Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Sept équipes de F1 font front commun suite à l’enquête sur la légalité du moteur Ferrari

Sept équipes de F1 font front commun suite à l’enquête sur la légalité du moteur Ferrari

Mercredi 4 mars 2020 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Ferrari Media

Crédit photo: Ferrari Media

L’an dernier, de nombreux doutes et questions avaient été soulevés quant à la légalité du moteur V6 turbo hybride de Ferrari, qui équipe la Scuderia Ferrari, ainsi que les équipes clientes Haas F1 et Alfa Romeo Sauber. Les organisateurs de la F1 avaient alors indiqué faire enquête sur de possibles infractions de ce bloc motopropulseur.

Mais surprise, vendredi dernier, la FIA a annoncé pour tout verdict avoir pris une entente confidentielle avec Ferrari pour régler le dossier ! Dans un bref communiqué de deux paragraphes, on pouvait lire ceci : « La FIA annonce qu'après des investigations techniques approfondies, elle a terminé son analyse du fonctionnement de la Scuderia Ferrari Formula 1 Power Unit et est parvenue à un accord avec l'équipe. Les détails de l'accord resteront entre les parties. La FIA et la Scuderia Ferrari ont convenu d'un certain nombre d'engagements techniques qui amélioreront la surveillance de toutes les unités de puissance de Formule 1 pour les prochaines saisons de championnat et aideront la FIA dans d'autres tâches réglementaires en Formule 1 et dans ses activités de recherche sur les émissions de carbone et carburants durables ».

Pour les propriétaires des 7 équipes non motorisées par Ferrari, cette annonce se double d’une insulte lorsque la FIA indique qu’elle va travailler avec Ferrari pour s’assurer que personne ne fraude ! Il est vrai que la formulation a de quoi faire réagir, à tel point qu’on se demande si elle n’a pas été inspirée de notes puisées dans de récents jugements de politiciens canadiens accusés de corruption !

Les 7 équipes ont donc réagit ce matin, par le biais d’un communiqué commun qui stipule que, « Nous, les équipes soussignées, avons été surpris et choqués par la déclaration de la FIA du vendredi 28 février concernant la conclusion de son enquête sur le groupe propulseur de Formule 1 de la Scuderia Ferrari.

Un organisme de gestion sportive internationale a la responsabilité d'agir selon les normes les plus élevées de gouvernance, d'intégrité et de transparence.

Après des mois d'enquêtes qui ont été entreprises par la FIA uniquement à la suite de questions soulevées par d'autres équipes, nous nous opposons fermement à ce que la FIA parvienne à un accord de règlement confidentiel avec Ferrari pour conclure cette affaire.

Par conséquent, nous déclarons publiquement notre engagement commun à réclamer une divulgation complète et appropriée de cette affaire, afin de garantir que notre sport traite tous les concurrents de manière juste et égale. Nous le faisons au nom des fans, des participants et des parties prenantes de la Formule 1.

En outre, nous nous réservons le droit de demander réparation, dans le cadre de la procédure régulière de la FIA et devant les tribunaux compétents.

McLaren Racing Limited
Mercedes-Benz Grand Prix Limited
Racing Point UK Limited
Red Bull Racing Limited
Renault Sport Racing Limited
Scuderia Alpha Tauri S.p.A.
Williams Grand Prix Engineering Limited ».

La saison 2020 n’a pas encore démarré qu’un premier volet juridico-politique voit le jour. La F1 ne changera décidément jamais sur ce point…