Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

7 mai : Patrick Depailler remporte enfin sa première victoire en F1 à Monaco

7 mai : Patrick Depailler remporte enfin sa première victoire en F1 à Monaco

Jeudi 7 mai 2020 par René Fagnan
Crédit photo: Archives Ville de Montréal

Crédit photo: Archives Ville de Montréal

Le pilote français Patrick Depailler aimait beaucoup le Québec et il était presque un habitué du Grand Prix de Trois-Rivières. Sa première victoire en Formule 1, acquise sur le circuit urbain de Monaco après des années de frustration, a confirmé son énorme talent.

Petit de taille et au physique frêle, Patrick Depailler, homme discret et timide, était toutefois un formidable battant, hyper déterminé à réussir dans tout ce qu’il entreprenait. Doté d’un caractère de combattant des forces armées, il appréciait les sports dangereux et risqués. Il n’avait peur de rien et était prêt à relever tous les défis. Depailler n’était pas des plus disciplinés, mais il était décidé à vivre sa vie le plus intensément possible.

Né le 9 août 1944, il débute sa carrière à moto dans son Auvergne natale avant de se tourner vers l’automobile. Il court en Formule 3, gagne la course de F3 présentée à Monaco en 1972, puis récolte de beaux résultats en F2 tout en pilotant pour Alpine en endurance.

Grâce au soutien de la pétrolière Elf, Ken Tyrrell prévoit lui faire piloter sa troisième voiture lors des derniers Grands Prix de 1973. Toutefois, Depailler chute à moto et se fracture une jambe 10 jours avant de disputer sa première course ! Le beau projet tombe évidemment à l’eau, et le jeune pilote a évidemment très honte.

Le Français effectue ses vrais débuts en F1 avec Tyrrell en 1974. Par la suite, en quatre saisons, Depailler récolte plusieurs podiums, mais ne parvient pas à s’imposer. La malchance s’est installée dans son cockpit. Il termine en deuxième place en Suède en 1974, au Brésil, en Suède, en France et au Japon en 1976, à Mosport Park ici au Canada en 1977 puis en Afrique du Sud en 1978.

Le début de cette saison 1978 est dominée par les écuries Lotus et Ferrari avec deux victoires chacune. L’épreuve de Monaco marque le commencement de la saison européenne. Les Ferrari et les Brabham, avec leurs moteurs V12, sont très à l’aise dans les rues sinueuses de la Principauté.

Carlos Reutemann, sur une Ferrari 312 T3, démarre en pôle, mais endommage sa voiture en touchant la Brabham BT46A de Niki Lauda au premier virage. Patrick Depailler, aux commandes de sa Tyrrell 008-Ford, roule dans le peloton de tête, mené par John Watson sur l’autre Brabham.

Au 38e tour, Watson, en tête, effectue un tout-droit qui permet à Depailler de lui prendre la première place. Lauda stoppe pour faire changer ses pneus après une crevaison. L’Autrichien va effectuer une remontée spectaculaire qui l’amènera de la sixième à la deuxième place.

Gilles Villeneuve, sur l'autre Ferrari, percute le rail à la sortie du tunnel au 63e tour alors qu’il occupait la quatrième place.

Depailler n’est pas trop inquiété par Lauda et savoure sa première victoire en F1 au terme de son 69e Grand Prix. Cette fois, la malchance l’a épargné et il a pu enfin démontrer tout son potentiel.

Fin 1978, il quitte Tyrrell et devient le coéquipier de Jacques Laffite chez Ligier. La bisbille s’installe rapidement, car les deux coqs ne s’apprécient pas beaucoup. Depailler gagne en Espagne, mais son bonheur est de courte durée. Quelques semaines après sa victoire, il se fracasse les jambes quand une rafale de vent projette son deltaplane contre une falaise. Après de multiples opérations chirurgicales et des mois de rééducation, il revient en F1 avec Alfa Romeo début 1980, mais perd tragiquement la vie le 1er août quand sa voiture percute les rails à haute vitesse lors d’essais privés à Hockenheim.

En 1997, Loïc, le fils de Patrick Depailler, a disputé le Championnat canadien de Formule 1600 avec l’équipe de Riccardo Révi.