Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

12 mai : Ayrton Senna gagne la course de Mercedes 190 organisée sur le nouveau Nürburgring

12 mai : Ayrton Senna gagne la course de Mercedes 190 organisée sur le nouveau Nürburgring

Mercredi 12 mai 2021 par René Fagnan
Crédit photo: Mercedes-Benz

Crédit photo: Mercedes-Benz

À une certaine époque, les pilotes de Formule 1 n’étaient pas soumis à des clauses extrêmement contraignantes imposées par leurs employeurs, de grands constructeurs automobiles comme aujourd'hui. Ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient et même courir au volant de voitures d’autres marques.

En 1984, Mercedes-Benz voulut faire la promotion de sa nouvelle voiture sport, la 190 E 2.3-16, surnommée “Baby Benz”. Simultanément, les dirigeants du circuit du Nürburging voulaient célébrer l’ouverture du nouveau tracé court de 4,542 km qui allait bientôt être utilisé par la F1.

Les organisateurs de l’événement, appelé “La course des Champions”, ont invité à participer tous les Champions de F1 encore de ce monde ainsi que les pilotes allemands qui se sont illustrés lors d’épreuves présentées sur le fameux Nordschleife.

Vingt voitures sont ainsi préparées pour la course. Dix sont de couleur argentée tandis que les autres arborent une robe bleue-noire métallisée. Le nom des pilotes est ajouté en haut du pare-brise et en bas des portières.

Les anciens Champions du monde qui ont répondu positivement à l’appel des organisateurs sont : Niki Lauda, Keke Rosberg, Alan Jones, James Hunt, Jody Scheckter, Phil Hill, Jack Brabham, John Surtees et Denny Hulme. Cinq autres anciens Champions déclinèrent l’invitation : Juan Manuel Fangio pour des raisons de santé, Nelson Piquet et Jackie Stewart en raison leurs contrats respectifs avec BMW et Ford, et enfin Mario Andretti et Emerson Fittipaldi qui étaient en essais pour les 500 Milles d’Indianapolis le même jour.

Devant ces refus polis, les organisateurs invitent alors d’autres pilotes de F1 à participer, incluant Carlos Reutemann, Jacques Laffite, Alain Prost, Elio de Angelis, John Watson et un jeune Brésilien peu connu, Ayrton Senna, repéré l’année précédente par le patron du marketing de Mercedes-Benz, Gerd Kremer, lors d’une course de Formule 3.

Déjà une confrontation Senna-Prost !

Tout est en place et la course se déroule le 12 mai 1984. Si certains pilotes prennent la chose très au sérieux, comme Senna et Prost, d’autres désirent s’amuser, comme James Hunt ou bien Hans Herrmann qui a acheté la 190 E 2.3-16 qu’il va piloter et qui n’a pas du tout l’intention de l’abimer !

Le matin de la course, le circuit est détrempé et la conduite des Mercedes exige un style très coulé, sans heurt. Prost réalise la pole position en 2’05”92 devant Reutemann (2’06”12), Senna (2’06”45), l’étonnant Denny Hulme (2’06”61) et Alan Jones (2’06”72). Niki Lauda, absent des qualifications, est placé en queue de peloton pour la course.

Au départ, Senna pousse Prost vers l’extrémité de la piste. La 190 du Français touche à celle d’Elio de Angelis, et cette dernière subit quelques dommages. La lutte pour la tête met donc aux prises Senna et Prost.

Lauda ne reste pas inactif. À la fin du premier tour de la course, il apparaît en quatrième place ! Senna, hyper motivé, double finalement Prost dont la voiture n’est plus vraiment parfaite suite à son contact avec de Angelis au départ.

Même s’il est au volant d’une humble Toleman-Hart cette saison en F1, Senna a bien l’intention de montrer qu’il a sa place. Il contrôle la course et surveille la progression de Lauda qui réalise un joli festival de pilotage.

Au terme des 12 tours de l’épreuve, disputée en moins de 30 minutes devant une foule de 120 000 spectateurs, Senna croise l’arrivée en première place, 1”38 devant Lauda et 3”69 devant Reutemann. Keke Rosberg se classe quatrième devant Watson, Hulme et Scheckter. Prost arrive loin derrière, en 15e position et à presque 40 secondes de Senna.

Trois semaines plus tard, Senna, aux commandes de sa Toleman, réalise une performance stupéfiante en se classant deuxième au Grand Prix de Monaco sous une pluie diluvienne. Une étoile était née.

Modifications apportées aux Mercedes-Benz 190 E 2.3-16
Moteur d’origine : 4 cylindres de 2,6 litres, 16 soupapes, puissance de 183 chevaux
Rapports de boîte raccourcis
Échappement sport
Garde au sol abaissée de 15 mm
Suspension raffermie
Voies élargies de 2 cm
Étriers de freins à quatre pistons
Pneus Pirelli P7 de taille 205/55-15
Volant de plus petit diamètre
Baquet de compétition, cage de sécurité, extincteur, coupe-circuit électrique, harnais à six points