Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Sandrine Garneau LeBel : « Plus de femmes que d'hommes sont employées au GP du Canada !»

Sandrine Garneau LeBel : « Plus de femmes que d'hommes sont employées au GP du Canada !»

Mercredi 20 décembre 2017 par Eliane Gilain
Crédit photo: Collection personnelle Sandrine Garneau LeBel

Crédit photo: Collection personnelle Sandrine Garneau LeBel

De plus en plus de femmes occupent des rôles décisionnaires dans le monde du sport automobile. Opportunité de carrière ou passion familiale à la base, la gent féminine est de plus en plus présente, bien que toujours en minorité en piste. Sandrine Garneau LeBel est l’une des femmes qui occupe un poste clé au Grand Prix du Canada. Chef de presse et coordonnatrice aux communications, elle travaille souvent de concert des dossiers de haute importance avec le promoteur François Dumontier, l'accompagnant notamment lors de voyages à certains Grand Prix à l'étranger pour discuter avec les acteurs de la Formule 1.

« Je savais que je voulais travailler dans le monde sportif, par contre je ne savais pas si je voulais être journaliste ou aller du côté technique » affirme Sandrine. Finalement, c’est grâce à un stage offert par l’université McGill qu’elle est entrée dans le cirque de la Formule 1 : « un de mes professeurs engageait des bénévoles pour le Grand Prix du Canada, en 2013. J’ai tenté ma chance et je me suis retrouvée bénévole au centre média » ajoute-t-elle.

C’est l’année suivante que l’aventure a réellement débuté pour elle au Grand Prix. « En 2014, on m’a rappelée pour que je sois adjointe à la chef de presse. J’y suis allée pour vibrer avec le Grand Prix, mais ça allait être ma dernière fois avant que je me trouve un emploi à temps plein. Mon contrat a duré un mois puis je suis partie en vacances. À mon retour, j’avais un appel de François Dumontier ! Ma première journée en tant que coordonnatrice communication et marketing chez Octane était le 24 novembre 2014 » précise-t-elle.

Au fil du temps, le rôle de Sandrine a beaucoup évolué. Si son titre a changé, elle est toujours restée dans le domaine de la communication de l'événement. Peu de gens réalisent qu’à l’année longue, l'équipe du promoteur est composée d'une "petite" équipe de 18 personnes. Mais de mars à juin, ce sont plus de 5000 personnes qui travaillent pour le Grand Prix du Canada !

« Je suis très bien ici, chez Octane » nous confie Sandrine. « François et moi formons une belle équipe. Le but, c’est de faire rayonner le Grand Prix du Canada à l’international. C’est exceptionnel quand je vais à Barcelone et Londres et que les gens là-bas savent ce qu'est le Grand Prix du Canada.»

Avec la venue de Liberty Media comme propriétaire de la série reine de course automobile, Sandrine pense que l’avenir de la discipline est prometteur. Par contre, bien que plusieurs changements positifs ont déjà eu lieu dans l'univers de la F1 ces derniers temps, l’implication des femmes y est encore "timide". « C’est certain que je suis en minorité dans le monde du sport automobile. Mais chez Octane, nous avons plus de femmes que d'hommes parmi nos employés ! Lorsque je parle de mon métier, les gens me disent souvent que je suis une femme dans un monde d’hommes. Je le sais, mais je suis là. Je n’ai pas besoin de faire mes preuves mais je suis au courant qu'une femme est peut-être plus souvent jugée par le monde extérieur. Ceci dit, ça ne m’affecte pas ! » conclut Sandrine Garneau LeBel.