Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

La fabuleuse histoire de Janet Guthrie sera portée au grand écran !

La fabuleuse histoire de Janet Guthrie sera portée au grand écran !

Vendredi 14 mai 2021 par Eliane Gilain
Crédit photo: IndyCar

Crédit photo: IndyCar

Janet Guthrie a marqué l'histoire du sport automobile américain par ses exploits, tant en piste que hors de la voiture. Cette pionnière qui fut pilote d’avion à 17 ans avant de devenir ingénieure aéronautique, n’a jamais reculé face aux défis, et s’est notamment imposée dans un monde très masculin, celui des séries monoplaces et NASCAR.

Janet Guthrie est la première femme à avoir participé au 500 milles d'Indianapolis (en 1977) ainsi qu’au Daytona 500 la même année. Elle avait débuté en NASCAR Cup lors du Charlotte 600 la saison précédente. Elle a également pris part à 8 reprises aux 12 Heures de Sebring, remportant sa classe en 1970 sur une Austin-Healey Sprite, et à deux épreuves de série Trans Am, terminant 4ème à Mexico en 1978 sur une Porsche 935.

Née en 1938 à Iowa City, elle participa à sa première épreuve automobile à l’âge de 25 ans, en SCCA, à bord d’une Jaguar XK140 et ce n’est qu’à 34 ans qu’elle débuta sa carrière professionnelle. Entre 1976 à 1978, elle a participé à 33 courses de NASCAR Winston Cup,  terminant dans le Top 12 à 10 reprises. Guthrie a par ailleurs terminé Top 6 sur l'ovale de Bristol en 1977 tandis que pour sa première participation au Daytona 500 en 1977, elle se classa 12ème en dépit du fait que deux de ses cylindres de moteurs aient explosé à 10 tours de l'arrivée ! En 1980, elle a terminé l'épreuve en 11ème position.

Pour célébrer cette héroïne américaine, un film sera bientôt consacré à son fascinant destin. La comédienne Hilary Swank, récipiendaire de deux Oscars, jouera Janet Guthrie dans le film qui portera le nom de "Speed Girl". Il se concentra surtout sur la vie de la pilote de course dans les années 1970.

Pour Swank, ce fut un oui immédiat pour jouer ce rôle. « C’est une histoire tout à fait incroyable sur l’émancipation des femmes et la réalisation de leurs rêves » de dire Swank à nos collègues de chez Autoweek. « Lorsque l’équipe de Balcony 9 (producteur) m’a approché avec l’histoire de Janet Guthrie, j’ai immédiatement été partante pour jouer ce rôle. Je suis ravie de pouvoir amener sa vie inspirante sur le grand écran » a-t-elle ajouté.

Les années 1970 sont assurément la période la plus intéressante de la carrière de Janet Guthrie car elles témoignent de son arrivée dans les plus grands courses. Outre le NASCAR, elle a participé à 11 épreuves d'IndyCar. Elle tenta de se qualifier pour l’Indy 500 en 1976, sans succès. Plusieurs pointaient le fait qu'elle soit une femme pour expliquer son échec, ce qui enragea le champion A.J. Foyt qui la laissa faire des tours avec la troisième voiture de son écurie. Les tours de Guthrie n’ont pas compté, mais les chronos inscrits sur cette voiture l’auraient qualifié pour la course et l’auraient placée en milieu de grille.

En 1977, elle disputa finalement son premier Indy 500 mais renonça après 27 tours, suite à un bris mécanique. En 1978, elle réussit à se qualifier 15ème avant de terminer la course au 9ème rang, le tout avec un poignet cassé deux jours plus tôt en jouant au tennis ! L’année suivante, elle se qualifia en 14ème position, mais elle vit son moteur rendre l'âme dès le 1er tour.

En 1980, Janet Guthrie fut introduite au International Women’s Sports Hall of Fame, en 2006 au International Motorsports Hall of Fame puis en 2019 au Automotive Hall of Fame. Jusqu'à aujourd'hui, la pilote a toujours eu à cœur le sort des femmes en sport automobile et elle participe toujours à des mouvements pour aider les pilotes féminines partout dans le monde. Le tournage du long-métrage devrait débuter cette année, mais aucune date de sortie n’a été révélée.

Pour en apprendre plus sur l'histoire de Janet Guthrie, nous vous invitons à lire l'article rédigé par notre collègue René Fagnan sur le sujet.

Crédit photo: IndyCar