Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

23 octobre : Gilles Villeneuve est victime d’un énorme accident au GP du Japon en 1977

23 octobre : Gilles Villeneuve est victime d’un énorme accident au GP du Japon en 1977

Samedi 23 octobre 2021 par René Fagnan
Crédit photo: Reddit.com

Crédit photo: Reddit.com

Dès ses débuts avec l’écurie de Formule 1 Ferrari, le pilote québécois Gilles Villeneuve fut victime d’un terrible accident survenu sur le circuit de Fuji au Japon dans lequel deux personnes furent tuées.

Nous sommes à la fin de la saison 1977 de Formule 1. Début octobre, Niki Lauda décroche son deuxième titre mondial après avoir terminé le Grand Prix des États-Unis Est à Watkins Glen en quatrième place. En froid avec Enzo Ferrari, il claque la porte de la prestigieuse Scuderia et file joindre les rangs de l’écurie Brabham de Bernie Ecclestone qui lui a octroyé un salaire faramineux.

Ferrari n’a plus qu’un seul pilote, Carlos Reutemann, et décide de faire débuter un jeune pilote recrue qu’elle vient de mettre sous contrat, Gilles Villeneuve, lors des deux derniers Grands Prix de la saison, au Canada et au Japon.

Sur le circuit de Mosport Park en Ontario, Villeneuve, qui a finalement assez peu testé la Ferrari 312T2, se qualifie en 17e place, remonte en neuvième position en course, mais abandonne après avoir effectué un tête-à-queue et cassé un arbre de transmission.

Deux semaines plus tard, le monde de la F1 se retrouve sur le circuit de Fuji Speedway situé presqu’au pied du célèbre mont du même nom. Villeneuve se voit encore confier la Ferrari 312T2 châssis 030 frappée du numéro 11 alors que sa monoplace arborait le 21 au Canada.

Encore à court d’essais, le Québécois a un peu de mal à bien exploiter les pneus de qualification Goodyear (d’autant que l’entreprise américaine sait que Ferrari va passer dans le clan Michelin la saison prochaine). Il signe le 20e meilleur temps des qualifications, à 2”3 de la pole position réalisée par Mario Andretti aux commandes de sa Lotus 78-Ford.

Sur la grille de départ, la Ferrari de Villeneuve se trouve juste derrière la Tyrrell P34-Ford de Ronnie Peterson. Durant les premiers tours de la course, Villeneuve suit Peterson comme son ombre, attendant le moment opportun pour le doubler. Toutefois, Villeneuve a encore du mal à doser ses freinages. Il conduit la Ferrari un peu comme sa Formule Atlantique, petite et légère. En d’autres mots, il freine beaucoup trop fort et les disques, surchauffés, commencent à bloquer.

Villeneuve se fait surprendre

À l’amorce du sixième tour, la Tyrrell et la Ferrari déboulent ensemble sur la ligne droite des puits et roulent en 14e et 15e places, respectivement. Les deux monoplaces arrivent au point de freinage du premier virage à environ 260 km/h.

Peterson freine comme d’habitude, c’est-à-dire un peu trop tôt pour Villeneuve qui se fait clairement surprendre. Bien qu’il saute sur sa pédale de freins, la Ferrari ne ralentit pas suffisamment et percute le pneu arrière droit de la Tyrrell, arrachant son aileron arrière.

La Tyrrell à six roues effectue une embardée, mais est relativement intacte. Par contre, la Ferrari décolle dans les airs, retombe au sol nez premier et effectue une série de tonneaux effrayants tout en projetant des pneus, des pièces métalliques et des morceaux de carrosserie dans tous les sens.

La Ferrari en perdition fonce vers le bord de la piste où se trouve un groupe de spectateurs assis sur une petite butte gazonnée située entre le rail de protection et les grillages sensés les empêcher de s’y rendre.

Au moment même où survient l’accident, un commissaire, Kengo Yuasa âgé de seulement 21 ans, tente de faire quitter les gens de cette zone interdite. Yuasa et Kazuhiro Ohashi, un photographe amateur de 25 ans, sont fauchés par l’obus Ferrari. Dix spectateurs sont aussi blessés par des débris de toutes sortes qui volent dans tous les sens, dont sept grièvement.

La coque de la Ferrari avec Villeneuve encore à bord a terminé sa course juste derrière le groupe de spectateurs. Villeneuve, sonné, dégrafe vite son harnais et quitte immédiatement la scène afin de ne pas être traumatisé. Les policiers et les sauveteurs arrivent rapidement sur place, mais ne peuvent rien faire pour sauver la vie de Yuasa et de Ohashi qui ont été mortellement happés. Les autres blessés sont évacués par des ambulances pendant que la course continue.

C’est un miracle, Villeneuve n’a strictement rien. Par contre, il est amèrement déçu d’avoir été impliqué dans un accident et d’avoir détruit sa voiture. Il précise juger déplorable que des spectateurs se soient trouvés assis aussi proche de la piste dans un endroit dangereux et dont l’accès leur était pourtant interdit.

La justice japonaise a ensuite saisi la Tyrrell et les restes de la Ferrari afin de mener son enquête. Après avoir écouté les versions de Peterson et de Villeneuve, il fut déterminé qu’il s’agissait d’un accident de course, sans préméditation ni panne mécanique.

Pour le peuple japonais, c’est un véritable électrochoc, car il s’agit de la première fois que des spectateurs perdent la vie dans un accident survenu lors d’une course automobile dans ce pays.

Patrick Depailler, qui a terminé la course en troisième place sur sa Tyrrell, est seul sur le podium avec l’ingénieur de la compagnie Magneti Marelli. Le vainqueur, James Hunt (McLaren), et Carlos Reutemann, coéquipier de Gilles Villeneuve chez Ferrari et qui a terminé la course en deuxième place, ne se sont pas présentés sur le podium, ayant préféré quitter le circuit à toute vitesse. 

Il s’agit donc du dernier Grand Prix du Japon à avoir été présentée sur le circuit de Fuji. La F1 quitta ce pays pour n’y revenir qu’en 1987 sur le circuit de Suzuka cette fois.