Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Bruno Spengler va faire ses débuts aux 24 Heures du Mans, en prototype LMP1 !

Bruno Spengler va faire ses débuts aux 24 Heures du Mans, en prototype LMP1 !

Mercredi 8 juillet 2020 par Philippe Brasseur
Crédit photo: ByKolles Racing

Crédit photo: ByKolles Racing

Participante régulière au Championnat du monde d’Endurance (WEC) en classe des prototypes LMP1, l’équipe ByKolles Racing a engagé le pilote québécois Bruno Spengler pour la prochaine édition des 24 Heures du Mans, qui auront lieu les 19 et 20 septembre cette année. Le champion DTM 2012, âgé de 36 ans, en sera à une première participation à la célèbre course. Spengler partagera le cockpit de l'Enso CLM P1/01 à moteur Gibson avec l'expérimenté Tom Dillmann. L’Argentin Esteban Guerrieri est attendu pour compléter l’équipage, qui sera aussi en piste, le 15 août lors des 6 Heures de Spa-Francorchamps.

« Notre équipe en sera à son dixième départ aux 24 Heures du Mans. Ce petit anniversaire, nous voulons le célébrer en mettant tous les efforts possibles pour obtenir un bon résultat dans cette classe LMP1 si âprement disputée » a déclaré le chef des opérations de l’équipe ByKolles, Boris Bermes. « Bruno a une grande expérience et connaît toutes les astuces du métier de pilote en sport automobile. Il a eu du succès partout et il mettra sans aucun doute en valeur ses capacités exceptionnelles dans notre voiture LMP1 » ajoute-t-il.

Il faut dire que l’équipe ByKolles n’a jamais eu du succès depuis ses débuts au Mans, sans pour autant qu’on ne puisse vraiment jamais blâmer les pilotes tant la mécanique a souvent lâché, et généralement en début de course. Espérons donc que cette fois-ci sera la bonne pour voir enfin le prototype Enso à l’arrivée parmi les meneurs.

Spengler s'est déjà familiarisé avec l'Enso lors de journées d’essais au Nürburgring. En préparation du Mans, le Canadien effectuera aussi un test de 2 jours sur le circuit du Castellet, dans le sud de la France, en plus bien évidemment de prendre part aux 6 Heures de Spa-Francorchamps, qui comptent pour le WEC.

« Disputer les 24 Heures du Mans, c’est un rêve de longue date qui se réalise », explique Bruno Spengler, qui sera ainsi le premier pilote québécois après Kuno Wittmer en 2013 (sur Viper GTLM) à disputer cette course. Spengler, qui a récolté 16 victoires, 18 pole positions et près de 1000 points au cours de sa longue carrière en DTM, évolue cette saison dans la série IMSA WeatherTech SportsCar pour le compte de BMW Motorsport, qui demeure son employeur à temps plein. Mais come BMW n’est plus inscrit au Mans avec ses M8 GTE, la porte était donc ouverte pour Bruno d’obtenir cette "compensation" sous forme de volant en LMP1 avec une équipe privée.

« Je connais l'Endurance, j'ai couru au Nürburgring et j'ai participé aux classiques nord-américains à Daytona et Sebring. Maintenant, mes débuts à la plus grande course d'endurance vont arriver et j’en suis enthousiaste. Je suis né en Alsace, en France. L'envie d'aller au Mans est pour ainsi dire née avec moi ! » a indiqué Bruno.

Lors des essais au Castellet, Spengler pourra non seulement s'adapter aux spécificités de la voiture mais également se familiariser avec les modalités spécifiques des 24 Heures du Mans, tels que les changements de pilote sur un prototype.

Bruno Spengler rejoint ainsi la liste des 186 pilotes (62 équipages de 3 pilotes chacun) qui disputeront la 88ème édition des 24 Heures du Mans. A priori, l’équipe ByKolles n’a aucune chance de victoire face aux deux prototypes Toyota hybrides, larges favoris, et la très structurée équipe suisse Rebellion. Mais dans une course de 24 heures, les surprises sont toujours nombreuses…