Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Cinq choses à savoir sur le Rallye Monte-Carlo, qui marque le début de la saison en WRC

Cinq choses à savoir sur le Rallye Monte-Carlo, qui marque le début de la saison en WRC

Vendredi 26 janvier 2018 par Patrick Lévesque
Crédit photo: M-Sport

Crédit photo: M-Sport

Traditionnelle épreuve d'ouverture du Championnat du monde des rallyes (présentation dans l'édition présentement en kiosque du magazine Pole-Position), le Rallye Monte-Carlo a débuté hier et se poursuivra jusqu'à dimanche. Une épreuve assurément à suivre mais, pour mieux la comprendre, voici 5 éléments à retenir :

1- Un produit d’appel touristique

Créé en 1911, le RMC était à la base une épreuve d’endurance pour les fortunés propriétaires de voitures à moteur.  Les concurrents devaient rallier Monte Carlo à partir de différentes villes d’engagement aux quatre coins de l’Europe. Le but premier des instigateurs du rallye était d’attirer de la clientèle en basse saison aux installations de la Principauté, réputée pour ses bains de mer et son casino.

2- L’état du véhicule

Afin de déterminer le gagnant des premières éditions, les participants n’étaient pas seulement jugés sur le respect de la moyenne de vitesse imposée pour le trajet mais aussi sur la présentation du véhicule au terme de cette exigeante épopée hivernale. Heureusement pour les Canadiens Jason Bailey et Shayne Peterson qui ont légèrement amoché l’avant de leur Renault Clio R3T hier lors de la 1ère nuit du rallye, le jugement de l’état de la voiture à la fin du rallye n’a pas traversé les époques !

3- Prestige Monégasque et itinéraire français

Bien qu’organisé par l’Automobile Club de Monaco, les épreuves chronométrées du RMC sont toutes tenues sur le territoire français, principalement dans le région de Gap. Étant donné que Gap se trouve à environ 3h30 de route de Monaco, le rallye y installe son quartier général pour l’essentiel de la durée de l’événement. Les cérémonies protocolaires de départ et d’arrivée ont cependant bien lieu à Monaco, devant le célèbre casino, près de la piscine du quai Albert 1er et le podium au palais princier.

4- Conditions de route imprévisibles

Les routes étroites et sinueuses avec de grandes variations d’altitude sont la marque de commerce de ce rallye et nombre d'équipages vedettes ont cette année encore goûté aux pièges de la première étape hier soir ! Il est habituel de rencontrer plusieurs conditions de route très différentes dans la même spéciale. C’est pourquoi la plupart des équipes utilisent les services d’ouvreurs (ou Ice crew) qui mettent les notes à jour avec les dernières conditions. Le champion canadien Antoine L’Estage est présentement en action à titre d’ouvreur pour une équipe européenne.

5- Col de Turini

Le passage au Col de Turini, à 1607 mètres d’altitude fait presque systématiquement partie de l’itinéraire du rallye.  Dans un sens ou dans l’autre, cette spéciale de 32 km qui était autrefois courue de nuit est toujours un défi intimidant. Plusieurs meneurs historiques dont Solberg ou McRae, ont dû abandonner durant ce parcours où la présence de spectateurs indisciplinés a souvent causé problème.

Pour suivre en direct le déroulement de cette épreuve, rendez-vous sur le site www.wrc.com


*** Retrouvez le reportage de notre envoyé spécial Christian Borel au Rallye de Monte-Carlo 2018 dans la prochaine édition du magazine Pole-Position, ainsi que sa galerie photos, en ligne sur ce site après l'arrivée.