Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Un programme double pour Dany Lacroix en monoplace la saison prochaine

Un programme double pour Dany Lacroix en monoplace la saison prochaine

Lundi 24 décembre 2018 par Eliane Gilain
Crédit photo: Bruno Dorais

Crédit photo: Bruno Dorais

Dany Lacroix, frère du pilote de NASCAR Pinty’s Kevin Lacroix et président de 5 succursales Bumper to Bumper, a également la passion de la course automobile dans le sang. Il s’illustre dans la série Formula 1600 Canada depuis plusieurs années, effectuant quelques épreuves par saison. Toutefois, l’an prochain, Lacroix réalisera un double programme en Formule 1600 Canada en plus de la Formule Atlantique. Il nous en parle dans cette entrevue...

Dany, à quoi ressemblera ton horaire de courses la saison prochaine ?

« Je ne ferai pas toute la saison en Formule 1600, je ferai comme en 2018, les trois Classiques au Circuit Mont-Tremblant, le Grand Prix du Canada et le Grand Prix de Trois-Rivières, mais je n’irai pas à Calabogie. Et puis j’amènerai ma Formule Atlantique que je viens d’acquérir lors des courses au Circuit Mont-Tremblant.»

Si l'événement de Calabogie est bien au calendrier final de la Formule 1600, pourquoi ne pas tout de même y participer pour ainsi faire tout le championnat ?
 
« Mon équipe et moi faisons de la course automobile pour le plaisir. Championnat ou pas championnat, trophée ou pas de trophée, ça ne change rien pour nous. Ce n’est pas de la compétition de haut niveau comme mon frère Kevin fait en NASCAR, et l’épreuve de Calabogie entre habituellement en conflit d’horaire avec l’une des courses de mon frère. Je suis dans son équipe de course, je m’occupe du changement de pneus lors des arrêts aux puits, alors je manque quelques-unes mes courses pour aller aux siennes.»

C’est un sacrifice que ça ne te dérange pas de faire ?

« Absolument pas, car je ne suis pas dépendant de la course comme Kevin ! Je fais vraiment ça pour le plaisir, et si ça devenait trop intense, trop sérieux, je perdrais la passion. Le jour où je n’aurai plus de plaisir, j’arrêterai de faire de la course automobile. Pour moi, ce n’est pas un travail comme c'est le cas de mon frère. Je ne cherche pas à en faire trop souvent pour ne pas me tanner.»

Tu as acquis récemment une Formule Atlantique. Pourquoi se lancer dans cette nouvelle aventure ?

« Serge Bourdeau est mon grand ami, et il en possède une. Ça a eu une grande influence. Je savais également qu’il y en avait de plus au départ des courses au Circuit Mont-Tremblant. N'oublions pas que Kevin est aussi un ancien pilote de Formule Atlantique et j’allais le voir lors des courses dans cette série, autrefois aux États-Unis. Ça a toujours été un rêve que je n’aurais jamais pensé réaliser lorsque la série pro a cessé d'exister. Mais cette série revit pour le plaisir au Québec et l’opportunité de m’asseoir dans ce genre de voiture s’est présentée, alors j’ai saisi l'occasion.»

C’était la première saison de la Formule Atlantique au Québec cette année, mais l’an prochain la série tentera de prendre de l’importance. Outre Tremblant, quelle piste aimerais-tu visiter avec cette série ?

« Avec les Formule Atlantique, ça serait vraiment plaisant de trouver une façon de courir sur le Circuit Gilles-Villeneuve, un vrai circuit de course ! Présentement, Marcel Lafontaine, le promoteur, tente de nous faire rouler à Trois-Rivières. Mais je n'aime pas trop l'idée, je pense que ça serait dangereux car nous ne sommes pas des pilotes professionnels et ce sont des voitures qui vont vraiment vite. Les murs sont proches au GP3R et on fait ça pour s’amuser. Si on frappe le mur et que ça coûte 30 000$ pour réparer la voiture... Pour moi, c’est un mal non nécessaire tandis qu’à Montréal, ou même au Circuit Mont-Tremblant, il y a du dégagement alors c’est plus amusant.»

Formule 1600 et bientôt de la Formule Atlantique... Toujours de la monoplace. Mais quel est ton cheminement jusqu'à présent en sport automobile ?

« Je n’avais rien fait avant cela ! Tout a commencé il y a 4 ou 5 ans. C’était la fête de 55 ans de mon père, et il nous a annoncé au restaurant qu’il prenait sa retraite et qu’il nous laissait, à moi et mon frère, la compagnie. Pour se gâter, il a acheté une équipe de course avec trois voitures de NASCAR et une Formule 1600. Il ne nous a pas demandé si on voulait en faire, il nous a juste annoncé que nous allions faire de la course ! Il y a pire comme surprise ! Je n’avais jamais rien faire de ma vie en sport automobile, j’ai commencé à ce moment-là.»


** Confirmation du calendrier exact des épreuves de F1600 Canada dans la prochaine édition du magazine Pole-Position, qui paraîtra le 16 janvier.