Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Quand Ron Dennis a pris le contrôle de McLaren au GP du Canada à Montréal en 1980

Quand Ron Dennis a pris le contrôle de McLaren au GP du Canada à Montréal en 1980

Jeudi 30 avril 2020 par René Fagnan
Crédit photo: René Fagnan

Crédit photo: René Fagnan

Lors du Grand Prix du Canada de 1980, tenu fin septembre sur l’Île Notre-Dame, peu de personnes connaissaient cet individu qui arpentait le stand de l’écurie de Formule 1 McLaren. Il s’agissait de Ron Dennis.

Cette prise de contrôle de McLaren, plutôt un putsch pour être honnête, s’est véritablement concrétisée ici à Montréal, car il s’agissait de la toute première présence publique de Ron Dennis à titre de nouveau patron de l’écurie britannique.

Consciencieux et méticuleux, Ron Dennis a débuté sa carrière comme mécanicien au sein des écuries Cooper, Brabham et Lotus avant que son sens des affaires le pousse à monter sa propre écurie.

Homme déterminé, intelligent et connu pour son professionnalisme et son souci du détail qui frôle l’obsession, Dennis s’associe avec un ami de longue date, Neil Trundle, avec qui il fonde Rondel Racing en 1971. Cette écurie, soutenue par la pétrolière Motul, connaît du succès en Formule 2.

Rondel Racing programme ensuite son entrée en F1 avec une voiture conçue par Ray Jessop. Malheureusement, la grave crise pétrolière mondiale, survenue en 1973, fait capoter le projet, car Motul est à court de liquidités.

Par la suite, Ron Dennis gère des projets financés par Philip Morris et sa marque Marlboro. La nouvelle écurie de Dennis et Trundle, appelée Project Four, fait rouler Andrea de Cesaris en Formule 2 et prépare la BMW M1 de la série Procar pilotée par Niki Lauda.

Dennis, alors âgé de 33 ans, a toujours les yeux rivés sur la F1 et profite du manque criant de résultats de l’écurie McLaren pour satisfaire son appétit. McLaren est alors dirigée par Teddy Mayer et est commanditée par Marlboro. Dennis rencontre John Hogan, le directeur du marketing chez Philip Morris. Dennis lui fait comprendre que Mayer n’est plus l’homme de la situation et que Project Four doit prendre le contrôle de l'équipe avec le soutien financier de Marlboro.

Philip Morris met de la pression en menaçant Mayer de retirer sa commandite si la prise de contrôle est refusée. Le plan est finalement accepté. McLaren Racing est rebaptisée McLaren International et l'équipe est transférée de Colnbrook à Woking. Le premier Grand Prix auquel assiste Ron Dennis à titre de nouveau patron de l’écurie est ici à Montréal. Teddy Mayer s’occupe encore de la gérance de l’équipe sur le terrain, mais Dennis, discret, place ses pions.

Sur la photo ci-haut que j’ai prise, on aperçoit la McLaren M30 d’Alain Prost dans les puits. Teddy Mayer (blouson rouge et écouteurs blancs) est penché sur le moteur. L’homme sur la gauche, habillé d’un blouson bleu, est le nouveau directeur technique imposé par Ron Dennis, John Barnard. Quant à Dennis, on peut le voir en arrière-plan, à l’intérieur du garage, portant un blouson blanc.

Dennis a vite rendu la vie de Mayer et Gordon Coppock (l’ancien directeur technique) exécrable et ces derniers ont fini par vendre leurs parts et quitter l’écurie.

Ron Dennis disposa alors des pleins pouvoirs et commanda à Barnard la création du premier châssis de F1 entièrement fabriqué en fibre de carbone. La fameuse McLaren MP4/1 (Marlboro Project 4) a révolutionné la F1 ainsi que presque toutes les catégories de sport automobile.