Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

62 concurrents annoncés pour l’édition 2021 des 24 Heures du Mans

62 concurrents annoncés pour l’édition 2021 des 24 Heures du Mans

Mardi 9 mars 2021 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Marius Hecker / Adrenal Media

Crédit photo: Marius Hecker / Adrenal Media

Reprogrammée de sa date classique mi-juin aux 21 et 22 août prochains, la 89ème édition des 24 Heures du Mans, également la 4ème manche du Championnat du monde d'Endurance FIA WEC, a vu sa liste des inscrits être dévoilée aujourd’hui.

Évidemment, on peut s’attendre à ce que plusieurs changements interviennent d’ici aux premiers torus de piste des prototypes et GT sur le circuit de l’ouest de la France, mais cette édition 2021 sera aussi la première pour les voitures de la nouvelle catégorie Hypercar (LMH)

5 voitures dans cette catégorie Hypercar sont prévues, soit deux Toyota (larges favorites compte-tenu de leurs succès récents avec leurs prototypes LMP1), une Alpine (en fait une ex-Rebellion LMP1) et deux Glickenhaus, petit artisan à l’expérience déjà riche dans le sport automobile européen (essentiellement aux 24 Heures du Nürburgring).

Il devrait aussi y avoir 25 LMP2, 7 LMGTE Pro et 24 LMGTE Am au départ de la course, samedi 21 août à 16 heures locales. Tout cela en plus d’un prototype inscrit dans la catégorie des voitures à la technologie innovative. Cela représente donc un total de 62 concurrents.

Parmi les inscrits, on note la présence d’un seul pilote canadien (Paul Dalla Lana avec l’équipe officielle Aston Martin Racing en classe GTE Am) et deux équipages 100% féminins, 1 en LMP2 (Richard Mille Racing Team) et 1 en LMGTE Am (Ferrari de l’équipe Iron Lynx).

Dans la catégorie LMGTE Pro, Corvette, dont le retour est espéré (car la date n’est pas idéale pour le transport du matériel entre deux courses en IMSA), promet une belle bataille face à Ferrari et Porsche. Rappelons que ces deux marques légendaires se disputeront le classement général en 2023, alors qu’elles se produiront en catégorie Hypercar.

Du côté des LMGTE Am, 24 voitures seront au départ, ce qui représente une fois encore plus d’un tiers d’amateurs au total de la grille. 8 Porsche, 4 Aston Martin et 12 Ferrari tenteront de succéder à l’équipe TF Sport, victorieuse en 2020 et qui aligne à nouveau deux Aston Martin.

Enfin, la filière SRT-41 est de retour aux 24 Heures du Mans et tentera d'écrire une nouvelle page de l'histoire de l'épreuve. En alignant un équipage composé de deux pilotes en situation de handicap, Frédéric Sausset, 1er pilote quadri amputé à avoir disputé et terminé les 24 Heures du Mans (en 2016), renoue avec la catégorie "Innovation".

Cette liste des inscrits est à découvrir en cliquant ici. Mais elle devrait évoluer dans les prochains mois. Les organisateurs s’y attendent tellement qu’à partir de ce vendredi 12 mars, une période d'engagements pour les concurrents souhaitant s'inscrire sur la liste de réserve sera ouverte. Cette période se clôturera deux semaines plus tard, le vendredi 26 mars. De quoi offrir à des équipes n’ayant pas été retenues une seconde chance, en cas de désistement de quelques-uns des 62 concurrents annoncés aujourd’hui.

« Les 24 Heures du Mans entrent cette année dans une nouvelle ère. Avec l’arrivée des Hypercar, l’Endurance s’apprête à accueillir un spectacle hors du commun sur la piste. Pour cette 89ème édition, 62 voitures seront au départ : en cette période compliquée, ce chiffre est un signal fort pour notre discipline, plus attrayante que jamais. Nous avons hâte d’accueillir à nouveau du public pour vivre tous ensemble cette édition historique » a conclu Pierre Fillon, le président de l’Automobile Club de l’Ouest, organisateur de l’épreuve. Rappelons en effet que l’une des raisons pour lesquelles la course a été déplacée en août est pour permettre d’accueillir le public en grand nombre dans les estrades, chose qui n’avait pas été possible l’an dernier alors que les 24 Heures du Mans avaient, pour la première fois de leur histoire, dû être tenues à huis clos.