Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

La 88ème édition des 24 Heures du Mans ce week-end; une première pour Bruno Spengler !

La 88ème édition des 24 Heures du Mans ce week-end; une première pour Bruno Spengler !

Vendredi 18 septembre 2020 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Adrenalmedia / A.C.O.

Crédit photo: Adrenalmedia / A.C.O.

Ce week-end se tiendra la 88ème édition des 24 Heures du Mans. Un événement toujours spécial mais surtout très particulier cette année puisque disputé en septembre et à huis clos, les organisateurs et les autorités locales ayant préféré se passer de public en raison de la pandémie de peur du coronavirus. Initialement, l’événement aurait dû avoir lieu mi-juin, avant que la date des 19-20 septembre soit choisie, qui se combinera avec un départ ce samedi à 14h30 locales (8h30 heure du Québec).

Malgré l’absence de beaucoup de concurrents prévus initialement, il y aura tout de même 59 équipages au départ, mais majoritairement composés de pilotes amateurs. S’il est intéressant pour eux de pouvoir disputer une telle épreuve, cela vient ternir un peu plus le prestige d’une épreuve qui regroupait jadis une centaine de pilotes professionnels en piste, au bas mot.

En catégorie LMP1, seulement 5 voitures vont disputer cette édition 2020, soit deux prototypes Toyota TS050 hybrides, deux Rebellion-AER et une Enso-AER inscrite par la petite équipe de Colin Kolles. Voir cette voiture rejoindre l’arrivée serait un réel exploit, alors que d’habitude elle est accablée de soucis mécaniques dans les courses de 6 heures du Championnat du monde d’Endurance (WEC). Mais elle retiendra tout de même l’attention puisqu’elle permet à Bruno Spengler de faire ses grands débuts aux 24 Heures du Mans.

Bruno sera le seul pilote québécois au départ, 7 ans après la participation de Kuno Wittmer sur Viper et 12 après la dernière de Jacques Villeneuve sur Peugeot, ces pilotes étant les deux derniers Québécois à avoir pris part à l’événement.

A priori, l’équipe Toyota devrait s’imposer pour une troisième fois consécutive sans véritable adversité. Dès les essais et les qualifications, les TS050 ont dominé, bien que sur un tour les Rebellion sont capables de faire illusion. Lequel des deux équipages Toyota au départ remportera cette 88ème édition ? Réponse dimanche mais après des victoires de la No.8 en 2018 et 2019, avec Fernando Alonso au volant à ce moment-là, on peut supposer que la No.7 du trio Mike Conway, José-Maria Lopez et Kamui Kobayashi, qui partira en pole position devant la Rebellion de Bruno Senna, Gustavo Menezes et Norman Nato, est cette fois la mieux placée.

Sur la deuxième ligne, on retrouvera la seconde Toyota, la No.8 de Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley, et la seconde Rebellion, de Romain Dumas, Nathanael Berthon et Louis Delétraz. La Enso de Bruno Spengler et ses équipiers, Tom Dillmann et Oliver Webb, est 5ème sur la grille, avec un meilleur tour en qualification plus lent de presque 8 secondes par rapport à la Toyota No.7.

En catégorie LMP2, le niveau sera très hétéroclite. Plusieurs équipes font rouler d’excellents pilotes et visent clairement la victoire. D’autres risquent d’apparaître comme de simples figurants, voire de chicanes plus ou moins mobiles quand on observe les chronos de certains pilotes manifestement pas encore assez expérimentés, ou talentueux, pour disputer une telle course si elle avait son niveau d’excellence d’autrefois.

Aux qualifs, l’équipe United Autosports a logiquement dominé, le trio Paul Di Resta, Phil Hanson et Felipe Albuquerque amenant son Oreca-Gibson en pole position et au 6ème rang toutes-catégories. 24 équipages composent la classe LMP2, la plus importante cette année encore au Mans.

En GT, on note l’absence des équipes officielles Corvette, Ford (programme terminé depuis fin 2019) et BMW (qui se concentre sur la série IMSA WeatherTech SportsCar uniquement). Comme Porsche a retiré deux de ses quatre 911 RSR initialement prévues, il n’y a que 8 voitures en classe GTE Pro. Cependant, la lutte s’annonce magnifique entre les Porsche (2 au départ), les Aston Martin (2) et les Ferrari 488 de l’écurie AF Corse. On notera au passage qu’AF Corse, l’équipe tentaculaire d’Amato Ferrari (qui n’a aucun lien de parenté avec la marque !), engage ou prépare à des degrés divers, pas moins de 13 des 59 voitures inscrites à cette édition 2020, soit 1 en LMP2, 2 en GTE Pro et 10 en GTE Am !

En qualification, Gianmaria Bruni a décroché la pole position avec la Porsche 911 RSR No.91, devant une Ferrari et deux Aston Martin. 6 des 8 équipages de GTE Pro ont tourné dans la même seconde en qualification. Prometteur pour la course !

Enfin, en catégorie GTE Amateur, c’est le trio Piovanetti/Negri/Ledogar qui partira en pole position avec l’une des Ferrari AF Corse. Second pilote canadien inscrit, l’Ontarien Paul Dalla Lana est quatrième avec la troisième Aston Martin officielle, la seule inscrite en GTE Amateur. Il partage le volant de cette Vantage No.98 avec les expérimentés Augusto Farfus et Ross Gunn. 22 équipages évoluent en classe GTE Am.

Pour découvrir la grille de départ complète avec les chronos réalisés en qualification et le nom du pilote qui prendra le départ demain dans chaque voiture, cliquez ici.

Pour suivre cette édition 2020 des 24 Heures du Mans, rendez-vous sur le canal officiel de l’événement sur youtube (page #LEMANS24). D’autres diffusions sont également prévues mais elles varient d’un pays à l’autre, en fonction parfois des ententes de télédiffusion.