Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

16ème épreuve de la saison 2016 de F1: Le Grand Prix de Malaisie ce week-end

16ème épreuve de la saison 2016 de F1: Le Grand Prix de Malaisie ce week-end

Jeudi 29 septembre 2016 par Marie-Lyse Tremblay
Crédit photo: Ferrari Media

Crédit photo: Ferrari Media

Seizième manche de la saison 2016 qui constitue le 67ème Championnat du monde annuel de Formule 1 de la FIA, la 18ème édition du Grand Prix de Malaisie sur le circuit de Sepang aura lieu ce week-end. Situé à 60 kilomètres au sud de la capitale nationale Kuala Lumpur, le Sepang International Circuit,  d'une longueur de  5,543 km,  comporte 15 virages,  2 lignes droites et 2 endroits où peut être activé le DRS. Le record du tour sur ce tracé appartient à Juan-Pablo Montoya, effectué en 1'34:223 à bord d'une Williams-BMW lors de l'édition de 2004. L'épreuve de ce week-end comprend 56 tours; pour un total parcouru de 310,408 km.

 

Lors du Grand Prix 2015, Lewis Hamilton et Sebastien Vettel partaient en première ligne. C'est finalement Vettel qui remporta l'épreuve, suivi par Hamilton et Nico Rosberg, qui effectua alors le tour le plus rapide en 1'42:062. 

 

Depuis 1976, avec une pause de 1978 à 1986, la Formule 1 se contentait d’une ou parfois deux visites par saison au Japon – Grand Prix du Pacifique oblige. Mais elle s’est offerte en octobre 1999 une seconde destination orientale de choix : la Malaisie. Les équipes et les pilotes allaient alors se familiariser avec l’intense et écrasante humidité du sud-est asiatique et un circuit de course original, hyper moderne, qui lançait une nouvelle vague. La F1 allait aussi apprendre à connaître le nom de son créateur, l’architecte allemand Hermann Tilke.

 

Situé dans une région en développement, au sud de Kuala Lumpur, le tracé de Sepang offre tout ce à quoi rêvent les pilotes : de grands virages rapides, quelques autres plus techniques, des épingles serrées et deux interminables lignes droites.

 

En 1999, lors de la première édition, avant-dernière étape du calendrier, Michael Schumacher y effectuait son grand retour après avoir soigné une fracture de la jambe subie au mois de juillet en Grande-Bretagne. L’Allemand obtint la position de tête mais laissa la victoire à son coéquipier Eddie Irvine alors engagé dans la lutte au titre. En 2000, encore à l’automne, Schumacher s’offrit cette fois la première de 3 victoires à Sepang. Par la suite, la visite en Malaisie s’effectua chaque année en mars. Le retour à une date automnale a quelque peu surpris lors de l’annonce du calendrier 2016 : on présente en effet l’épreuve deux semaines après Singapour, à trois heures et demie de route au sud. Enfin, cette année, l’inclinaison des virages 2, 3, 4, 5, 6, 9, 12 et 15 a été modifiée.

 

Mais qu'en est-il de la situation actuelle quant au championnat ? Après un très léger passage à vide au milieu de la saison, alors qu’il voyait son coéquipier Hamilton lui ravir la première place à compter de la Hongrie fort de ses 3 victoires consécutives, Nico Rosberg s’est maintenant réinstallé en tête du classement. L’Allemand compte maintenant 8 victoires en 2016, sa meilleure fiche à vie, 2 de plus qu’en 2015, 3 de plus qu’en 2014. À Singapour, sa pole position, une 29ème, lui a permis d’égaler la marque du grand Fangio, et son 51ème podium de rejoindre Mika Häkkinen au palmarès.

 

Les succès de Rosberg ne peuvent faire oublier que Lewis Hamilton profite aussi de la qualité des montures Mercedes pour atteindre de nouvelles marques. Il est à nouveau ce week-end en quête de sa 50ème victoire en F1 sur un circuit où il a triomphé une seule fois, en 2014. Il tentera aussi à Sepang de monter au podium pour une 100ème fois dans la discipline.

 

Hamilton ou Rosberg pourrait par ailleurs procurer à l’équipe Mercedes sa 60ème victoire, sa 51ème depuis le retour en Championnat de la marque à l’étoile en 2010. L’équipe Mercedes domine le plateau de 2016 et file aisément vers le titre des constructeurs. Red Bull connaît un regain de vie inattendu grâce à la fougue du jeune Verstappen, à la régularité de Ricciardo et à de bonnes montures. Mais une seule équipe a inscrit des points à chaque Grand Prix de 2016 depuis mars et l’Australie : Ferrari. De Russie, les deux pilotes Red Bull sont rentrés bredouilles alors qu’en Espagne, les équipiers de Mercedes ont abandonné à la suite de leur accident au 1er tour. L’actuelle séquence heureuse de Ferrari s’est en fait amorcée l’an dernier au Brésil.