Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

5 décembre : Apparition de la première voiture électrique au Canada, très en avance sur son temps !

5 décembre : Apparition de la première voiture électrique au Canada, très en avance sur son temps !

Dimanche 5 décembre 2021 par René Fagnan
Crédit photo: Archives de la ville de Toronto

Crédit photo: Archives de la ville de Toronto

Avec les pressions internationales imposées pour faire diminuer les rejets de gaz à effet de serre et l’interdiction prochaine de vente de voitures à combustibles fossiles, les constructeurs automobiles n’ont plus le choix que d’accélérer le développement et la production de véhicules électriques.

Si vous faites partie de ceux et celles qui magasinent actuellement un tel véhicule, vous serez sûrement étonnés d’apprendre que la toute première voiture entièrement électrique a fait son apparition ici au Canada il y a de cela 128 ans, le 5 décembre 1893 !

Le plus incroyable est que cette voiture n’a pas été simplement importée ici au pays, mais qu’elle a été entièrement conçue et fabriquée à Toronto !

Tout commence par l’union des forces d’une entreprise torontoise, Dixon Carriage Works, et de la vision futuriste de Frederick Fetherstonaugh, un éminent avocat spécialisé dans l’obtention de brevets industriels.

Si la première voiture connue construite au Canada a été un buggy à vapeur assemblé par l'horloger québécois Henry Seth Taylor de Stanstead en 1867, la première voiture électrique n’est apparue que quelques années plus tard.

À cause de son travail, Fetherstonaugh était très au courant des développements effectués dans le monde de l’automobile naissante au Royaume-Uni ainsi qu’aux États-Unis.

Featherstonhaugh demeurait à Mimico, à l'ouest de Toronto. Visionnaire, il était le propriétaire d'une des premières maisons électrifiées de la région de la métropole ontarienne. L'un de ses clients professionnels était William Still, un ingénieur britannique qui venait de mettre au point une nouvelle batterie, plus légère et plus efficace que ce qui se faisait alors. Au lieu de se servir de plaques de plomb solides, Still utilisait une bobine de plomb enroulée autour d'un morceau de bois.

Still est venu voir l’avocat pour obtenir un brevet. Les deux étaient passionnés par l’électrification des véhicules et Featherstonhaugh souhaitait posséder une voiture sans chevaux qui ne dégagerait aucune chaleur, odeur, bruit ou vibrations afin de se déplacer entre sa résidence, nommée Lynne Lodge, et le centre-ville de Toronto.

William Still fut engagé pour produire un moteur électrique, une batterie et un dispositif de recharge adaptés à un véhicule devant rouler en été comme en hiver ; un travail qui a nécessité 18 mois de travail.

Puis, Featherstonhaugh conclut une entente avec Dixon Carriage Works, une entreprise torontoise spécialisée dans la fabrication de calèches tirés par des chevaux, pour faire fabriquer le châssis de sa voiture électrique.

La Featherstonhaugh-Still électrique ne pesait que 318 kilos et pouvait transporter deux passagers. Elle était montée sur d'élégantes roues à rayons métalliques et possédait de véritables pneumatiques, un toit pliant et des phares électriques. Il n’y avait pas de volant, mais une barre de direction sur laquelle était fixé l’accélérateur.

Le moteur électrique, qui ne pesait que 45 kilos, actionnait les roues arrière à l’aide d’une chaîne et le freinage était assuré par des freins à tambours. La batterie d'accumulateurs au plomb-acide pesait 123 kilos. Le moteur électrique d’une puissance de quatre chevaux pouvait propulser la voiture à 24 kilomètres/heure ; une vitesse tout à fait convenable pour l’époque. Le temps de décharge de la batterie est toutefois fort imprécis, car certains textes parlent d’une heure et d’autres, de cinq heures. Avouons qu’une heure est probablement près de la réalité.

Le 5 décembre 1893, alors qu’une grosse tempête de neige frappe Toronto, la Featherstonhaugh à moteur Still effectue ses premiers tours de roue à l’intérieur de l’immense usine Dixon Carriage Works.  

Pour recharger la batterie de sa voiture chez lui, Featherstonhaugh, plein d’imagination, avait fait installer une “station de recharge” constituée d'une tige qui reliait la batterie au fil électrique aérien de 550 volts de courant constant qui alimentait les tramways de la “Toronto and Mimico Electric Light and Railway Company”. L’histoire ne dit pas s’il payait une redevance pour procéder ainsi ! 

Featherstonhaugh a conduit sa voiture électrique pendant environ 15 ans. Au cours de cette période, le bolide a subi certaines modifications pour être plus pratique et plus sécuritaire. Un pare-brise en isinglass (une sorte de mica) fut installé sur le tableau de bord pour offrir une meilleure visibilité. De plus, des garde-boues furent ajoutés pour réduire les projections d'eau par mauvais temps et la direction fut considérablement améliorée grâce à des rotules de direction adéquates sur l'essieu avant.

Tout ceci est très impressionnant quand on songe un instant que cette voiture est apparue en 1893 !