Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Insolite : Visite de l’usine d’assemblage de la Lamborghini Urus

Insolite : Visite de l’usine d’assemblage de la Lamborghini Urus

Jeudi 5 septembre 2019 par Philippe Laprise
Crédit photo: Lamborghini Media

Crédit photo: Lamborghini Media

Dans la quasi totalité des usines de production de véhicules, il est interdit de prendre des photos, afin de conserver les secrets industriels. Mais la plupart des manufacturiers laissent quand même le grand public entrer dans les bâtiments pour faire une visite guidée et permettent aux curieux de s’approcher pour voir de plus près certaines parties de la fabrication. C’est le cas pour l’usine des Ford F-150 à Dearborn, de la défunte usine GM qui produisait les Camaro et Firebird à Ste-Thérèse dans les années 1990 ou encore de l’usine qui produit la Corvette au Kentucky, qu’on pouvait visiter jusqu’en 2017. Ou évidemment l’usine où sont assemblées les Huracan et Aventador. Par contre, l’usine toute neuve que Lamborghini vient de démarrer il y a quelques mois pour assembler la Urus n’est pas ouverte au public. Pole-Position Magazine a eu l’opportunité d’avoir une visite guidée privée de cet endroit unique, où se côtoient tradition et modernisme...

La première chose qui frappe en entrant dans l’usine de Sant’Agata Bolognese est que contrairement à l’usine des super-voitures qui est plus ancienne, celle-ci est climatisée. Ça peut paraître anodin, mais il est prouvé que travailler dans un endroit à température et humidité contrôlées améliore l’efficacité des employés. Encore plus en plein mois de juillet où la température extérieure atteint souvent 35 degrés Celcius. Il y a aussi plus d’équipement haute technologie, bien que la majorité de l’assemblage se fasse aussi à la main. Dès le début de la ligne d’assemblage, je remarque la concentration des ouvriers qui s’affairent à installer le harnais électrique dans une coque jaune criant.

Une question brûle les lèvres : Maintenant que Lamborghini appartient au Groupe Volkswagen (sous Audi plus précisément), et considérant que le super VUS Lambo partage sa plateforme avec d’autres membres de la famille (Audi Q8, Porsche Cayenne et Bentley Bentayga) quelle latitude a eu Lamborghini dans le développement de la Urus ? Notre interlocutrice est catégorique : il n’y a pas d'ingérence de la part d'Audi dans le développement des véhicules. Leurs ressources sont mises à la disposition du groupe, mais c’est Lamborghini qui prend les décisions, afin de conserver la fibre de la marque italienne bien présente dans ses produits. Le développement se fait donc sur place, à Sant’Agata.

Un peu plus loin sur la ligne, on assiste au "mariage", l’endroit où le système de propulsion est arrimé à la coque. C’est toujours une étape spectaculaire, mais encore plus lorsque le véhicule en question possède les plus gros disques de freins de l’industrie !

Une autre particularité qui différencie la ligne de production de la Urus de celle des autres voitures de la marque, c’est la peinture. Un atelier de peinture a été inauguré récemment dans cette usine, et bien que pour l’instant seulement quelques véhicules aient été peints sur place, l’intention est d’utiliser ce nouvel atelier de peinture pour offrir plus de flexibilité à sa clientèle. On croise aussi plusieurs "robotinis", de petits chariots robotisés qui cumulent plusieurs tâches comme l’acheminement automatique de matériel et d’outils. Ils s’occupent même du nettoyage du plancher au besoin !

La Urus s’adressant à un public plus large que la Huracan et l’Aventador, son volume de production est plus important. Deux quarts de travail permettent de fabriquer 22 Urus chaque jour.

Et comme pour les autres produits de la marque, l’assemblage est fait avec passion. Sachez aussi que si l’argent n’est pas un problème, Lamborghini offre le programme Esperianza, qui permet de piloter les différents véhicules de la marque sur piste, à Imola, après avoir visité le musée et les usines. Ça fait rêver !


*** Découvrez dès maintenant la mini galerie photos de cette visite en cliquant ici.