Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

25 octobre : John Surtees devient le premier pilote à être sacré Champion du monde sur 2 et 4 roues

25 octobre : John Surtees devient le premier pilote à être sacré Champion du monde sur 2 et 4 roues

Lundi 25 octobre 2021 par René Fagnan
Crédit photo: WRI2

Crédit photo: WRI2

Le 25 octobre 1964 le Britannique John Surtees est devenu le premier pilote à remporter des titres mondiaux à moto ainsi qu’en monoplace, récolant le titre de Champion du monde de Formule 1 à l’issue du Grand Prix du Mexique présenté sur le circuit de Mexico.

Né le 11 février 1934, John Surtees était le fils de Jack et Dorothy Surtees. Le couple possédait un atelier de réparation de motos et participaient à des courses de side-cars sur des pistes gazonnées. Évidemment, le petit John s’est vite mis à piloter des engins à deux roues. À 15 ans, il quitte l’école pour travailler au garage de ses parents tout en préparant ses propres motos de compétition.

Il grimpe vite les échelons, bat des pilotes plus expérimentés que lui et gagne des courses. Devenu une vedette au Royaume-Uni, il signe un contrat avec la firme MV Agusta pour courir en Championnat du monde FIM. Aidé par une toute petite équipe, Surtees devient à 22 ans le plus jeune Champion du monde de moto. Au cours des quatre saisons suivantes, il remporte six autres titres mondiaux sur deux roues pour MV Agusta en 350 et 500cc.

Si le Comte Domenico Agusta lui interdit de piloter des motos d’autres marques, cela n’interdit pas à Surtees de conduire des voitures durant ses week-ends libres ! Ainsi, il s’initie au pilotage des monoplaces à bord de Formules Junior et F2 avant d’effectuer le grand saut et de disputer ses premiers Grands Prix de F1.

Il débute dans les rues de Monaco en 1960 aux commandes d’une Lotus 18-Climax du Team Lotus, mais abandonne. Quelques semaines plus tard, il signe un exploit en terminant deuxième lors du Grand Prix de Grande-Bretagne ! Colin Chapman désire conserver ses services pour 1961, mais Surtees refuse d’être le coéquipier de Jim Clark. Puis, Enzo Ferrari lui fait aussi une offre, mais Surtees se méfie du climat politique qui règne au sein de la Scuderia.  

Il pilote donc pour l’écurie Cooper en 1961, puis pour l’équipe Bowmaker-Yeoman Racing Team de Reg Parnell en 1962. Enzo Ferrari revient ensuite à la charge et parvient à séduire Surtees pour la saison 1963.

Un Britannique chez les Italiens

Pilote Ferrari en F1 et en endurance, Surtees entre rapidement en conflit, dit-on, avec le directeur sportif de la Scuderia, Eugenio Dragoni. Surtees remporte sa première victoire en F1 au Grand Prix d’Allemagne de 1963 sur le long tracé du Nürburgring.

En 1964, il gagne une autre fois, encore en Allemagne, puis en Italie sur le circuit ultra rapide de Monza. Lors de l’avant-dernière épreuve de la saison, le Grand Prix des États-Unis à Watkins Glen, Surtees, aux commandes de sa Ferrari 158, se qualifie second et termine la course en deuxième place derrière la BRM de Graham Hill.

Le titre se joue donc au Mexique entre trois pilotes : Graham Hill, premier avec 39 points, Surtees est deuxième avec 34 points et Jim Clark, qui pilote une Lotus-Climax, est troisième avec 30 points. Clark décroche la pole position, Surtees se qualifie quatrième et Hill est sixième.

En course, Surtees est aidé par une chance incroyable. Clark s’élance en tête et domine l’épreuve. Surtees connaît un très mauvais départ se retrouve 13e au premier passage ! Il entame toutefois une solide remontée.

Au 30e tour, cela fait 19 boucles que Lorenzo Bandini, le coéquipier de Surtees, suit la BRM de Hill comme son ombre. Il tente de la doubler, mais les deux monoplaces se touchent et partent en tête-à-queue. Bandini parvient à vite revenir en piste tandis que la BRM de Hill percute les rails à reculons, ce qui plie un échappement. Hill repart, mais doit rentrer aux puits pour y faire redresser la tubulure. Il revient en course, loin en 13e position.

Les malheurs de Clark

Il ne reste que trois tours à compléter lorsque le manomètre de pression d’huile de la Lotus de Clark s’affole. Une durite d’huile s’est rompue et le V8 de 1,5 litre se vide doucement de son lubrifiant. Clark n’a d’autre choix que de ralentir. Dan Gurney le passe facilement et prend la tête de la course.

Par contre, Surtees n’est pas encore champion. Il lui manque un tout petit point. L’écurie Ferrari donne un signal clair à Bandini et ce dernier se laisse doubler par Surtees durant le dernier tour de la course.

Gurney remporte la victoire devant Surtees et Bandini. Surtees est sacré Champion du monde. Du même coup, la Scuderia de Maranello remporte le titre des constructeurs.

Et quand on parle de chance incroyable pour Surtees, il faut ajouter qu’en 1964, seuls les six meilleurs résultats étaient comptabilisés pour couronner le Champion du monde. Surtees n’a alors décompté aucun point tandis que Hill a dû en soustraire deux. Ainsi, si tous les résultats avaient été comptabilisés, c'est donc Hill qui aurait été sacré champion, 41 points contre 40 pour Surtees.

Le Britannique aux cheveux gris a quand même été un pilote remarquable, prodigieusement versatile ainsi qu’un remarquable technicien. À ses nombreux titres à motos, il faut ajouter ses sacres en F1 et en Can-Am ainsi que sa superbe troisième place aux 24 Heures du Mans en 1964.

John Surtees nous a quitté le 10 mars 2017 à l’âge de 83 ans, emporté par des troubles respiratoires.