grand Prix du Canada ce week-end...

Le programme du Grand Prix du Canada ce week-end...

Mercredi 3 juin 2015 par Philippe Brasseur

Le 2 juin 2015.- Le Grand Prix du Canada a été inscrit au championnat du monde pour la première fois en 1967, alors que le pays célébrait le centenaire de sa Confédération. À huit (8) reprises au cours de sa première décennie d’existence, l’épreuve a été disputée sur le circuit de Mosport, au nord-est de Toronto, en Ontario. En 1968 et 1970, c’est le circuit du Mont-Tremblant, dans les Laurentides au nord de Montréal, qui a accueilli la F1 avant qu’en 1978, on déplace l’événement à Montréal sur un circuit aménagé à l’Île Notre-Dame, au milieu du Saint-Laurent. Sur le tracé dessiné par l’ingénieur canadien Roger Peart, le vainqueur de cette première édition dans la métropole fut Gilles Villeneuve, au grand plaisir des amateurs locaux. La manche canadienne est la plus ancienne au calendrier à être disputée hors de l’Europe. À l’exception des années 1975, 1987 et 2009 où il n’était pas au calendrier, le Canada a toujours été un rendez-vous attendu des amateurs. Le tracé est différent de la plupart des circuits utilisés aujourd’hui et il constitue un défi unique en raison de ses deux virages en épingle, ses quatre chicanes qui exigent des freinages intensifs et ses longues lignes droites où l’on atteint des vitesses prodigieuses, dont deux où le DRS peut être activé.
 
Au palmarès de l'épreuve
 
Au Canada, le pilote s’étant le plus illustré est Michael Schumacher qui y revendique sept (7) victoires. Nelson Piquet et Lewis Hamilton en comptent trois (3). Chez les autres pilotes actifs, Fernando Alonso, Jenson Button Kimi Räikkönen et Daniel Ricciardo ont gagné une fois au Canada. Michael Schumacher a réalisé six (6) poles position alors que Lewis Hamilton, Nelson Piquet, Ayrton Senna et Sebastian Vettel en comptent trois (3). Chez les constructeurs, McLaren a obtenu treize (13) victoires en sol canadien, Ferrari, onze (11), Williams, sept (7) et Red Bull, deux (2). Des pilotes Ferrari ont été vus au podium en trente-deux (32) occasions, dont neuf (9) fois Michael Schumacher (auteur de trois [3] autres podiums pour Benetton à Montréal). Les pilotes McLaren revendiquent vingt-neuf (29) podiums. Au fil des années, les spectateurs canadiens ont vu en piste vingt-sept (27) des trente-deux (32) Champions du monde couronnés depuis 1950 dans l’histoire de la F1.
 
Plus d’une semaine pour se souvenir d’éditions antérieures du Grand Prix du Canada : Aujourd’hui même en 1991, le 2 juin, Nelson Piquet remportait à Montréal la 23e et dernière victoire de sa glorieuse carrière. Ce fut le plus hâtif Grand Prix du Canada jamais présenté. Mais à compter du dimanche 7 juin et tous les jours jusqu’au jeudi 18, on pourra se souvenir d’une des vingt-neuf (29) éditions présentées à ces dates entre 1982 et 2014. Les plus mémorables : 1989 (18 juin), 1995 (11 juin), 2007 (10 juin), 2008 (8 juin) et 2014 (8 juin), marquées successivement par les premières victoires en carrière de Boutsen, Alesi, Hamilton, Kubica et Ricciardo.
 
À Monaco, Nico Rosberg avec les plus grands
 
Le pilote Mercedes s’est offert une victoire pour une 3e année consécutive à Monaco. Du coup, il a égalé une marque de Graham Hill (1963 à 1965) et Alain Prost (1984 à 1986). Le « Professeur » a triomphé en bord de mer à quatre (4) reprises. Michael Schumacher, cinq (5) fois victorieux en Principauté n’a pas réussi l’exploit trois (3) années consécutives. Graham Hill, père du Champion du monde 1996 Damon Hill, a longtemps porté le titre de « Monsieur Monaco », grâce à ses cinq victoires dont trois d’affilée. Le titre est ensuite passé à Ayrton Senna, qui a remporté successivement cinq (5) de ses six victoires à Monaco. Jackie Stewart y a également triomphé trois (3) fois, mais non consécutivement. Enfin, Rosberg a effectué à sa dernière course sa 33e visite au podium en carrière, autant que six (6) champions du monde : Clark, Fangio, Graham Hill, Fittipaldi et Scheckter.
 
Si Lewis Hamilton s’offre 18 tours en tête à Montréal, il dépassera son illustre compatriote Nigel Mansell (avec 2 091 tours menés) et s’installera à la 5e place de l’histoire. Hamilton qui a raté le podium canadien l’an passé tentera d’y monter pour une 15e épreuve consécutive et égalerait alors une marque de Fernando Alonso. Michael Schumacher détient le record à éclipser avec dix-neuf (19) podiums consécutifs.
 
Mercedes en quête d’une 35e victoire
 
L’écurie germano-britannique sera en quête à Montréal d’une 35e victoire, ce qui, dans l’histoire, lui en ferait autant que Renault et Brabham. Mercedes a triomphé en neuf (9) occasions en 1954 et 1955 et vingt-cinq (25) autres fois depuis son retour comme constructeur en 2010. Quant à Mercedes à titre de motoriste, il occupe désormais la première place pour le plus grand nombre de poles consécutives, vingt-cinq (25) réalisées par des monoplaces Mercedes en vingt-quatre (24) occasions et Williams, une seule fois l’an passé en Autriche, alors que Felipe Massa réussissait à devancer Hamilton et Rosberg.
 
Une surprise à Montréal ?
 
Comme le rendez-vous canadien réserve souvent une surprise aux amateurs, notons que trois pilotes actifs sont parmi les trente (30) premiers à avoir disputé le plus grand nombre de Grands Prix sans jamais vivre une fois les joies de la victoire : Hulkenberg (80), Pérez (80) et Grosjean (70). Quelles sont leurs chances ?
 
À noter...
 
Présentation spéciale du Grand Prix du Canada dans l'édition de Pole-Position Magazine présentement en kiosque.