Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

4 février : Victoire du Canadien Ron Fellows et de Corvette aux 24 Heures de Daytona en 2001

4 février : Victoire du Canadien Ron Fellows et de Corvette aux 24 Heures de Daytona en 2001

Mardi 4 février 2020 par René Fagnan
Crédit photo: Wallpaper Flare

Crédit photo: Wallpaper Flare

Dans l’après-midi du 4 février 2001, la Corvette C5-R No. 2 franchissait l’arrivée en première place au classement général des 24 Heures de Daytona. Le Canadien Ron Fellows faisait partie de l’équipage victorieux.

Ron Fellows est sans contredit l’un des pilotes ontariens les plus aimés des Québécois. Grand admirateur de Gilles Villeneuve, Fellows a longtemps couru en série GM avant de devenir l’un des meilleurs pilotes de la série Trans-Am. Ses performances au Grand Prix de Trois-Rivières plaisaient énormément aux fans.

C’est Herb Fishel, un haut dirigeant de General Motors, qui a recruté Fellows au milieu des années 90 pour mener un ambitieux programme de courses d’endurance qui allait culminer avec les 24 Heures du Mans. Après avoir été impliqué dans le projet Cadillac LMP, Fellows et ses compères travaillèrent à développer la Corvette Racing CR-5 ; un monstre construit par Pratt & Miller, propulsé par un moteur V8 LS1.R d’une cylindrée de sept litres qui produisait 601 chevaux. Le genre de moteur extrêmement bruyant dans lequel les pistons sont gros comme des marmites...

Après des débuts en 1999, les Corvettes officielles sont inscrites aux 24 Heures de Daytona en 2000. À cette occasion, Fellows et ses coéquipiers, Justin Bell et Chris Kneifel, terminent seconds, à seulement 30”879 de la Dodge Viper GTS-R du Team Oreca victorieuse. Pour 30 secondes, pas nécessaire de préciser que la défaite crève-cœur fut difficile à digérer par Fellows...

L’année suivante, l’écurie Corvette Racing inscrit deux C5-R aux 24 Heures de Daytona. La voiture No. 3 attire tous les spectateurs et les médias, car elle est pilotée par deux légendes de NASCAR, Dale Earnhardt (père) et son fils Dale Earnhardt Jr, Andy Pilgrim et Kelly Collins. L’autre Corvette, la No. 2, est confiée à Fellows, Johnny O’Connell, Chris Kneifel et le Français Franck Fréon. Qu’on ne se trompe pas : cette voiture est vraiment celle de Ron Fellows qui en est le pilote Numéro Un.

L’épreuve de 24 heures est d’abord dominée par la Riley & Scott-Ford No. 16 de l’écurie Dyson Racing. Après trois heures de course, la pluie commence à tomber. La Corvette No. 2 roule alors en première place en classe GTS et sixième au classement général. Puis, Franck Fréon la fait grimper en cinquième place après six heures de course. Par la suite, Fellows la fait remonter en quatrième position, puis Kneifel la fait progresser en troisième place à la mi-course.

Durant la nuit, sous la pluie, l’équipe Corvette Racing décide, par précaution, de changer l’ECU (l’ordinateur de bord) de la Corvette No. 2, car l’eau s’infiltre un peu partout dans l’habitacle.

Alors qu’il ne reste que trois heures et demie à la course, la Corvette No. 2 occupe la deuxième place avec un retard de 16 tours sur le prototype Dyson, mais toujours bien campée en première position en catégorie GTS. Soudain, tout chavire.

« J’avais beaucoup conduit, je suis épuisé en fin de course et étendu dans le motorhome, je regarde l’action à la télé. Brusquement, l’image montre une voiture Dyson qui fume » a raconté Ron Fellows au confrère Norris McDonald il y a de cela plusieurs années.

« Je me dis que la télé montre une reprise de la course de l’an passée. Puis, je me rends compte que non ! La décoration de la voiture qui fume est bien celle de cette année ! C’est du direct ! »

Lorsque Butch Leitzinger, le pilote de la Dyson, gare sa voiture en bordure de la piste, moteur explosé, l’équipe Corvette Racing sait qu’elle a la victoire à portée de main et elle revoie Fellows en piste. Ce dernier prend le relais de Fréon alors que la pluie recommence à tomber.

« J’ai piloté jusqu’à la fin de la course » d'ajouter Fellows. « Je devais être extrêmement prudent, car les conditions étaient très changeantes. Parfois il pleuvait, parfois c’était de la bruine... À l’exception d’un court moment qu’inquiétude causé par la transmission, je ne suis pas sorti de piste et nous avons remporté la victoire au classement général. Ce fut vraiment grandiose. Une victoire incroyablement populaire pour Corvette et pour General Motors. »