Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Projet WRC au Canada : La région d’Ottawa choisie… mais quelles sont vraiment les chances ?

Projet WRC au Canada : La région d’Ottawa choisie… mais quelles sont vraiment les chances ?

Mercredi 6 mars 2019 par Philippe Brasseur
Crédit photo: M-Sport Media

Crédit photo: M-Sport Media

Il y a un peu plus d’un an, Pole-Position vous présentait les projets d’un nouveau regroupement nommé Association des Promoteurs de Rallye du Canada (RPAC - Rally Promoter Association of Canada en Anglais) dont l’objectif avoué à ce moment-là était de ramener dans un délai de 5 ans une manche du Championnat du Monde des Rallyes FIA (WRC) au pays.

Depuis, plusieurs éléments ont évolué, dont le délai qui serait désormais plus court, à la demande de la FIA. En effet, le directeur des rallyes de la FIA, Yves Matton, a confié récemment être favorable à l’idée d’un second rallye 100% hivernal au sein du WRC. Cela signifie qu’après le Rallye de Suède, traditionnellement présenté mi-février, il y aurait une place pour une manche au Canada, juste avant que les concurrents de la série ne se déplacent plus au sud pour disputer le Rallye du Mexique, mi-mars.

Pour le promoteur Keith Morison, basé à Calgary et créateur du RPAC, les propos d’Yves Matton sont une aubaine pour la crédibilité de son projet car l’idée du RPAC a toujours été de présenter justement une manche hivernale, qui regrouperait les routes utilisées par le Rallye Perce-Neige et le Rallye Défi, au Québec, en plus de celles du Lanark Highlands Rally, près de Calabogie en Ontario. Cela voudrait également dire que la région d’Ottawa serait la place centrale de cet événement de 3 jours de compétition, avec la possibilité d’implanter le quartier-général au petit aéroport d’Ottawa-Rockcliffe, qui abrite présentement le Musée canadien de l’aviation et est situé sur le bord de la Rivière des Outaouais, face à Gatineau. Une idée encore plus folle voudrait qu’une spéciale soit même présentée sur le canal Rideau !

Rappelons aussi que le Championnat du monde des rallyes a déjà évolué au pays, et plus précisément au Québec en 1977, 78 et 79 lors d’un événement qui s’appelait alors le Critérium du Québec. La dernière fois qu’il a eu lieu remonte à 1979, le pilote suédois Bjorn Waldegard l’emportant sur une Ford Escort Mk2.

Mais aujourd’hui, la situation est bien différente et les moyens humains et financiers nécessaires pour présenter un tel événement sont gigantesques. Certes Keith Morison a rencontré le promoteur du WRC lors d’un voyage au Rallye de Grande-Bretagne l’an dernier, certes il a réuni mi-février les organisateurs concernés par le projet (Perce-Neige, Défi, Lanark-Highlands) pour leur fournir les détails du dossier. « Nous travaillons sur le financement en ce moment et cela va prendre du temps. Organiser une manche de WRC coûte 10 fois plus que le Championnat canadien au complet. Ce qui est vital, c’est de bien faire les choses » a-t-il indiqué à nos confrères anglais d'Autosport récemment.

Au chapitre des coûts, et sachant que la majorité des organisateurs du Championnat canadien présentent leur épreuve à l’intérieur de budgets inférieurs à 80 000$ chacun, une manche de WRC réclamerait 4 millions pour fonctionner correctement, en incluant toutes les dépenses. Qui va payer cela au Canada ?

Puisque la région d’Ottawa a été choisie, on pourrait toujours espérer que le gouvernement fédéral soit un large commanditaire. Mais de là à investir des millions ? Et quelle serait la réaction des anti-sport automobile et des pseudo-écolos en tout genre, de plus en plus influents auprès des politiciens ? Reste la solution du financement privé. L’idéal. Mais qui ? Les compagnies de tabac se risqueront-elles à un tel projet avec leurs nouveaux produits, comme elles tentent de le faire présentement en F1 ? Bombardier ? Molson ? Le Cirque du Soleil ? Les pilotes de rallye sont certes de fantastiques acrobates, mais de là à imaginer un lien commercial…

En résumé, les dirigeants de la FIA accueilleront très certainement avec enthousiasme la candidature canadienne au championnat 2022 ou 2023, après une ou deux années d’observation du Rallye Perce-Neige qui est le seul au pays disputé en hiver. Mais pas à n’importe quelles conditions non plus. Des garanties financières devront être données. Or présentement, il n'y a pas de commanditaire qui a, selon nos sources, déjà été signé.

Le projet est séduisant et nous sommes évidemment à 100% en faveur de son aboutissement. Ce serait bon pour le sport automobile canadien, québécois, et le rallye en particulier qui pourrait ainsi atteindre davantage l’intérêt du grand public. Mais lorsqu’on lit les commentaires enflammés de certains qui pensent que ce ne sera qu’une formalité, nous nous devons de rappeler que le projet, car c’est seulement un projet à ce stade, est complexe et tant que des commanditaires n’auront pas été officiellement confirmés, il faut redoubler de prudence… avant même de rêver voir les Ogier, Loeb, Neuville et autres en découdre sur la glace, dans l’Outaouais dans 4 ou 5 ans !