Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Entrevue Félix Lamy (2ème partie) : Ambitions personnelles et celles de Renault F1

Entrevue Félix Lamy (2ème partie) : Ambitions personnelles et celles de Renault F1

Lundi 23 janvier 2017 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Marie-Lyse Tremblay

Crédit photo: Marie-Lyse Tremblay

Seconde moitié de l'entrevue exclusive de Félix Lamy, jeune québécois lauréat du programme Infiniti Racing Academy..
 

Félix, parlons des ambitions de l'équipe Renault Sport pour la prochane saison de Formule 1. Elles sont plus élevés pour cette année avec notamment l'embauche de Nico Hülkenberg. As-tu ressenti cette nouvelle motivation au sein de l'entreprise depuis que tu es là, à travailler dans les locaux d'Enstone en Angleterre ? 

Oui,  absolument. L'an dernier, l'équipe a travaillé avec un châssis qui avait été dessiné initialement pour accueillir un moteur Mercedes alors que l'écurie s'appelait encore Lotus fin 2015. On l'oublie souvent mais l'écurie est partie de loin. Il n'y avait aucune manière pour elle de pouvoir compétitionner contre Red Bull, Ferrari et Mercedes, il n'avait pas l'effectif pour le faire. Les années Lotus leur ont fait mal, parfois il n'y avait même pas de bouffe à la cafétéria ni d'aluminium pour machiner des pièces, le niveau était rendu assez bas de ce qu'on m'a dit... Tout le monde chez Renault Sport fait un travail incroyable et en ce moment, il y a beaucoup d'énergie mise dans l'entreprise, le recrutement est très fort et beaucoup de personnes viennent des équipes rivales pour travailler à Enstone.
 

Et pour toi, ton travail-stage avec l'écurie Renault Sport F1 se termine quand ?

C'est un stage de 6 mois, ça se termine donc en avril et ensuite ce sera la partie avec Infiniti. J'irai alors travailler à Glenfield au Nissan Technical Center. À cet endroit, je vais travailler sur les voitures de production comme les Infiniti Q30 et la Q60. Ça va vraiment être autre chose, mais j'en suis content et je pense bien aimer ça. Nous sommes à une époque où l'évolution des voitures de production est très active, il va se passer beaucoup de nouvelles choses dans les prochaines année à ce niveau comme les voitures électriques, les voitures autonomes ou interconnectées, etc. 
 

Mais ton objectif de carrière pour toi, ça demeure de travailler pour une équipe de F1 ou de sport automobile de haut niveau, ou bien c'est plus orienté vers le produit ?

Bien honnêtement, mon objectif c'était de me rendre en Formule 1 et je l'ai réalisé en partie. Maintenant que cet objectif est atteint, il me reste à redéfinir mon prochain objectif. Pour l'instant, j'essaie d'en apprendre le plus possible à chaque jour, je profite au maximum de l'expérience de ceux avec qui je travaille et j'essaie de me forger de bons contacts. Par la suite, on verra quelles portes s'ouvriront pour moi. Jusqu'à maintenant, mon focus était uniquement sur la F1 et je pense que c'est ce qui m'a amené jusqu'ici mais c'est bon également de regarder assez large.
 

Pour conclure, quel est ton objectif à plus long terme ? Tu aimerais rester et travailler en Europe ou tu vas chercher des opportunités en Amérique du Nord, telles des équipes de NASCAR ou IndyCar par exemple ? 

Je n'ai pas de préférence quant à l'endroit où je veux travailler, mon objectif est  de trouver une équipe dynamique et passionnée. Si je suis à Montréal, ce serait de travailler à mi-chemin entre le design et la dynamique du véhicule et j'ai maintenant une bonne idée comment les équipes fonctionnent. Le rôle idéal que j'aimerais jouer, ce serait directeur de développement et pas seulement pour la F1 mais aussi pour des équipes de pointe, telles que Porsche en Endurance par exemple... Je suis quelqu'un de passionné et lorsque j'avais une minute de libre dans mes études, j'allais au garage pour continuer à travailler sur mes projets. J'aimerais pouvoir retrouver cette passion dans mon emploi permanent.