Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

8 janvier : Décès de John Duff, premier Canadien à avoir gagné les 24 Heures du Mans

8 janvier : Décès de John Duff, premier Canadien à avoir gagné les 24 Heures du Mans

Mercredi 8 janvier 2020 par René Fagnan
Crédit photo: Bentley Media

Crédit photo: Bentley Media

Le but recherché par ces textes historiques est de vous faire découvrir certains pilotes québécois et canadiens, souvent méconnus, mais qui ont pourtant marqué l’histoire de notre sport. Voici donc un portrait de John Duff qui a été le premier Canadien à avoir remporté la victoire toutes catégories aux 24 Heures du Mans.

John Duff, adolescent remuant et constamment à la recherche de sensations fortes, est devenu un pilote exceptionnel, remportant le Mans, de nombreuses courses au Royaume-Uni et participant aussi aux 500 Milles d’Indianapolis avant de terminer sa carrière comme cascadeur en Californie.

Duff est né en Chine de parents canadiens le 17 janvier 1895. Peu après, lui et sa famille déménagent à Hamilton en Ontario où il est scolarisé. Mais le jeune homme turbulent recherche l’action et au début de la Première Guerre mondiale, il est enrôlé dans l’armée britannique.

Il est toutefois blessé lors de la terrible bataille d’Ypres en 1917 et est soigné en Angleterre où il décide de résider une fois la guerre terminée. Il s’intéresse aux sports mécaniques et commence à courir en 1920 sur le circuit ultra rapide de Brooklands. Il aime surtout piloter des voitures monstrueuses comme la Fiat Mephistopheles équipée d’un moteur d’avion ou la Blitzen Benz et son moteur d’une cylindrée de 21 litres. Audacieux, Duff gagne plusieurs courses, mais est aussi victime d’accidents sérieux desquels il échappe sans blessures sérieuses.

En 1923, il entend parler d’une nouvelle épreuve : le Grand Prix d’Endurance de 24 Heures à être organisé sur un long circuit situé en périphérie du Mans, en France. Duff parvient à convaincre Walter Owen Bentley, le fondateur de la marque automobile du même nom, d’inscrire une voiture à cette épreuve. Bentley accepte et place son pilote d’essais, Frank Clement, comme coéquipier de Duff. Malgré une panne d’essence (survenue quand une pierre perce le réservoir), la Bentley 3 Litres Sport termine au quatrième rang et signe le tour le plus rapide en course.

Un an plus tard, l’entreprise Bentley est officiellement inscrite au Mans. Duff est enregistré comme participant privé (écurie Duff & Aldington), mais compte piloter une voiture de série préparée par l’usine avec quelques-unes de ses idées. La course de 1924 est tenue dans des conditions difficiles et par une chaleur intense. Duff et Clement mène l’épreuve assez facilement aux commandes de leur Bentley Sport chaussée de pneus Rapson. Après avoir parcouru 120 tours du circuit, soit une distance de 2077,34 km, ils procurent à Bentley sa première victoire aux 24 Heures du Mans.

Durant les années qui suivent, Duff s’attaque à de nouveaux défis et brise des records de vitesse et de distance parcourues, souvent effectués sur le circuit de Montlhéry en France. En 1926, Duff se rend aux États-Unis, car il s’intéresse aussi aux 500 Milles d’Indianapolis.

Le Canadien signe une entente pour être le second pilote de la Miller/Elcar No. 18 aux côtés de Herbert Jones. Toutefois, ce dernier se tue lors d’un accident survenu durant les qualifications. La Miller est réparée et Duff la pilote seul en course et se classe neuvième après que la course ait été stoppée après 400 milles suite à l’arrivée de la pluie.

Duff continue à courir en série AAA Championship (l’ancêtre de la série IndyCar). Il est toutefois victime d’un accident majeur sur l’ovale de Rockingham Park à Salem où il subit de nombreuses fractures et une commotion cérébrale qui altère sa vision, ce qui met fin à sa carrière de pilote automobile.

Duff et son épouse déménagent ensuite en Californie où il travaille comme cascadeur équestre pour le cinéma et enseigne l’art de l’escrime aux acteurs de films d’époque.

Ce vainqueur des 24 Heures du Mans s’est tué le 8 janvier 1958 lors d’une très mauvaise chute de cheval survenue à Epping Forest, près de Londres.