Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Conversations radios entre un pilote et son éclaireur... (chronique A.Ménard)

Conversations radios entre un pilote et son éclaireur... (chronique A.Ménard)

Jeudi 10 septembre 2015 par Philippe Brasseur

Le 10 septembre 2015.- Dans le cadre du programme de courses présenté le samedi 5 septembre, à l'Autodrome Montmagny, le site Poleposition.ca a écouté pour vous les conversations radios entre le pilote de la voiture numéro 7, Jonathan Bouvrette et son éclaireur (spotter), M. P. Roy, ainsi que son chef d'équipe et père, Alain Bouvrette.
 
Bouvrette part 4e sur la ligne de départ. Claude Leclerc, voiture no11, part en première position. Donald Theetge, le no 80, pour sa part, est en 2e position et finalement Gaétan Gaudreau, voiture 38, part en 3e position. Quels sont les consignes et les conseils offerts à Bouvrette durant la course? En voici quelques échantillons.
 
1er tour: Déjà un jaune. « Attention à la voiture 38 devant toi lors de la relance. Elle est comme une queue de veau. Elle glisse dans tous les sens.»
 
2e tour: Dès la relance, Theetge dépassera Leclerc pour la 1ere position alors que la voiture no 41 de Bouvrette passera Gaudreau pour prendre la 3e position. Après son dépassement, Bouvrette avertit ses équipiers de ses intentions: «Je vais dépasser la voiture 11 par l'extérieur». Malgré que son équipe lui demande de ne «pas faire le fou et d'être patient», Bouvrette s'exécute et prend la 2e position. «Excellent travail. Maintenant, mets cela sur le cruise et fais-nous de bons tours», lui suggère-t-on, sachant que le pilote a soif d'une première victoire cette saison et que la patience n'est pas sa plus grande qualité.
 
10e tour: Son spotter lui indique comment dépasser la voiture 80 de Donald Theetge. «En entrant dans les courbes, prends la ligne plus haute et en sortant de celle-ci, descends plus bas. Ainsi, tu vas l'avoir.»
 
15e tour: Intervention sans équivoque du chef d'équipe devant l'impatience de son pilote lors de la course:  «Continue comme cela et tu n'auras plus de pneus rendus au 60e tour. Ménage ta monture.»
 
32e et 34e tours: On demande à Bouvrette de pousser à fond afin de dépasser Theetge. Les deux manoeuvres ne réussiront pas.
 
50e tour: Theetge et Bouvrette sont 1er et 2e depuis maintenant près de 40 tours. Un jaune intervient et causera une relance de la course. On avertit le pilote de la voiture 41. «Sur le départ, le 80 ne voudra pas se faire dépasser, alors que le 48 voudra te passer. Évite les contacts et garde les ailes de ta voiture intactes...»
 
Lors de la relance, un autre incident cause un drapeau jaune. Alors que son spotter lui crit  à trois reprises «jaune, jaune, jaune» et que les pilotes doivent rouler au ralentis, Bouvrette et Theetge ne décélèrent pas, indiquant ainsi que les deux belligérants ne se feront  pas de cadeau lors de la suite de cette course de 150 tours.
 
Toujours lors de ce jaune et en attente du drapeau vert, coup de théâtre! Donald Theegte rentre au puit. «Theetge ajoutera une petite quantité d'essence et repartira rapidement. Il ne veut pas prendre de chance et manquer d'essence,» de mentionner le chef d'équipe de Bouvrette. La quantité d'essence devient un sujet de préoccupation pour les équipiers du 41. «Si nous faisons près de trente tours sur le jaune, nous serons à risque,» tranche le chef d'équipe.
 
Le drapeau vert est donné avec un nouveau leader, Jonathan Bouvrette, suivi par la voiture 48, pilotée par Alex Labbé. «Conserve ta première position en contenant le 48 et, par la suite, mets ta voiture sur le cruise», lui demande son spotter.
 
55e tour: Bouvrette se questionne: «Labbé a-t-il l'air de forcer ?» La réponse de son équipe ne tarde pas: «Non, il ne force pas pour te suivre. Il roule sur le cruise. Toutefois, tu as une meilleure voiture que lui.»
 
75e tour: Un jaune vient briser le rythme de la course mais permet une analyse sur les chances de Bouvrette de remporter sa 1ere victoire de l'année: « Les voitures en quatrième et cinquième positions sont dans une lutte depuis plusieurs tours et ne pourront préserver leurs montures pour la fin de la course. Quant à Theetge, son entrée aux puits pour de l'essence pourrait lui couter cher au niveau des pneus. La partie se joue entre Labbé et toi.»
 
En entrevue quelques jours après la course, Bouvrette expliquera ainsi l'importance de son spotter et de son chef d'équipe. «Le chef d'équipe intervient surtout avant la course, soit lors des pratiques ainsi que durant la qualification. Nous établissons également ensemble la stratégie», explique Bouvrette.
 
Durant la course, à moins d'un arrêt au puit, le pilote discutera surtout  avec son spotter. «Il sera mes yeux et m'indiquera ce que je ne vois pas sur les cotés ainsi qu'en arrière de la voiture, et ce, à cause de la configuration de mon siège. De plus, il me rappellera, si nécessaire, notre stratégie de course», ajoute le pilote.
 
Ah oui, les résultats de la course de samedi soir. Nous y arrivons ! Les pilotes tournent maintenant en rond depuis 96 tours. Près du 2/3 de la course est franchi: « Tu as la machine pour gagner la course. C'est notre soirée. Fait pas d'erreur et nous allons remporter cette première victoire», lui rappelle son chef d'équipe.
 
Deux tours plus tard, soit au 98e tour d'une course de 150 tours, c'est la catastrophe. À la suite d'un bris mécanique, la voiture 41 fera un tout droit dans la courbe no 3, mettant ainsi brutalement fin à sa course et au scénario d'une première victoire de la saison pour Jonathan Bouvrette. 
 
Après plusieurs questionnements concernant la santé du pilote et ce qui a bien pu arriver, le chef d'équipe demandera «d'amener la voiture au puit afin de déterminer quel bris mécanique a pu causer cette sortie de piste». Par la suite ? Bien, par la suite, ce fut silence radio !