Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Raphaël Lessard : Ses commentaires et son bilan après un premier Top 7 en NASCAR Truck

Raphaël Lessard : Ses commentaires et son bilan après un premier Top 7 en NASCAR Truck

Lundi 10 août 2020 par Marc Cantin
Crédit photo: Nigel Kinrade / LAT Images

Crédit photo: Nigel Kinrade / LAT Images

Après avoir passé les premières courses de la saison à apprendre son métier dans des circonstances difficiles (pas d’essais libres ni de qualifications, beaucoup de nouvelles pistes, départs toujours entre la 11ème et la 20ème place, besoin d’apprendre sous pression de nouvelles techniques de pilotage, intensité des concurrents), Raphaël Lessard semble être passé au niveau supérieur depuis la seconde course au Kansas, le 31 juillet. Cela s’est confirmé au Michigan vendredi passé (le 7 août) où il a terminé 7ème, son meilleur résultat en carrière en camionnettes NASCAR, après une relance de la 4ème place avec deux tours à faire.

Rejoint ce lundi après la réunion d’équipe après-course chez Kyle Busch, Lessard avouait avoir vécu une course presque parfaite au niveau de son pilotage et de la camionnette. « La machine a fonctionné à merveille tout au long de la course; le sous-virage chronique n’était plus un souci majeur, je pouvais rouler en haut comme en bas de la piste selon la circulation et mes tactiques lors de dépassement. Le comportement demeurait également constant tout au long d’un relai, de sorte que nous n’avons rien changé lors des arrêts aux puits » nous confie-t-il.

Parti avec un mot d’ordre, la patience, Lessard déclare que le bon mot pour décrire le déroulement de sa course est plutôt "intelligence". Il ajoute alors : « forcé deux fois à remonter le peloton depuis la 36ème position, il a bien fallu que j’attaque au maximum. Je n’avais pas le temps de patienter longtemps en préparant mes dépassements; c’était boum et je passe ! Je roulais sans jamais toucher aux freins. Avec l’aide de mon éclaireur (Tony Raines), j’ai vite compris qu’il fallait aussi doser un peu l’accélérateur afin de bien équilibrer les charges de la suspension avant en entrée de virage pour ménager mes pneus, puis aussi en milieu de virage afin d’optimiser la traction en sortie, tout en prenant bien soin des pneus arrière. La qualité des réglages et de la tenue de route me permettait de mieux observer les trajectoires des pilotes rapides et d’essayer d’optimiser mes trajectoires avec cette information.»

L’appui et donc l’adhérence ont diminué en fin de course, au Kansas comme au Michigan, à la suite d’une série de petits incidents qui ont déformé la carrosserie et affecté l’aérodynamique. « C’est normal, on joue tous serré et on se frotte, mais tout le monde vit la même chose, alors pas de vrai problème à ce niveau » indique le pilote québécois.

Enfin, nous lui posons la question clé : comment expliquer la disparition du sous-virage chronique depuis la course 2 au Kansas et celle au Michigan ? « Je pense que la pause entre les courses 1 et 2 au Kansas nous a permis de bien nous expliquer à trois (pilote, chef d’équipe et éclaireur) et nous avons tous mieux compris ce qui se passait avec toutes les variables : réglages et répartition des charges de la suspension, mon attaque trop intense dans les grands virages, mon freinage un peu déstabilisant en entrée de virages rapides. Le chef d’équipe Mike Hillman Jr a su tout décoder et me donner une vraie fusée depuis cette réunion ! Il ne me reste qu’à continuer mon apprentissage des techniques plus raffinées de pilotage pour bien en tirer le maximum » souligne Raphaël.

L’objectif pour pour le weekend prochain sur le tracé routier hybride de Daytona ? « Je dois garder la voiture en piste. Pas d’erreur et on vise au moins un Top 5 ! » conclut-il.